Fantasy & Science-fiction

  • L'univers-ombre

    Michel Jeury

    Rob Lejeran s'est réveillé, seul et amnésique, sur un monde dont il ne sait rien... Aussitôt traqué par les forces de Sar, il va devoir se lancer dans un long et dangereux périple.

  • Celeano de Peroyne : planète des bas-fonds de la Galaxie, oubliée dans la sourde lutte spatiale qui oppose la Confédération et l'Empire de Lemura. À sa torpeur boueuse et vide, le lieutenant Baird s'est accoutumé... Peu à peu, pourtant, l'inconnu pénètre sa vie routinière : une voix sans visage lui parle, des images érotiques le hantent, des cauchemars le submergent... Des cauchemars ? Et puis, un jour, que Baird, à bord de l'Épouvante, remonte le fleuve Ez, la réalité de Celeano vacille. Le bateau recueille une inconnue trop belle - dont le corps ne veut que le plaisir et le mal -, des sauriens, des oiseaux, jusqu'alors paisibles, attaquent la canonnière ; sur la rive, des humanoïdes surgissent... Il ne s'agit plus de cauchemars...

  • Les mythes et les rituels sont si vigoureusement ancrés dans l'imaginaire de certains peuples, qu'ils y puisent leur force et leur résistance pour lutter secrètement ou symboliquement contre une certaine forme de civilisation imposée. Maurice, la Réunion, Rodrigues, les Seychelles, Madagascar, Comores : chacun des récits de Monique Agénor a pour décor l'une de ces îles de l'océan Indien. Un Mauricien d'origine indienne, Saïd Amâne, est possédé par Kâli, la déesse noire ; Kim la petite afro-chinoise communique en rêve avec des âmes errantes, celle d'un moine fou et celle d'une chamanesse ; un Malgache, par la voix de ses ancêtres, attend la transmigration naturelle de l'âme de son fils nouveau-né dans celle d'un serpenteau sacré... Tous les personnages de ce recueil font état de leur double ou triple identité, et des déchirements intérieurs que connaissent les Indo-Océaniques. Dans une langue savoureuse, intégrant les idiomes de chaque île, Monique Agénor nous emmène dans un voyage unique entre Équateur et Tropique du Capricorne.

  • Le docteur Fer est une femme dangereuse. Dans sa folie, le vaste hangar où elle réside, elle bricole une machine à modifier la réalité. Machine dont elle est la seule à comprendre le fonctionnement et qui se compose d'un invraisemblable bric-à-brac dont les cadavres humains ne sont pas exclus. Pour Néon, jeune Loup d'un Paris en miettes, l'univers du docteur Fer est incompréhensible et menaçant. Qu'elle l'enrobe de barbe à papa, qu'elle inverse localement la pesanteur jusqu'à faire s'écraser au plafond sa femme, Eau, ou qu'elle s'acharne à remettre en route un maire virtuel, passe encore... Mais le jour où son camarade Pixel se met à délaisser ses parties de bataille navale pour collaborer au sabotage du réel, rien ne va plus...

  • Francis Lyotard, grand, mince, beau garçon, transformé en ce petit être hideux et difforme ? Inconcevable ! Et cela, dû à l'attaque de son navire spatial par une mystérieuse nuée violette ? Inexplicable... Ce n'est pourtant qu'une histoire répétée souvent : le second, qui se révolte et veut être plus puissant que le maître.

  • Avril 2095. Lazlo Coynes, le maître espion de l'Instance, vole vers Pékin à bord de son dirigeable personnel - comme il sied à l'homme le plus puissant du monde... Ce n'est un secret pour personne : Coynes a déclaré la guerre à la Fédération européenne. En ce moment même, la bataille fait rage, au Sénat des Nations unies... Mais dans les coulisses, un plan mystérieux approche de son dénouement. Depuis deux mois, tout le monde ne parle plus que du Square - l'étrange service de renseignements créé par la présidente Élisabeth Conti - et de ses agents spéciaux. Les chiens de guerre de la Fédération. Les Défenseurs. Chan Coray est l'un d'eux. Recruté par le Square après la mort de son père, il est aujourd'hui enfermé dans une base souterraine, et s'apprête à commencer sa formation. Mais une question se pose : peut-on être un Défenseur et rester un être humain ? Et surtout, Lazlo Coynes n'a-t-il pas truqué les cartes depuis le début ? Voici le second volume d'une immense saga, le second acte d'une lutte épique pour le contrôle de l'Histoire. Retrouvant la verve des « savanturiers » de notre enfance - Jules Verne ou H.G. Wells - mais aussi la complexité des grands romans d'espionnage et la violence des cyberpunks, le cycle de F.A.U.S.T. ouvre pour nous la chronique vengeresse du XXIe siècle.

  • Sur Mars, colonie terrienne devenue autonome, la tension monte. Après avoir échoué à supprimer Archim, le grand climaticien, on l'arrête et le voici devant un tribunal secret présidé par Jon d'Argyre. Dans l'ombre, Gena, la fille de Jon, conspire pour aider le jeune savant : elle l'aime et a foi en lui. Au procès, un ambassadeur terrien est prêt, lui aussi, à soutenir Archim et son projet, jugé criminel. De quoi s'agit-il ? Archim a inventé un étonnant procédé, capable de donner à la planète rouge des conditions d'habitabilité terrestres... Mars le refuse, la Terre l'approuve. On devine la révolution technique et mentale qu'un tel dessein implique. Mars connaîtra-t-il le bonheur vivifiant des forêts, l'ombre douce des arbres ? Mais ne serait-ce pas là une folle chirurgie planétaire ?

  • Les vastes contrées de Nordhomme viennent enfin de se libérer du joug de l'empire Latte, et c'est un pays fier mais fragile que parcourent Starkad et ses amis. Les paysages grandioses du Nord réservent parfois quelques surprises, et le groupe de cavaliers ne tarde pas à tomber dans une embuscade tendue par des détrousseurs sans scrupule qui usent de magie. Alors que la bataille fait rage, le chef des bandits, une créature fantastique créée par un magicien fou, tente de fuir et Starkad se lance à sa poursuite. Mais il s'aperçoit rapidement que sa course l'a conduit dans un pays qui n'est déjà plus le sien...

  • Bouleversée par les guerres ethniques, l'Amérique du Nord est divisée en états indépendants. C'est dans cette atmosphère de trouble que Stark, agent de l'administration de New Washington, est envoyé dans la ville de San Andrea, construite sur la faille du même nom, pour enquêter sur une affaire de secret scientifique. L'agglomération est un enfer ségrégationniste où la hiérarchie dirigeante est composée d'une famille très puissante de WASP. Mais rien n'est facile dans une cité au bord de l'explosion. Stark se retrouve pris entre diverses factions armées qui mettent la ville à feu et à sang. Et lorsque trois mercenaires pittoresques s'en mêlent, Stark aura fort à faire pour accomplir sa mission et, surtout, rester en vie...

  • Lors d'une mission sur une planète hostile, R-Cam effectue des prélèvements d'échantillons. Alors qu'il s'était éloigné de la base, Siscie, l'Intelligence Artificielle qui le seconde dans sa mission, doit faire face à un problème qui la met en danger. Réussissant à le résoudre sans l'aide de l'homme, Siscie développe sa propre conscience et remet en cause la nécessité du facteur humain. R-Cam doit alors faire douter l'IA pour la persuader de son utilité. Mais l'OCC-S, l'organisation qui régit la métagalaxie ne le voit pas de cet oeil. Il lui est déjà assez difficile de gérer les êtres biologiques, elle ne tient pas non plus à s'encombrer des états d'âme des êtres artificiels...

  • Erika est haïe par les uns, respectée par les autres et trace sa voie à coups d'épée et de discours. De retour à Arsenfjord, après six longues années d'absence, elle retrouve sa famille, ses amis et les anciennes rancoeurs qui l'ont éloignée de ce paisible bourg de la côte. Alors qu'elle affronte avec détermination le Rituel des Prétendants, une tradition sexiste nordhommoise, elle rencontre Starkad, l'officier de la Compagnie du Roi qui parcourt Nordhomme. S'enchaîne alors une série d'événements qui bouleverseront à jamais la vie tranquille d'Arsenfjord et révéleront de bien sombres desseins.

  • Une promenade dans l'univers du maître de la littérature fantastique de la fin du XXe siècle.

  • Une jeune femme, en conflit avec son père, amoureuse d'une étrange créature venue des étoiles : un vampire stellaire qu'elle cache dans son grenier et nourrit de son sang... Un bal où les hommes sont déguisés en femmes et les femmes en bêtes, où la proie n'est pas toujours celle que l'on croit. Moïra, une artiste, qui à coups de crochet sur des draps détrempés de vie, fait rugir toute la puissance de son art, de véritables oeuvres de chair... Tableaux du délire, recueil posthume dérangeant, rassemble les meilleurs récits d'Alain Dorémieux et un inédit écrit en collaboration avec Fabienne Leloup.

  • Toujours plus loin dans l'espace, toujours animée des rêves les plus fous, la saga d'Argyre se poursuit. Hiram Walker a grandi dans ces zones arriérées d'Amérique du Nord qui se sont retranchées derrière la Frontière après la Grande Guerre. Adolescent, son but est de devenir pilote ; il réussira au delà de toutes ses espérances, puisqu'il sera le premier homme à quitter le système solaire. Mais l'Enfant-prodigue rapporte de bien tristes nouvelles de Proxima : nulle planète habitable là-bas. À moins que... Seul contre le gouvernement de la Terre et la puissante Administration, mais avec l'appui de la Mémoire et de la Chirurgie planétaire, Hiram Walker parviendra à donner une nouvelle planète au peuple des zones, et une nouvelle chance à l'humanité.

  • Qui est Stella ? Une jeune fille d'une beauté sans pareille, dotée de pouvoirs exceptionnels. Elle vient d'une lointaine planète, à la recherche de l'amour terrestre, cet amour dont elle ignore tout. Sa découverte l'amène à réfléchir sur la vie, sur la mort, et elle a la révélation du secret, sans lequel personne ne peut être heureux. Animées d'une poésie envoûtante, ces pages ne manquent ni d'aventures ni de passion. Rome, la ville éternelle, leur sert de décor, et l'île de Jersey, par sa sauvage beauté, accuse les sentiments contradictoires de l'héroïne. Stella repartira-t-elle dans son paradis galactique ? Peut-être... Mais elle aura laissé, dans nos coeurs, un grand besoin de merveilleux...

  • La Terre au XXVIIIe siècle, sous la dictature de Quartz II. Tout individu doit régulièrement passer des tests qui mesurent son aptitude psychosociale, tandis que des normes artistiques rigoureuses sont imposées à la population : les romans sont fabriqués par des machines selon des critères bien définis, la peinture ne doit pas sortir de l'abstrait officiel et la musique ne peut qu'être atonale... Insupportable obscurantisme étatique contre lequel va s'insurger un jeune étudiant en beaux-arts. Commence alors, pour le dissident Jan Artuby, une carrière d'agitateur qui va le mener jusque dans les étoiles... Un roman d'aventures qui s'est bonifié au fil des ans jusqu'à atteindre les dimensions d'une fresque prophétique.

  • "Debout dans le side-car d'une énorme moto verdâtre et cabossée, un être étrange mordait pour le moment avec appétit dans le chapelet de côtelettes cuites qu'il portait autour du cou... Seules des bêtes inconnues, voraces, et belles continuèrent leur vol de mort au-dessus d'un monde presque vide..." Dans la lignée de « Tous à Zanzibar » et du « Troupeau aveugle », Pierre Christin nous propose avec « Les prédateurs enjolivés », non pas un roman, ni un recueil de nouvelles, mais une chronique en ruine, une fresque lacunaire, écologique, politique et poétique qui part d'un futur proche pour aller se perdre, dans quelques millénaires, au terme de l'aventure humaine. Le prédateur, c'est l'homme. Avec férocité, rapacité, cruauté et même avec amour et humour, détruit son environnement, il change la nature. Et il s'entête, lutte ; survit, mute, se déglingue, se refait, bref s'enjolive. Pierre Christin, dont le ton prophétique et libre en surprendra beaucoup et en choquera quelques-uns, est aussi le scénariste de la célèbre bande dessinée « Valerian ».

  • Vous venez de gagner une semaine de vacances en enfer, dans une île peuplée de gens trop accueillants, trop attentionnés... Un mini-paradis, qui semble sorti d'un dessin animé, mais où le lapin blanc d'Alice au pays des Merveilles aurait tendance à se couvrir d'écailles à chaque pleine lune. Un drôle d'endroit d'où l'on ne repart jamais et où, lorsqu'on rit, on garde la main devant sa bouche pour cacher qu'on a les dents très pointues... vraiment très, très pointues... Et comment expliquer poliment à tous ces gens si adorables, qu'on n'a vraiment aucune envie d'être coupé en deux ?

  • Et si, demain, la folie des hommes, leur inconséquence devant les dangers qu'ils ont créés, donnaient lieu à une terrible explosion atomique doublée d'une catastrophe écologique ? Que deviendrions-nous si la mort nous épargnait ? « Les Créatures » est un roman à vivre comme un rêve fou où se croisent dans un univers onirique les éternels mythes de nos civilisations. Un voyage imaginaire et initiatique, peuplé de Créatures, vertes comme les divinités des mythologies qui hibernent aux Enfers, comme l'émeraude, pierre de Lucifer, comme cette pluie radioactive qui s'est soudain mise à tomber et a détruit les êtres humains... Ces créatures venues des ténèbres, étrangement femmes, castratrices, fleurs carnivores uniquement mues par leur obsession à dominer ces hommes-esclaves, juste bons pour la reproduction, seront le châtiment infligé pour nos errements. Ce roman d'anticipation est un conte philosophique - entre féerie cruelle et sensuelle réalité - dénonçant la dégradation et la déshumanisation de la planète. Un cauchemar voluptueux bâti comme un film d'aventures où suspense et temps forts peuvent aussi rimer avec poésie et espoir.

  • Que faire quand on est un mister bien rangé, vivant en parfaite harmonie conjugale avec son monsieur, et qu'on gagne la dernière femme (congelée) à un concours auquel on n'a pas joué ? Sortir ses poignées rétractiles de sa colonne vertébrale en plastique et prendre le métro pour aller quérir son prix. Il faut dire qu'Avon, l'heureux gagnant, en a vu d'autres puisque, quand il était petit, ses pères menaçaient de le manger s'il ne trouvait pas acquéreur à l'âge de 1O ans. Comme le fut la petite Noëlle, fillette surdouée qui, malgré son intelligence et sa grande gueule, passa nonobstant à la casserole... À peine un hors-d'oeuvre pour un festin d'un genre particulier auquel vous convie ce roman, très noir, très tordu, très dérangeant.

  • Quelle est cette revue reçue à la bibliothèque, où sont mentionnés des événements que l'histoire officielle n'a pas rapportés ? Si l'astronef piloté par Ginger Shapiron porte le nom d'un célèbre conteur français du XVIIIe siècle, ce n'est pas sans raison... La remise en cause de l'identité de l'individu peut prendre des aspects essentiels... ou existentiels. Les fonctionnaires de l'Agence en savent quelque chose. Étrange réunion littéraire que celle qui s'est tenue en 1816 au bord du lac de Genève. Frankenstein est né de cette rencontre. Mais l'image du monstre grotesque et terrifiant ne cache-t-elle pas une réalité plus subtile, plus insidieuse, et finalement plus effrayante ?

  • Malgré tout, l'avenir est plein d'espoirs : mers, jardins, villes douces, mondes paisibles, déserts muets, tout semble prêt à accueillir des personnages en quête d'eux-mêmes, et de leurs compléments. Mais rien n'est simple : les paysages se dérobent, ou ne veulent rien dire. La femme aimée n'existe qu'en morceaux. On a tout pouvoir sur le monde, mais ce pouvoir ne peut provoquer que des catastrophes, pour celui qui le détient comme pour les autres. Les parents bienveillants éteignent les étoiles. Les enfants bien intentionnés transforment tout en pierre. Les suicidés, fiers de l'être, n'arrivent pas à mourir. L'espoir se retourne contre vous ; attention, il mord ! Dans ce recueil de nouvelles conçu comme un tout, la cruauté est partout, sous toutes ses formes, et ce n'est pas faute d'optimisme. Au contraire. C'est l'optimisme qui nourrit la cruauté.

  • Qui sont ces extraterrestres moribonds qui ont envahi la Terre mais refusent tout contact avec les humains ? On les dit presque morts, victimes d'un virus d'outre-espace. Ils vivent retranchés dans une citadelle perdue au milieu des glaces, car l'atmosphère de la Terre les affranchirait des souffrances d'une interminable agonie. On s'obstine à les croire inoffensifs, pitoyables. Mais qu'en est-il vraiment ? Peut-on faire confiance à d'aussi curieux visiteurs ? N'a-t-on pas, au contraire, tout à craindre de créatures qui n'ont plus rien à perdre ? Une nouvelle aventure d'Aldoran, le dormeur éternel. Le début d'une grande saga.

  • Trafics, abus de confiance ou de pouvoir, meurtres, dangereuses imprudences, sont vieux comme le monde. Seule la manière change, utilisant parfois les ressources du progrès. En cette fin du vingtième siècle, quoi de nouveau dans ce qui menace nos vies, nos biens, notre santé ou notre intelligence ? Inventions, découvertes, sophistications, techniques de pointe, il eût été bien étonnant que Messieurs les assassins, escrocs, exploiteurs éternels, n'utilisent pas les derniers produits de la civilisation perfectionnée. Rassurez-vous, ils les utilisent au maximum. Et n'oublions pas les accidents causés par les nouveaux apprentis sorciers. Toutes les incroyables histoires rapportées par Rolande Girard sont vraies (sans alourdir son texte par trop de références, elle cite ses sources chaque fois qu'il est nécessaire) : Un programmeur détourne un million de dollars - Trois voyous peuvent voler un sous-marin nucléaire américain - Trafic de sang : deux dollars la livre - Escroquerie sur les corps en conserve - Négoce de foetus vivants - La myxomatose comme l'un des beaux-arts - Un meurtre bio : le projet d'assassinat de Patrice Lumumba - Une nouvelle peste noire mise au point en Angleterre : l'inventeur en meurt - L'Ordinateur d'une Société privée attribue aussi des casiers judiciaires postiches - Un paysan tue un vagabond : « je l'avais pris pour un Martien » - Et la bonne manière de devenir riche avec une petite carte bleue, on nous en apprend aussi le secret - etc. Selon l'expression désormais consacrée : « on vit une époque formidable. »

empty