Sciences humaines & sociales

  • Un ouvrage de référence en  couleurs  pour comprendre les évolutions historiques qui ont changé l'équilibre du monde.
    De nombreuses  cartes  et des  schémas
    Des rubriques : citations, mises au point et "documents source".

  • Après un quart de siècle consacré à des recherches en neurophysiologie, qui lui valent une renommée internationale, Freud, en un geste audacieux de rupture, s'engage dans cette étrange auto-analyse, qui lui fait inventer la psychanalyse - sur la base d'une analyse de ses propres rêves, et d'une perception singulière des hystéries et des névroses. Véritable « roman intellectuel », au cours duquel, longtemps seul, il affronte un monde hostile - avant de grouper autour de lui, « horde sauvage », ses premiers compagnons, et de mettre partout, enfin, son emprise. À vocation clinique, certes, avec son objectif tant cité, la « cure analytique », la pensée freudienne, se donne pour tâche d'explorer tous les domaines de la condition humaine. Outre l'"érotique" freudienne, sont posées les bases d'une « science des rêves », l'"onirique" ; s'affirme une "esthétique" qui renouvelle l'analyse des textes et des formes ; et se déploie une "anthropologie" qui ouvre, à l'enseigne de l'« anarchique Aphrodite », d'originales perspectives sur la société et la politique - où cette nouvelle édition s'engage, pour dessiner l'esquisse d'une psychanalyse politique. Voici Freud, théoricien de la sexualité et de la pulsion de mort, penseur de la pulsion du pouvoir, chasseur d'illusions, à nouveau requis face aux terribles défis du monde contemporain.

  • À la fin du Moyen Âge, les schémas anciens, ceux qui prient, ceux qui combattent, ceux qui travaillent, ne permettent plus de rendre compte de la complexité croissante des sociétés occidentales. Au premier rang des groupes qui émergent vient celui des gens de savoir. Ces hommes s'imposent par leurs compétences intellectuelles et par leur aptitude à fonder sur ces compétences une véritable utilité sociale et politique. L'État moderne naissant trouva en eux ses meilleurs auxiliaires et favorisa leur ascension au sein des élites traditionnelles. À la convergence de l'histoire culturelle, sociale et politique, cet essai de sociologie historique cherche à mesurer, à travers l'essor des professions intellectuelles et l'avènement des bureaucraties d'État, le poids que certaines disciplines, en particulier religieuses, littéraires et juridiques, ont acquis - et souvent conservé jusqu'à nos jours - dans les principes d'organisation et la conscience de soi des sociétés européennes.

  • Le débat que suscite la psychanalyse est essentiel. Sa signification culturelle tient autant dans les controverses passionnées qu'elle fait naître que dans son propre contenu.

  • Comment disposer d'un pouvoir politique suffisamment dégagé de toute entrave pour pourvoir, en toutes circonstances, de la communauté des lois dont elle a besoin ? Comment instituer ce pouvoir pour que, dans le même temps, sa liberté ne se tourne pas en moyen d'oppression ? Telles sont les deux questions auxquelles le concept bodinien de souveraineté tente de répondre, sans les séparer. Parce qu'il faut un pouvoir qui ne soit jamais paralysé, c'est à une souveraineté indivisible et sans partage qu'il appartient de faire la loi et de pourvoir à son exécution. Mais parce que cette souveraineté n'existe que pour la défense de la république et de ses membres, l'arbitraire en est nécessairement exclu. En imaginant une combinaison possible entre l'efficacité du pouvoir et la garantie des sujets, l'oeuvre politique de Jean Bodin (1529-1596) se situe donc aux origines de la réflexion moderne sur le droit de l'État.

  • 1909, la violence s'est infiltrée partout et s'exerce désormais non seulement dans les cités, mais aussi à l'école, dans les transports en commun ou lors de brutales poussées de rage dévastatrice aux quatre coins de la France. Sous le coup de la peur, tous les vieux démons sont ressortis : enfermement mineurs, éloignement des casseurs, couvre-feu, suppression des allocations familiales, prison. Au chapitre de la répression, certains préconisent maintenant l'application du principe de « tolérance zéro » venu d'outre-Atlantique. L'affolement est général face à une violence urbaine qui franchit des seuils auparavant jamais atteints. Une violence spectaculaire, harcelante, multiforme, qui s'exerce partout, mais dont souffrent beaucoup d'habitants de nos banlieues depuis déjà bien longtemps. Plutôt que de céder aux sirènes des marchands de la peur ou de répondre à la violence par la violence, Julien Dray a voulu écouter les victimes et tous ceux qui sont en première ligne, policiers, enseignants, conducteurs des transports en commun, parents, acteurs de terrain. Avec eux, il a voulu comprendre comment la France a pu en arriver là et quels sont les moyens d'en sortir. Osant regarder la vérité en face, il préconise une mobilisation générale pour sortir de l'engrenage de la violence et de l'insécurité. En homme libre et engagé, il avance des solutions concrètes, fidèles à l'esprit de la République, prouvant, dans une période où il y en a grand besoin, que les responsables politiques ont encore des idées.

  • Le phénomène des comportements déviants semble se développer parmi la jeunesse et envahir l'école. Encore faut-il savoir ce qu'on désigne exactement par le terme de déviance. Les travaux de terrain, présentés dans cet ouvrage collectif, montrent que la production de la norme et de la déviance est un phénomène complexe. Le caractère fluctuant de la norme, y compris chez les enseignants, permet de clarifier la multiplicité des comportements déviants. Trop couramment diluées dans l'étiquetage de délinquance ou de violence, les attitudes déviantes sont, au contraire, solidaires de la réalité sociale de l'école, en tant qu'institution où se croisent les représentations souvent antagoniques des jeunes et des adultes. Les observations de terrain rapportées dans le présent ouvrage, proposent un nouveau regard sur les comportements des jeunes dans le contexte de l'école, puisqu'elles mettent en évidence une déviance ordinaire qui se développe quotidiennement dans les interactions avec la production sociale des normes.

  • Les économistes se sont-ils trompés ? Depuis 1973, ils ont payé un lourd tribut à la crise. À mesure que s'éloignait l'époque de la grande croissance, et que leurs prévisions s'avéraient de moins en moins fiables, on les accusait de ne plus savoir interpréter la nouvelle évolution du monde. Économiste lui-même, Alain Cotta ne cherche ni à assurer la défense de ses pairs, ni à les accabler. Remontant à leurs sources, il a recensé les 5 grandes erreurs commises en Occident depuis 1973. Pourquoi certaines perdurent-elles et en quoi obèrent-elles le présent et l'avenir des peuples ? Nul ne s'étonnera que l'exemple de la France retienne plus particulièrement l'attention de l'auteur. Les Français, par socialisme interposé, émirent, une fois de plus en 1981, leur choix spécifique : foi en une relance provoquée n'importe quand et n'importe comment ; croyance au renouvellement miraculeux de la croissance ; indifférence à la contrainte mondiale ; tentation séculaire d'une politique protectionniste ; résurrection de la rente à laquelle les Français assistèrent sans réaction. Il y a un prix à payer pour ces erreurs. Des choix à faire dont dépend notre destin, sous peine de nous voir disparaître lentement de l'aventure mondiale. Alain Cotta nous les présente dans cet essai brillant, qui s'élève magistralement au-dessus des clivages politiciens. Alain Cotta est professeur de sciences économiques à l'université de Paris-Dauphine et à l'école des HEC, membre de la Commission trilatérale, auteur de nombreux ouvrages dont Réflexion sur la grande transition, le capitalisme, Le corporatisme (PUF), Le triomphe des corporations et La société ludique (Grasset).

  • Blonds, bruns ou sans cheveux, gros ou menus, les yeux grands ouverts sur le monde ou toujours endormis, les bébés sont différents : ceux qui vivent avec eux le savent bien. Mais le savent-ils, ceux qui les étudient ? Le discours scientifique dont les bébés sont l'objet est sans équivoque : le bébé est un être étonnant et très compétent. Mais ce bébé des psychologues cognitivistes existe-t-il réellement ? Les conclusions des études réalisées avec des bébés fortement sélectionnés et observés dans des conditions très particulières, peuvent-elles être généralisées sans problème à l'ensemble des bébés réels ? Si les différences observées entre les bébés dérangent parce qu'elles gênent l'accès aux lois générales de développement, prises comme objet d'étude, elles peuvent, par contre, éclairer les mécanismes individuels de développement de la personnalité. Dans cette perspective, les conduites doivent être situées dans la dynamique des relations entre l'enfant et le milieu dans lequel il se développe et, sous leur double aspect socio-affectif et cognitif, car les bébés, objets d'étude, sont aussi et avant tout des sujets à part entière.

  • En un temps où l'intérêt pour la bébologie tourne à l'engouement, avec toutes les idées fausses ou simplistes qu'un tel engouement engendre, il était bon de dire exactement ce qu'il en est des investigations qui ont bouleversé au cours des dernières années l'image que nous avions de la prime enfance, et donc de la genèse de l'homme. Ce livre est le recueil d'articles publiés dans la revue Enfance par une vingtaine des meilleurs spécialistes d'Amérique (États-Unis, Canada) et d'Europe (de l'Est et de l'Ouest). Dans son avant-propos, René Zazzo s'emploie à définir les itinéraires scientifiques, amorcés il y a tout juste un siècle, et qui ont conduit à la prolifération actuelle des travaux sur la première année de la vie.

  • Présente les activités mises en place au cours des 5 dernières années au Centre d'audiophonologie de Lyon : consultation, écoute, évaluation, sémiologie, suivi des enfants ... Les interventions proposent des formules personnalisées.

  • Histoire et exploration du point culminant du globe, de Mallory le titan à Boivin le chamois.

  • Une jeune Kabyle se voit condamnée à mort par sa famille pour avoir enfreint les règles ancestrales, pris pour compagnon un français et conçu un enfant avec lui. Cela se passe à Paris, en 1987, et la victime de cette « expédition punitive » n'est autre que l'auteur de ce livre. Dans « Le voile du silence », Djura ne se contente pas de raconter ce drame. Elle nous entraîne dans les enchantements des montagnes de Kabylie, dépeint le folklore tragique des cités d'urgence pour immigrés, et fustige, sans aucun a priori politique, l'incroyable archaïsme de la condition de certaines femmes musulmanes dans l'Europe d'aujourd'hui. « Le Voile » que l'auteur lève ici rejoint une actualité grave, qui ne se limite pas - on peut le voir dans ces pages - au port d'un simple foulard. Un roman vécu signé dans le sang, dont on sort bouleversé, différent, admiratif et averti.

  • Pour se nourrir, le Sud dépend largement du Nord ; les produits alimentaires font l'objet de transactions internationales complexes ; l'agriculture du tiers-monde en subit les conséquences, qui ne sont pas toujours positives. Autant d'interdépendances qui rendent précaire la situation alimentaire du Sud, sans régler pour autant les problèmes de l'agriculture au Nord. Ce livre décrit non seulement ces interdépendances à l'aide d'informations soigneusement sélectionnées et de schémas explicatifs ; mais il avance aussi des solutions pour modifier une situation qui n'a rien de fatal.

  • Messieurs de la Gauche, votre obsession a toujours été d'assassiner l'enseignement catholique en France. Depuis Jules Ferry, vous le guettez, hachoir en main. Qui donc nous accuse, nous, les catholiques, de « ranimer la guerre scolaire » ? Mais cette guerre est un fait brutal qui n'a jamais cessé ! N'avons-nous pas été sans relâche assaillis, tout au long des dernières cent années, par le sectarisme de la venimeuse Laïque ? Aujourd'hui, c'est la Fédération de l'Éducation nationale (F.E.N.) et bien d'autres instances de notre régime totalitaire qui veulent la peau de l'École libre - c'est M. Mexandeau, le compère de M. François Mitterrand, qui a médité longuement l'acte de mort - c'est M. Savary, ministre en exercice et bourreau de service, qui doit proposer à la condamnée les instruments de son supplice. Car enfin, n'en doutez pas ! Les décisions ont été prises une fois pour toutes ; le procès de l'enseignement catholique est fait - sans que l'on ait même voulu consulter les avocats. Des négociations ? Trompe-l'oeil et attrape-nigauds. La guillotine est prête, avec son couperet. Cette « Lettre ouverte », en apporte la preuve. Alors, Messieurs les socialo-communistes, je vous le dis solennellement : prenez garde ! Nous n'acceptons rien de vous - ni vos décisions, ni vos interdits, ni vos grossièretés de voyous de tribune, ni vos lois. Votre majorité n'englobe déjà plus, tant s'en faut, la majorité des Français, et votre régime est devenu parfaitement illégitime. Réfléchissez bien. Nos libertés, avec l'École libre qui en est la première et la plus inviolable expression, nous saurons les défendre « par tous les moyens, même légaux ». Craignez certaines colères, qui viennent de loin - je veux dire : des tripes même de ce peuple dont vous autres, bourgeois, conventionnels de pacotille, vous ignorez l'âme. Et prenez le temps de méditer, dans vos têtes farcies de haine recuite, l'ironie terrible de l'un de vos grands ancêtres, Danton, qui nous semble aujourd'hui d'une brûlante actualité : « Ce ne sont pas toujours les mêmes têtes qui tombent ! » Michel de Saint Pierre

  • Trois millions d'alcooliques en France ; nous sommes le pays d'Europe où l'on boit le plus. L'objectif de ce livre n'est pas d'analyser les statistiques, les coûts sociaux, les moyens de prévention..., voire le tempérament français mûrissant dans les terroirs, où les vignobles jouent un rôle essentiel. D'autres s'y emploient. Nous préférons, avec cet ouvrage, dire quelque chose de la détresse cachée, des vies à l'étroit, des situations poignantes qui entretiennent un état affectif d'angoisse et de désarroi... Qu'y a-t-il derrière ces regards vitreux, ou trop brillants, noyés ou absents ? Qu'y a-t-il dans ces gestes fébriles, ces corps émaciés, quel drame muet ? Il a donc fallu boire pour se réchauffer le coeur, quand tout est si froid dehors, que la vie n'a plus de goût, que plus rien ne semble avoir de sens. Et voilà que, dans son propre miroir, l'image de soi devient floue..., que la désintégration commence. Et dans le couple alors ? Comment cela va-t-il se passer ? À quoi va-t-on toucher dans cette relation homme-femme ? À la tare qu'il faut dissimuler, à la sécurité à trouver dans le désarroi commun, à la profonde modification des rapports vécus, toute l'énergie du couple vient buter. Comment ? Bien peu d'études abordent ce problème ; on n'a pas l'habitude de mettre en avant la dépendance réciproque dans les couples, où l'un des partenaires est alcoolique, ni de comprendre le jeu relationnel, le plus souvent malsain et inconscient, qui lie l'un à l'autre. Et, cependant, il est indispensable de tenter une approche, d'y trouver une issue pour une tentative de compréhension qui aille au-delà des sentiments de pitié ou de condamnation. Ce livre fait ce travail, minutieusement, profondément. Éclairant la façon dont se joue, dans les couples, l'agression acceptée (?), désirée (?) de l'alcoolisme, il illustre une voie possible de vraie thérapie.

  • On s'est efforcé de faire de ce livre un outil au service de la force, de l'autonomie, de la capacité d'invention, de la créativité de l'inconscient.

  • Il est difficile de savoir ce qu'est un historien. Pout tenter d'en définir le contenu, les auteurs répondent à diverses questions telles que : d'où vient cette vocation? Quelle a été l'évolution de ce métier? Quels sont les mobiles de l'historien?

  • Comment les individus parviennent-ils à prendre une décision en commun ? En réduisant les conflits par une solution de compromis qui les met d'accord, répondaient les spécialistes. Mais les recherches des vingt dernières années ont établi que la participation de chacun à la discussion approfondie des problèmes, aboutit à une évolution et une polarisation des choix, donc à un changement des opinions ou des jugements, voire des normes du groupe. Ce livre inscrit l'étude de la décision dans celle de la communication, et met en évidence le rôle fécond qu'y jouent les dissensions. Le consensus visé n'a pas pour fonction de les supprimer, mais de les exprimer, afin que les individus s'y reconnaissent et s'y engagent. La théorie de l'implication collective qui explique ces processus, a été confirmée par un grand nombre d'expériences en Europe et en Amérique. Son intérêt pratique est incontestable.

  • Confrontés au problème de l'échec scolaire, de nombreux parents s'interrogent sur le choix de l'école la mieux adaptée à leur enfant. Cet ouvrage leur offre une information claire et concrète. Qu'est-ce qui donne à un enfant l'envie d'apprendre et de progresser ? Comment éveiller ce désir ? En marge de l'école traditionnelle, dans le secteur privé ou public, certains enseignants tentent d'apporter à ces questions des réponses neuves. Ils s'attachent à enseigner autrement, à rénover les pratiques pédagogiques en adaptant aux attentes d'aujourd'hui les travaux de Montessori, Decroly, Cousinet, Freinet, autant de méthodes d'apprentissage entre lesquelles le choix s'avère difficile. o Quels sont les fondements de ces pédagogies ? o Comment fonctionnent les écoles qui les pratiquent ? o Quelles sont les conditions d'inscription ? o Faut-il opter pour le secteur public ou privé ? o Qu'en pensent les enfants eux-mêmes ? A la fois ouvrage de fond et guide pratique, Une autre école pour votre enfant propose un échantillon représentatif de tout ce qui existe de « différent » en matière d'éducation.

  • Un essai sur la philosophie française et internationale du XXe siècle, suivi d'un choix de textes significatifs.

  • Pierre Lassalle nous présente le monde spirituel et, plus précisément, les Anges. Qui sont les Anges ? Où sont-ils ? Les Anges vivent dans le monde éthérique ou monde de l'Imagination. Quel est ce monde et comment l'être humain peut-il y avoir accès ? Les Anges sont très proches de l'être humain depuis toujours, mais aujourd'hui nous sommes, en principe, suffisamment matures pour prendre conscience de la présence de l'Ange et des divers aspects de son action. Grâce à cela, nous pourrons choisir en toute liberté si nous voulons, non seulement nous relier à notre Ange, mais aussi apprendre à travailler avec lui afin de construire l'avenir de l'humanité.

  • Ce travail fait suite à un ensemble de manifestations organisées par le Ministère de l'Éducation Nationale, le Ministère de la Justice, avec le concours du Centre Départemental de Documentation Pédagogique de l'Isère dans le cadre de la semaine nationale qui s'est déroulée du 25 au 29 mars 1996, sur le thème de la violence à l'école. Il est le prolongement du travail conduit par le groupe départemental « Maltraitance-Violence » de l'Inspection Académique de l'Isère. Les différentes activités ont eu pour but de faire connaître les actions menées dans ce domaine par les écoles et les établissements en vue de favoriser des conduites citoyennes chez les jeunes et de développer leur exercice de la responsabilité. Au cours de cette semaine, des manifestations ont été organisées dans les écoles et les établissements volontaires, des ateliers se sont déroulés, dans chaque bassin de formation, pour approfondir la réflexion sur les questions posées localement : un temps fort a eu lieu le mercredi 27 mars au siège de l'établissement CRDP de Grenoble-CDDP de l'Isère. Des tables rondes ont rendu compte de ces travaux et en ont proposé des prolongements ; des conférences ont permis de faire le point sur des problématiques complémentaires et de tracer des perspectives.

  • Existe-t-il pour l'homme de plus brûlante question que celle de ses origines et de son devenir ? Lancés dans la grande aventure de la vie, presque toujours insatisfaits et se sentant à demi-étrangers sur cette planète, les humains anxieux cherchent une réponse capable de calmer leur angoisse. Depuis des millénaires, philosophies et religions se sont efforcées de fournir cette réponse et de donner un sens à la quête humaine. Nous nous garderons de prétendre qu'elles n'y sont point parvenu ! Que d'âmes trouvent chaque jour leur consolation et leur réconfort dans la pratique de l'un des cultes qui se partagent la terre. Mais combien d'autres hélas, continuent d'errer en marge de tous les dogmes ! D'autres enfin, bien qu'attachées à la doctrine religieuse qui leur est familière, tentent d'en approfondir les bases, pour mieux atteindre la source vivante et divine d'où s'épanchèrent les révélations. Pour ces âmes et pour tous ceux qu'intéresse l'exégèse des Livres Saints, le nouvel ouvrage de J.C. Salemi est une lumière sur le chemin. Une fois encore, mais sans se répéter, l'auteur nous dévoile les secrets contenus dans la Bible, cette fois par la simple analyse détaillée des lieux saints et des objets rituels qu'ils contenaient. La surface du tabernacle, c'est le calendrier de Dieu ! Par une simple étude approfondie des concordances existant entre le nombre de poteaux jalonnant l'enceinte du tabernacle et l'histoire des patriarches, J.C. Salemi nous fournit un saisissant raccourci de 6 000 ans d'existence de notre race. Le Plan de Dieu se déroule sous nos yeux avec une exactitude mathématique confirmée par l'histoire. Le secret des cycles se dévoile, révélant non seulement les mystères du passé, mais ceux du présent et de l'avenir. Est-il exact que l'homme primitif, conçu par Dieu dans sa pureté et sa magnificence, possédait tout ce qu'il fallait pour accomplir son ministère et constituer vraiment : « le manipulateur des quatre éléments, le réceptacle de l'énergie divine, le créateur des mondes ? » Est-il possible de reconquérir cet état quasi divin par une alchimie de l'esprit et du coeur qui nous rende notre manteau royal ? Notre auteur le pense, après bien d'autres sages. À sa suite vous plongerez dans les mystères de la création et vous pénétrerez les arcanes secrets de l'harmonie des mondes, cette prodigieuse « gamme mineure » utilisée par Dieu quand il « appela » l'univers à l'existence. Un très grand livre en vérité que « Tabernacle et chandelier » ! Une halte au bord du Jardin d'Eden, une déchirure dans les nuées sombres qui entourent la terre, et par laquelle, déjà, s'entrevoit le rayonnant visage du Créateur. « Tabernacle et chandelier », c'est La prophétie pour notre race, c'est l'espérance enfin, de notre Royaume reconquis !

empty