Mon Petit Editeur

  • Sur une base américaine installée à Brindisi, des militaires mènent leurs actions. Max, pilote de l'armée, sauve une femme de la mort en l'arrachant à ceux qu'il pense être ses tortionnaires. Il sait que ce coup d'éclat va lui coûter cher. Son caractère indiscipliné a toujours posé problème. Dès qu'il le peut, Max se rend au chevet de Leïla avec qui il se lie d'amitié alors qu'elle est hébergée chez le Docteur Luca. Mais suite à sa sanction, Max décide de tout quitter pour partir à Matoury, en Guyane. Un mois plus tard, n'ayant nulle part où aller, Leïla le rejoint. L'amour naît. Mais peu à peu, les premiers doutes s'immiscent dans l'esprit de Max...

  • Un récit où les failles intimes de l'être font apparaître en filigrane dans le vécu de chaque personnage l'empreinte, la trace laissée par la violence terriblement banale des liens affectifs et amoureux, lorsqu'il est question d'affronter sans détour le visage de son irrémédiable solitude... Manipulateur, cynique et désabusé, Franck s'est en effet longtemps joué des autres sans jamais chercher à se remettre en cause lui-même. Mais la faille est là. En se découvrant elle finit par révéler aussi peu à peu celle de tous ceux qui l'entourent. Invisible à la surface, une sorte de vortex se met à remuer profondément les âmes de Philippe, de Gina et d'Anya, faisant éclater dans leurs replis intimes chacune de ces solitudes pour en extraire une forme de vérité... Le vortex est un tourbillon creux qui se produit dans un fluide en écoulement. C'est le principe même du cyclone. Un mouvement physique violent qui se déclenche à la seconde, comme le moindre événement peut lui aussi venir perturber le cours stable de l'écoulement du Temps. Mais il peut être aussi la décision que chacun de nous doit prendre pour bouleverser le cours des choses ou au contraire rétablir l'ordre dans le désordre. Comme s'il n'y avait jamais en rien ni début ni fin mais seulement un principe d'harmonie vers lequel le fait de tendre demeure le seul but raisonnable et ultime.

  • On peut naître, vivre et mourir sans jamais s'être rencontré. Sans avoir connu les rares instants qui permettent de devenir vraiment soi-même. Mais il arrive aussi parfois qu'elles aient lieu, ces rencontres de soi, de l'autre et des autres. Le chemin peut alors être douloureux mais il est surtout libérateur. C'est ce qui le rend beau et c'est ce que vont découvrir Marc et Solène. Marc est Substitut du Procureur de la République du Mans et Solène a cessé de travailler pour élever leur fils Nathan, âgé de cinq mois. Leur couple traverse une crise, comme tant d'autres à l'arrivée d'un enfant, mais Marc sent qu'il s'agit d'un mal plus profond en ce qui les concerne. Il ne se retrouve plus dans ce qu'il vit avec Solène et s'éloigne peu à peu d'elle, jusqu'à ce qu'il fasse la connaissance de Lucie, une étudiante à l'existence agitée... Schéma classique ? Pas si sûr, car cette rencontre inattendue va déclencher une série de bouleversements et changer à jamais le sens de leurs vies !

  • Ronilson Mendoca Coimbra quitte sa paisible vie de professeur de mathématiques à Santarem, au Brésil, suite à la réception d'une lettre lui annonçant la mort de son frère tué en Guyane française. Ce voyage l'entraîne dans une aventure humaine, poétique, sensuelle et meurtrière dans le monde des chercheurs d'or clandestins, les fameux garimpeiros. Entre travail et amour, découvrira-t-il l'assassin de son frère ?

  • « Vous voyez mes mains ? Je vais les laisser bien à plat pour ne pas être tentée de les mettre sur votre petite gueule... » Depuis qu'elle est au chômage Gwladys ne se reconnaît plus ; elle si respectueuse, si polie, devient agressive, se fâche avec son compagnon, ses amies, rate les rares entretiens d'embauche qu'elle décroche et est obligée d'avaler tous les soirs une dose de whisky pour réussir à s'endormir. Elle se réfugie dans les bras du beau Stan pour se prouver qu'elle peut encore plaire à un homme à défaut de séduire une entreprise et finit un soir au commissariat pour avoir voulu dénoncer, à sa façon, un système dont elle se sent prisonnière. Heureusement, elle a ses trois copines chômeuses qu'elle n'aurait jamais rencontrées sans cette formation d'anglais car tout les oppose : leur âge, leur milieu social et leur parcours ; pourtant elles vont s'apprivoiser, se soutenir, pleurer et rire ensemble. Elle a aussi Léo, son fils, pour qui elle refuse de baisser les bras et grâce à qui elle va se découvrir un talent. Plus qu'une compensation, cette découverte va devenir une véritable thérapie et peu à peu lui ouvrir de nouveaux horizons.

  • Professeur de français dans un lycée du Mans, Dan Lécuyer n'éprouve plus aucun sentiment pour son fils Ethan depuis la disparition soudaine de la femme de leurs vies, quatre mois auparavant. Le premier sombre dans la dérive et le repli sur soi, tandis que le second se noie dans un désespoir pudique, impuissant face à l'insoutenable effacement de son père. Les plaies s'ouvrent et risquent la béance, des secrets se révèlent et éclairent le naufrage d'une lumière de plus en plus noire... L'un et l'autre en réchapperont-ils ?... La paternité demeure un sentiment généralement nimbé de non-dits et de retenue. Dès lors, parler de sa faillite et de son inéluctable ruine revient à envisager l'enfance dans ce qu'elle peut avoir de plus douloureux, de plus abandonné. Par ce voyage au plus près d'une conscience masculine en rupture de lien, l'auteur nous convie implicitement à explorer ce qu'il en est de notre propre filiation et du soin que nous lui apportons. On ne sort pas indemne de la plongée dans ce drame familial, à la lucidité cruelle et à l'audace glaçante.

  • « À travers ton livre, tu fais voir ce qui se trouve au plus profond des êtres humains. Cela demeurera un mystère jusqu'à la fin, c'est voulu comme cela mais c'est ce qui met du thrill dans ton histoire car cela demeure au lecteur de le découvrir. » (Maritée Demers, auteure de « Ma vie en pièces détachées » aux éditions Publibook)

  • Cruautés

    Sabrina Bardot

    Dans ces huit nouvelles qui mettent en scène la cruauté, les personnages se font écho d'un texte à l'autre. La cruauté, c'est l'esprit de vengeance, c'est le plaisir de faire mal. L'auteur s'attache cependant à saisir une certaine beauté dans l'obscur, une certaine grâce chez ces êtres qui, de victimes évidentes, peuvent passer au statut de bourreau machiavélique... et vice versa.

  • Lilly mène une existence proche de la banalité. Outre le fait qu'elle cache ouvertement ses origines à quiconque la côtoie, elle officie en tant que servante pour le compte de la fille du roi Alaric, souverain d'Arzhian. Jusqu'à ce que le lourd passé qu'elle s'efforce de taire depuis tant d'années vienne compromettre ses chances de mener une vie sereine. Bientôt, elle devra faire face aux souvenirs auxquels elle souhaite échapper et à une destinée dont elle ignorait tout. Deux pays, deux royaumes. L'un proscrit la magie et la condamne lourdement, l'autre la revendique et en use librement. Deux royaumes que tout oppose mais qui par la force des choses seront amenés à s'unir dans une lutte contre le mal. Des secrets soigneusement gardés seront révélés et mettront à l'épreuve amour et amitié...

  • « Eva restait là, sans rien dire, les yeux grands ouverts, face aux étoiles. Ce qu'elle pensait, nul ne le savait. Il émanait d'elle un calme olympien, une sérénité impressionnante, déstabilisante... » Le regard joue un rôle essentiel dans ces deux nouvelles. Sera-t-il suffisant pour percer les mystères de la vie ? Si l'histoire d'Eva et celle d'Ignace demeurent un fait unique, elles résonnent cependant de profondes questions existentielles à dimension universelle. Comment aimer vraiment, quel est le rôle des générations antérieures, la vie a-t-elle un sens ? À vous de voir, à vous de lire...

  • « Le conditionnel passé est un mode à bannir. Futile et détestable, il emprisonne dans les regrets et prive de la perspective. Pour une fois, je réclame le Présent, temps du tremplin. La résignation appartient au passé et l'espoir à l'avenir. Ce ne sont plus mes choix ! J'opte brusquement pour la Vie. Ce sera mon dernier essai pour vivre libéré de la souffrance. Une décision radicale s'impose. Une voix me dit : "ne rentre pas chez toi." J'abandonne les embouteillages et emprunte une autre autoroute sans savoir où elle me mènera... »

  • Imaginez-vous incapable de vous souvenir de votre identité, incapable de reconnaître les gens qui vous entourent, et même incapable de parler. Être étranger à lui-même est devenu la réalité de Camille. Il comprend tout ce qui se passe autour de lui mais ne peut pas s'exprimer. Du moins avec des mots. Il a aussi du mal à ressentir des émotions comme il en perçoit chez celle qui l'a accueilli dans sa maison. Dans leur maison a-t-elle dit. Pourtant il ne reconnaît rien ici. Qu'importe, elle est gentille et il lui est reconnaissant de l'avoir fait sortir de l'hôpital où tous ces gens lui faisaient peur et l'agressaient. Mais tous ceux qui ont fait partie de son passé ne veulent qu'une chose : essayer de le faire ressurgir. Faire en sorte que le Camille d'avant revienne. Et s'il ne le voulait pas ? Et si ce qui comptait pour lui désormais était de vivre le moment présent puisqu'il ne se souvient pas du passé et ne conçoit pas l'avenir ? C'est ce que comprennent Jeanne et Yamina, ces deux jeunes filles auxquelles il s'attache et qui lui font faire des progrès énormes. Pourtant, un tel désir peut-il être satisfait dans une société où la survie passe par la maîtrise de codes et de valeurs que Camille ne possède plus ? Avec "Ce qu'il reste quand on a tout oublié", Michel Ponte réussit le pari magistral de nous faire entrer dans la peau de ce personnage attachant et profondément humain. Nous découvrons avec lui son passé, sa vie, ses goûts et partageons ses interrogations, parfois sans réponse. Un ouvrage empli d'émotion et de sincérité qui n'a de cesse de nous placer face à nos certitudes sur la vie pour nous montrer que la souffrance n'est pas toujours là où nous aurions pu le croire.

  • Âgé de presque cinquante ans, Jean-Marie n'a jamais vu la mer, et on ne lui connaît pas la moindre aventure. Alors, pourquoi se décide-t-il à multiplier les voyages, depuis le joli mois de mai jusqu'aux frimas de novembre ? Une année dans la vie de Jean-Marie Lammy est un roman psychologique à la fois tendre et amer, une interrogation sur la vie de ceux qui n'ont rien à dire, et nous disent cependant beaucoup. Ceux qui, même s'ils ont de quoi subsister au sens économique du terme, ne savent pas vivre, parce que personne ne les a jamais aimés...

  • Transes lucides

    Tristan Lunair

    Les errants de l'éternité sont allongés comme des morts, contrairement aux apparences, ils ne le sont pas. Leurs corps ont été plongés dans une profonde léthargie, une sorte de sommeil proche du coma, contrôlé par une machinerie ultra complexe et hyper sécurisée qui utilise l'énergie solaire pour fonctionner. C'est ainsi que les condamnés purgent leur peine, ils errent en orbite autour de la terre, dans ce que l'on nomme une isosphère. Ils sont nombreux, tous ces prisonniers que les hommes ont châtiés, au nom d'un monde sans tache, poli en surface, débarrassé de ses opposants à la suprématie politique, et unifié dans sa globalité. Pourtant, il suffirait de peu pour que la volonté de ceux des sous couches sociétales, de tous ces incompatibles relégués à la poubelle de tri sélectif, ne se révoltent un jour, seulement on leur fait croire qu'ils sont peu. Tristan LUNAIR - Gêne éthique de la copie conforme La frontière qui sépare le réel de l'imaginaire est ici très mince, elle se confond, créant un univers ou s'entrecroisent l'onirisme, l'extraordinaire, et la solitude de l'être dans l'agencement de l'univers. On pourrait dire que ces nouvelles échappent à notre contrôle, tant le basculement, l'insolite des situations surprennent, l'auteur nous emmène là, ou nous n'aurions jamais songé...

  • 33

    Stéphane Berthomieux

    Un auteur se lance dans un face-à-face avec ses doubles. Des doubles musicaux, cinématographiques, picturaux, qui le propulsent dans une véritable odyssée. À travers le temps et l'espace, Stéphane Berthomieux nous guide vers quelque rivage métaphysique. Au-delà de l'épopée intime ou d'un simple exercice d'introspection, il nous invite, avec ce qu'il croit, ce qu'il voit et ce qu'il est, à célébrer notre propre Subjectivité.

  • Entre les cours à l'université, les virées nocturnes trop arrosées, les réveils auprès de la conquête d'un soir dont il souhaite s'éloigner au plus vite, Gabriel semble rythmer sa vie sur un tempo d'insouciance et de dérision. Mais qu'en est-il vraiment ? Immaturité ou images à oublier ? Quels liens intimes ou secrets unissent Gabriel et son fantasque colocataire Néron? Quelle sombre histoire familiale a pu ainsi ravager les liens d'amour que l'on pourrait y espérer ? Au rythme d'un coeur qui bat, trop vite comme le temps qui passe, nous sommes entraînés dans cette vie débridée qui s'enivre d'un présent improbable, peut-être pour tenter de tourner le dos au passé et se protéger de l'avenir. Dans ce rythme effréné, Gabriel semble parfois accepter de s'accorder une pause avec Layla, Adam ou Luna mais pour combien de temps... le temps d'un coeur qui bat !

  • Un père aux abonnés absents, exilé à l'autre bout du monde, des valses amoureuses, celui ou celle qui choisit de disparaître une fois pour toutes, sauter le pas ou reculer encore et encore, faire les mauvais choix... Les rencontres que l'on fait, les gens qu'on va aimer toute sa vie, ceux qui vont nous décevoir, tout le bien et le mal qui va nous arriver, les moments de joie intense et de tristesse absolue. Venir au monde, chercher, se tromper, attendre...

  • Pacifico

    Victor Khagan

    La ville de Pacífico, quelque part en Amérique du sud. On s'y exile, on y échoue, on s'y oublie. Une ville qui vous tend les bras. Une ville de pauvres aux yeux de cadavres. On y devine la saleté, la petitesse et la médiocrité. Les rues sont ternes, les salaires sont ternes, les ambitions aussi. Un peu plus loin, la mer et un horizon de rêves perdus. Là, Raymond, Jean-Jacques, Julio, Samyr, Manuel, Michel : une bande de copains, une bande de paumés. De petites combines en vols organisés, ils s'arrangent pour combler les fins de mois. Un jour, un ancien mercenaire les rencarde sur une affaire de contrebande de diamants. Dans l'ombre d'un régime fascisant d'Amérique latine, un ballet d'âmes perdues, bouffées par leur passé, où l'amitié, l'amour et la mort se conjuguent sur une mélodie douce-amère déchirante. Des tranches de vies touchantes de justesse, une galerie de pieds nickelés attachants : Victor Khagan fait naître une véritable émotion au coeur d'un no man's land sorti de l'oubli.

  • En Afrique, pendant sa jeunesse, le narrateur vit un évènement troublant qui va le tourmenter pendant de nombreuses années au cours desquelles les souvenirs, comme des fantômes, affleurent à la conscience et enjoignent de les exprimer à travers la catharsis libératrice de l'écriture. Le temps de l'oisiveté permanente que confère le statut de retraité va être l'occasion pour l'auteur de se soumettre à cette injonction et de s'affranchir du joug du vécu pour découvrir l'univers de la fiction et de l'imaginaire.

  • « Qui l'aurait cru ? Qui aurait cru qu'un jour je serais assise là, à at-tendre que je me pardonne ? Mon esprit faible fait marche arrière. Tous les jours un peu plus. La Diligence... Et puis, la maison. Le trajet en voiture à ressasser cette folie. Les Brisants de Savannah. Sa fureur démesurée. Mon désarroi. Je recule. Je revois. Je refais. Comment ai-je osé ? On m'interroge. Le portillon resté entrouvert battant immuablement dans la brise. Attisant le feu qui nous animait. Mon impuissance à me justifier, son regard empli d'une haine soudaine, incompréhensible et brutale. Le sens de tout cela m'échappe imperceptiblement. Me semble tantôt dérisoire, tantôt presque comique. Un coup de pied dans le rocking-chair qui dégringole avec fracas de la véranda sur les rochers. La peur qui m'avait envahie. Il avait perdu le contrôle. Comme pris au piège. J'étais paniquée. Parfois, je redéfais. »

  • "...Les semaines passées en selle dans la montagne... C'est cette vie libre, ce travail dur et sain qu'aimaient Joseph et ses compagnons. Ils emportaient aux estives des Madres, avec leur peu de bagage, le meilleur d'eux-mêmes : leur amour des chevaux, de la nature, de la liberté, leurs coeurs d'enfants pleins de prairies, de mustangs, de cavaliers de l'Ouest. L'un d'eux avait gagné le surnom d' Arizona pour avoir travaillé comme cowboy dans un ranch de cet état. À son retour d'Amérique, Joseph lui avait demandé : - Alors, comment c'était, là-bas ? - Comme ici. En plus grand ... "

  • Toutes seules

    Lucifiote

    Béa, Blandine, Annabelle et les autres, petites ou grandes, jeunes ou plus âgées, toutes différentes mais pareillement invitées au banquet très spécial qu'elles devront digérer : menu « Bilans acciden-tés et atterrissages forcés ». Entrée : « Larmes chaudes », abondantes et salées, plat principal unique « écoeurant obligé », dou-ceurs de fin de repas : « Désillusions gratinées ». Dégustations pénibles et régimes imposés, attentions délicates : battues-trahies-trompées, migraine carabinée et maux de ventre assurés : tout y est...

  • "Ma grande soeur qui avait assisté à la scène ricanait. Elle m'attendait dans le jardin, au coin de la maison, pour me mettre une raclée. Gifles, coups de pieds, coups de poings. Quel âge avais-je ? Trois ou quatre ans ? « Prends ça, fayot, lèche-cul, tapette ! Et va le dire à Maman, tu vas voir ce que tu vas prendre ! » Mais ça ne s'est pas passé comme ça longtemps. Dès que j'ai été de taille à lui répondre, je lui ai rendu ses coups - dent pour dent et oeil pour oeil, disait ma mère- sans oublier les intérêts. Et la dernière vraie bagarre dont je me rappelle a eu lieu l'année de mes six ans. Je me débrouillais avec ma taille, contre une pluie de gifles, je répondais avec une volée de coups de pieds dans les tibias. Le procédé manquait certes d'élégance, mais comme le disait si justement ma mère, il n'y a que le résultat qui compte." Juillet 1942, à Paris. Frajdla Cinamone est arrêtée pendant la grande rafle du Vel d'Hiv, internée à Drancy puis déportée à Auschwitz. Soixante ans plus tard, Tristan Donnadieu, peintre en quête éperdue de reconnaissance est en pleine dépression. A la mort de son père, il va partir à la recherche des secrets de sa famille: la maladie de sa mère, la maltraitance subie, l'indifférence de son père, la haine de ses soeurs. Entre dépression et devoir de mémoire, un roman autour de cette obsédante question: l'oubli n'est-il pas le meilleur moyen de tuer les morts?

  • Tel père, tel fils ? A la suite du récit de son illustre père, « Les voyages de Gulliver », Jack Edward nous invite à un parcours intimiste, au coeur de l'Angleterre du début du XVIII° siècle. Nous y croisons quelques personnages, parfois célèbres, un petit garçon sans doute autiste, des familles d'accueil... Les lettres échangées évoquent émotions, vie quotidienne et problèmes de société.

empty