Ex-Æquo

  • Une femme en quête de vengeance et un vieil homme coupé du monde, dont la liberté s'arrête aux murs de la structure qui l'accueille.
    Une jeune femme, Julia, veut se confronter à celui qui a tué son père alors qu'elle était fillette. Elle est prête à tout pour découvrir les circonstances exactes du drame et hurler sa rancoeur à « l'assassin ». Ses armes : le mensonge et la manipulation. La rencontre de Louis et de Julia entraine chacun des protagonistes du roman dans une intrigue émouvante et riche en rebondissements. Le dessein initial de Julia risque bien de se transformer en une aventure inattendue.
    Un vieillard, Louis, s'évertue à sauvegarder son identité et sa dignité dans l'EPHAD qui l'héberge. Avec obstination, il lutte pour rester celui qu'il a toujours été : un homme fier et libre. Inlassablement, il tente de faire face au naufrage de sa vieillesse et aux douloureux renoncements qu'elle engendre. Il résiste à sa manière aux contraintes de la collectivité et à ceux qui veulent penser pour lui. Les visites de son petit-fils, son amitié avec Fanette l'aident à garder le cap. Mais ce que tous ignorent, c'est qu'il tait un lourd secret de son passé et la culpabilité qui l'accompagne.
    Quand leurs destins se croiseront, sera venu pour Julia le moment de choisir : vengeance ou pardon ?
    EXTRAIT
    11 juillet 2015, 6 heures
    Réveil brutal. La clarté s'engouffre dans la chambre et sur mon corps déjà en sueur. J'aurais dû dormir la fenêtre ouverte, mais le sommeil m'a emporté très vite, hier soir. Coup d'oeil sur le réveil : six heures. C'est tôt, mais mes pieds m'entraînent déjà jusqu'à la fenêtre. Je l'ouvre afin de faire entrer la fraîcheur toute relative. Face à moi, le micocoulier semble m'inviter à venir farnienter sous son abri de verdure et me prédit des moments doucereux à l'ombre de ses grands bras. La promesse d'un cadre de vie tranquille et charmant annoncée par l'agence de location avec laquelle j'ai traité n'était pas un mensonge publicitaire.
    Je suis fébrile, l'heure de la rencontre approche. Dans deux heures, je serai face à Louis. Avant de m'endormir hier soir, je me suis répété mille fois la manière dont j'établirai ce premier contact. J'ai mon script bien en tête et les premières paroles que je prononcerai seront celles-ci : « Bonjour, Monsieur Héraut, je m'appelle Floriane Vivier. Je recherche une personne dans la maison de retraite qui accepterait que je lui rende visite de temps en temps. Cela lui permettrait peut-être de rompre sa solitude et puis moi, je viens de m'installer dans la région et je ne connais personne, alors, cela me ferait plaisir. »
    Je ne donnerai pas ma véritable identité, car il pourrait faire le lien avec le nom de mes parents. Qui me dit qu'il n'a pas été autrefois au courant de mon prénom ? Qui me dit qu'il ne m'a pas au moins rencontrée une seule fois ? J'ai aussi écrit ses réparties... le problème, c'est que lui, il ne les a pas apprises. Alors bien sûr, si dans mon imagination j'ai écrit le scénario idéal, je sais que tout peut foirer. Cela serait inconcevable pour moi qui me prépare depuis tant de temps, moi qui ai tout quitté pour venir ici. Mentir sur mon identité me dérange-t-il ? Oui, un peu... mais je n'ai pas le choix.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Dominique Dejob vit dans un village forézien proche de Saint-Etienne. D'abord enseignante, elle exerce ensuite le métier d'éducatrice spécialisée. Au moyen de sa plume, elle veut lutter contre ses préjugés, l'intolérance et les discriminations. Les petits vieux dans l'arbre est son premier roman.

  • Le sang des uniformes

    Denis Leypold

    • Ex-æquo
    • 20 February 2018

    Entre l'armée allemande et l'armée française, les jeunes Alsaciens doivent choisir...
    Ils sont issus d'une même famille originaire d'Alsace que la guerre de 1870 sépare et que celle de 1914 oppose.
    Henri, 19 ans, est soldat dans l'infanterie allemande. Comme plusieurs de ses camarades, il est natif d'une vallée des Vosges alsacienne et il sera opposé aux forces anglaises. Charles, qui a passé son enfance dans le Gard, est capitaine dans l'armée française. Chacun d'eux connaîtra la douloureuse expérience des champs de bataille, des aubes de fer, des pluies d'obus, de la fureur des engagements et de la fragilité de la vie.
    L'histoire romancée de leur vie, du Tonkin au Nord de la France, avec leurs pensées, leurs désirs blessés de fraternité et de partage avec tous les hommes, librement interprétée sur la base de souvenirs familiaux et d'archives, porte le témoignage d'une tragédie humaine et familiale qui n'est pas moins la conséquence revancharde de la guerre de 1870.
    Le récit poignant d'une famille alsacienne déchirée par la guerre.
    EXTRAIT
    Neuve-Chapelle, 1915
    Sous le ciel bas de ce matin glacé de février, deux formes allongées dans le lit marneux de la terre se dissimulaient derrière le parapet de la tranchée ainsi que des statuettes de glaise figées dans la rétine du temps. Elles semblaient tenir le monde au bout de leur fusil. Ne venaient-elles pas de surprendre un mouvement suspect, en face ? Une sensation pénétrante et mortifère de vulnérabilité venait les asservir, les saisissant dans sa gueule, les portant à concentrer toute leur attention sur un pauvre petit bout de terre ravagé, questionnant son relief crevé d'entonnoirs, leur trouble bondissant comme des couteaux dans la poitrine. Ces moments d'extrême tension usaient les hommes, les attachaient à la sécheresse des solitudes que pouvaient abreuver des déluges de fer, les emprisonnant dans leur attente.
    Mais tout tardait à venir, rien ne se passait, là, en face, rien ne se décidait, rien ne se redressait pour venir les frapper d'un redoutable coup de faux. Était-ce une feinte ? Alors, lentement, à force de ne rien entendre d'autre de plus ordinaire que le chant continu des tirs qui marchait sur l'horizon, on se mettait à porter devant soi le rêve fou d'espérance que les choses pourraient bien rester ainsi jusqu'à la fin de la guerre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Denis Leypold est docteur en histoire et responsable scientifique au Musée de minéralogie de l'Université de Strasbourg. Fils et petit-fils de forestier, il se passionne pour la nature, la poésie, la photographie, l'histoire et l'architecture médiévale, ainsi que pour l'écriture à laquelle il a consacré son premier roman Johann de Salm publié en 2013, et un ouvrage d'art Églises - Kirchen, voyage photographique - eine Fotoreise en 2014, puis Le manuscrit de Wittenberg ; L'écuyer noir en 2016 ; Le chant de Livia en 2017 chez Ex Aequo. Né en Alsace en 1953, il vit près de Strasbourg.

  • Un corbeau sur la toile

    Anne Basc

    Un corbeau pollue l'enquête de Manos Xanthakis.
    Tournant le dos aux obsessions assassines des tueurs en série, le roman Un corbeau sur la toile privilégie le suspense psychologique et le mystère, avec une innovation : le lecteur est pris à partie et invité à s'exprimer sur l'enquête qu'il découvre sur la toile du web....
    Des années après le procès de Kopanas, le policier Manos Xanthakis crée un site internet destiné à recueillir sur la toile du web de quoi faire réviser un procès bâclé, d'après lui. Hélas, un corbeau qui signe « Hannibal le cannibale » va polluer l'enquête...
    Allers et retours entre Strasbourg, la Crète, Mycènes, Kopanas... Seule certitude : un crime se préparait. Mais qui en était le véritable auteur ? Le meurtrier va-t-il récidiver ? Les courriers se contredisent sur le web, les fils de la toile s'entremêlent... Comment sortir du labyrinthe ?.... 
    Plongez dans les investigations de Xanthakis, bien décidé à faire réviser le procès bâclé de Kopanas malgré les menaces de « Hannibal le cannibale »
    EXTRAIT
    Quand elle est entrée, ma première réaction a été de jurer tout bas. Pourtant, elle n'avait pas l'air d'une femme à embrouilles. Une toute jeune femme. Toute frêle. Elle tombait mal, c'est tout.
    Elle hésitait au seuil du bureau, je lui ai dit d'entrer d'un ton rogue. Elle a fait un pas, s'est arrêtée, je l'ai apostrophée assez grossièrement. Encore une fois, c'était un jour où je ne supportais rien. Peut-être aussi que j'ai senti que cette femme n'allait m'apporter que des ennuis. Une intuition, en somme, comme j'en ai parfois, assez rarement, il faut bien l'avouer...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Originaire de Nice, Anne Basc a enseigné le grec ancien et mêle à ses histoires des souvenirs vivaces de la mythologie revue à la sauce informatique... Elle signe là son 5ème roman policier, où elle se plaît à mêler le suspense et l'atmosphère sombre des romans noirs américains, transposée dans la métropole alsacienne, la Crète et la Grèce où naquit la tragédie antique. Tout un programme...

  • Les roses volées

    Alexandre Geoffroy

    • Ex-æquo
    • 20 February 2017

    Un homme à la recherche du meurtrier de sa fille.
    Un soir de pluie glaciale à Biarritz, un homme recherche le meurtrier de sa petite fille. Cloîtré dans sa voiture, avec une bouteille de vodka pour seule compagnie, ce père se demande s'il sera capable d'ôter la vie à celui qui a détruit sa famille. Une chasse à l'homme désespérée, un face à face gluant, où chaque round plonge Paul toujours plus profond dans la folie. La sienne et celle des autres...
    Découvrez un thriller haletant et suivez le parcours de Paul, un homme désespéré qui sera plongé toujours plus profond dans la folie, la sienne et celle des autres.
    EXTRAIT
    Me suis éveillé, enfin, échoué dans cette maudite bagnole. Pas la peine de checker : mal de crâne, ébloui, assoiffé.
    La même gueule de bois depuis des mois. Peut-être même une année. Je coule toujours plus profond, ancré à un énorme rocher. Pas moyen de savoir quand sera la fin. Que je la rejoigne enfin.
    Ciel d'hiver, vent incessant et pluie glaciale, pas de doute le mois de février tient ses promesses. Et ici, à Biarritz, dans le magnifique quartier de l'hôtel du Palais, à minuit c'est le no man's land. Les restaurants saisonniers sont bouclés comme des tombeaux, leurs terrasses pleines l'été ressemblent ce soir à un cimetière de chaises. Pas même une vieille dame pour promener son cabot. À croire que les petits chiens, ici plus qu'ailleurs, ont une plus grosse vessie, de quoi tenir jusqu'au matin.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alexandre Geoffroy est issu d'une famille de restaurateurs, diplômé de l'École Hôtelière de Bordeaux, il a marché dans les pas de ses parents en ouvrant son propre restaurant à Agen. Une première vie courte, mais passionnante, qui sera le décor de son premier roman.
    Aujourd'hui, à 37 ans, il vit au Pays Basque. En grand fondu de Polars, l'idée originale a mûri dans son esprit pendant des années ; avant qu'il ne libère et prenne le temps de figer sur le papier cette histoire brute, éprouvante et viscérale.

  • My funny Valentine

    Pierre-Yves Wurth

    • Ex-æquo
    • 30 January 2017

    Deux enquêtes parallèles qui s'affolent et s'entrecroisent.
    Pourquoi tuer un cambrioleur, le ramener chez lui et agrémenter son sommeil éternel d'un classique du jazz ? L'inspecteur Ittard ne souhaite pas forcément répondre, et pour cause : il est peut-être mêlé à ce meurtre. Mais il n'est pas le seul. Trois amis de la victime comptent bien sauver leur peau en démasquant l'assassin. Lorsque celui-ci sème un deuxième cadavre, les deux enquêtes parallèles s'affolent et s'entrecroisent à la recherche de la vérité. Et si la clé en était My funny Valentine, cette étrange chanson d'amour qui rôde depuis quelque temps à travers la ville ?
    Découvrez un polar haletant et suivez pas à pas les investigations de trois amis bien décidés à sauver leur peau en démasquant un assassin.
    EXTRAIT
    C'est lui, pas de doute. Je lui laisse quelques mètres d'avance et lui emboîte le pas. Sans me presser, parce qu'il avance lentement. Tout son corps trahit la lassitude d'une nuit de travail sans doute occupée à ne pas faire grand-chose. Veilleur de nuit dans un hôtel de seconde classe, c'est pas le boulot le plus passionnant du système solaire ! Mais ça doit lui laisser le temps de penser à la musique. D'après ce que j'ai compris, il joue du saxophone à ses heures perdues. On pourrait d'ailleurs lui trouver un physique d'artiste, façon poète maudit. Ou alors de bolchevik à la veille de la révolution d'octobre.
    Un rapide frisson secoue tout son corps. Le froid et la fatigue, j'imagine. La ville bascule dans le jour en hésitant. Je fixe mon bonhomme autant pour oublier le froid que pour faire le job. Je le fixe, rejetant dans le flou le bitume, le béton et les carrosseries. Pourtant je me laisse presque surprendre lorsqu'il s'arrête d'un coup devant une porte et enfonce sa clé dans la serrure.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    My funny Valentine nous sert une intrigue fort bien léchée, riche en rebondissement et en humour (un humour un rien pince sans rire, j'en conviens) le tout agrémenté de personnages hauts en couleur et à la morale bien particulière... Bref un vrai petit bijou de littérature policière comme on en voudrait plus dans nos librairies ! - Renou Pierre, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après des études de philosophie, Pierre-Yves Wurth a travaillé dans la formation et l'insertion. Il enseigne aujourd'hui le français et l'histoire-géographie à Colmar. Mordu de littérature, il découvre le roman policier avec John Dickson Carr et James Ellroy, en même temps que le jazz. Il s'intéresse par ailleurs aux peuples dits primitifs, ainsi qu'à l'action de l'imaginaire et de l'inconscient collectif dans notre réalité.

  • Rouge Baiser

    Benoît Herbet

    • Ex-æquo
    • 30 January 2017

    Derrière le site « Rouge Baiser » se dissimulent Aurélie, Poppée, Cassiopée et Salomé. Ces quatre jeunes strasbourgeoises louent leurs charmes à des messieurs en manque de tendresse ou de passion.
    Un soir, l'une d'entre elles est assassinée par un meurtrier insaisissable que les médias ont baptisé Le Tueur aux dés. Les trois survivantes de « Rouge Baiser » se rendent alors à l'évidence. Le Tueur aux dés est un de leurs clients habituels !
    Tandis qu'elles s'engagent dans une course-poursuite hasardeuse, la liste des victimes s'allonge...
    EXTRAIT
    Il était une fois... Une jolie princesse. Princesse en son royaume, et reine dans les coeurs. Une princesse au corps idéal comme un printemps ensoleillé, doux comme un soleil d'été se couchant par-delà une mer chaude, et qui regardait son reflet dans le miroir.
    Miroir, joli miroir, dis-moi que j'ai l'air d'une pute...
    Et le miroir, complice, de lui renvoyer l'image qu'elle espérait.
    Miracle de l'union profane entre la viscose et l'élasthanne. Sa robe la serrait de partout. Sa robe était trop. Trop courte, couvrant à peine l'exquis rebond de ses fesses. Trop moulante, épousant sa silhouette jusqu'à se confondre avec son corps. Trop échancrée, comprimant et exhibant ses seins ronds.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après « L'ombre de la Chimère », « Rouge Baiser » est le deuxième roman de Benoit Herbet. Cette nouvelle intrigue, aux confins du thriller psychologique, du conte de fée moderne et du roman d'épouvante, vous emmènera bien plus loin qu'il vous est possible d'imaginer...

  • Peste sur la ville

    Mary Play-Parlange

    • Ex-æquo
    • 30 January 2017

    Un fléau des temps anciens s'invite au XXIe siècle...
    Un fléau surgi des temps anciens peut-il de nos jours faire trembler la population d'une grande cité ? Une prophétie de Nostradamus va bouleverser la vie de deux flics bien ancrés dans le XXIe siècle... « L'animal titube comme ivre, pousse de légers cris plaintifs, laisse derrière lui des gouttes de sang qui s'écoulent de son museau pointu. Il s'arrête soudain les moustaches frémissantes, se dresse sur ses pattes de derrière, se raidit. Il perd l'équilibre et d'un coup s'affale aux pieds de Diego. » L'agent d'Interpol Melinda Fields et le commissaire Diego Martelly sont embarqués dans le même bateau...
    Suivez pas à pas les investigations de l'agent d'Interpol Melinda Fields et du commissaire Diego Martelly, dont les existences se voient bouleversées par une prophétie de Nostradamus.
    EXTRAIT
    À quarante ans, Keith Baldelli n'appartient plus aujourd'hui à la communauté des vivants. Il se terre solitaire à l'écart du monde.
    Depuis dix longues années.
    Depuis qu'un corset de fer enserre son torse.
    Depuis qu'il se déplace en fauteuil roulant.
    Depuis qu'il est infirme.
    Difficile de pardonner au destin un coup du sort injuste et si cruel !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Une rencontre sur les bancs du collège, des retrouvailles bien des années plus tard... quand deux femmes font une auteure. Mary Play-Parlange distille dans son sixième polar l'angoisse et l'effroi qui transforment la vie de tous les jours en enfer.

  • Aphrodite Pandora, psychologue clinicienne, ne craint pas de se mettre en danger pour ses patients.
    La fascinante Aphrodite Pandora ne craint pas le danger. Sinon cette psychologue clinicienne ne se serait jamais spécialisée dans le traitement des auteurs de violences conjugales. Quand ses patients disparaissent dans des circonstances suspectes, elle s'inquiète... Le commissaire Wolf, un ancien soldat au passé trouble, est bien de cet avis... Avec une subtile association de gravité et d'humour, l'auteur nous plonge dans une enquête haletante entre l'Europe et le Canada, à la recherche de réponses qui prennent des accents de guérison. En explorant la psyché de personnages torturés, il nous fait découvrir des thérapies qui n'empruntent pas toujours des chemins policés, ceux enseignés dans les universités. Mais... aurez-vous l'audace de vous engager sur ces chemins de traverse ?
    Plongez dans une enquête haletante entre l'Europe et le Canada, et découvez une psychologue à la recherche de réponses qui prennent des accents de guérison.
    EXTRAIT
    Quand elle fut seule, Aphrodite Pandora chercha aussitôt à joindre une des assistantes sociales de l'hôpital. C'était la règle. En dehors de sa hiérarchie, seuls les travailleurs sociaux étaient habilités à rompre le secret professionnel de l'entretien psychologique. Eux seuls pouvaient engager une enquête de maltraitance. Eux seuls déclenchaient les mesures concrètes de protection pour les victimes. Elle édita le fichier des numéros d'urgence sur son imprimante. Une chance ! Elle venait juste de mettre la liste à jour, la veille au soir. Elle avait passé la soirée seule, Paul était de service, et les enfants dormaient chez des amis. Entre se poser devant le feuilleton du vendredi soir, et s'avancer dans son travail, le choix avait été facile. Elle composa un numéro. Tapotements impatients sur le bureau. Ses appels sonnèrent dans le vide. Tous les intervenants étaient sur le terrain, et ils n'étaient pas équipés de portable. Restriction budgétaire oblige... Dans le secret de son bureau, elle pesta contre le carcan des procédures administratives, lourdes, inadaptées aux urgences. Cette attente forcée la contraignait au calme, à l'analyse du mot clé, urgence. En était-ce vraiment une ?
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Premier roman de cet auteur... On ne dirait pas tant il est maîtrisé. Un thriller. Une plongée dans le monde de la psychologie et de la psychiatrie criminelle. - Blackkat, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-François Thiery réside en France, dans le pays de Montbéliard. Il commence à écrire en 2009, et ses premières participations à des concours littéraires sont couronnées de succès. Après la publication de recueils de nouvelles, il plonge dans l'univers sombre des thrillers. Thérapie en sourdine est son premier roman.

  •  Paris, 5ème arrondissement. Une jeune femme est retrouvée atrocement mutilée dans un terrain vague le long de l´autoroute. Les sévices qui lui ont été infligés n´augurent rien de bon quant à la folie des meurtriers. Pour Camille, dont la vie privée va se retrouver intimement liée à cette affaire, et Mathias, enquêteurs au 36, Quai des Orfèvres, c´est le début d´une course effrénée contre la mort qui va éprouver toutes leurs convictions. Tour à tour chasseurs ou gibiers, les deux officiers accompagnés de Sophie, leur amie médecin légiste, vont vivre une traque infernale et bouleversante.




      Philippe Boizart est né en février 1973. Il est Ingénieur Territorial en voirie et espaces publics au sein de Lille Métropole Communauté Urbaine. Passionné de littérature et de poésie voici son premier thriller. Il partage son affection pour les livres avec celle qu´il cultive pour le 7ème Art depuis l´enfance. 

  • Nivôse ; an X

    Olivier Chartier

    Une quête ayant pour but de comprendre les raisons de la disparition de Pierre François, un soldat vétéran de la Révolution, dans la forêt de Moselle.
    «?Il gèle à pierre fendre. À mesure que la nuit approche, s'empare de la forêt, enveloppe arbres et bêtes, elle vient à lui. À l'aveugle, il poursuit, sans fil. La fine pellicule de gel craquelle sous ses talons, frappant pierre et terre.?» Nivôse - An X : quel est le secret de la disparition de Pierre François sur les sentes enneigées de cette forêt de Moselle ? À partir d'archives exhumées, le lecteur plongera dans un univers trouble : rumeurs et batailles des guerres révolutionnaires où s'exaltent la fureur des sabres et la folie humaine, errances dans des provinces inhospitalières. Pas de hauts faits, mais des pans de la grande Histoire, des fragments de vie d'un jeune homme luttant pour s'émanciper d'un destin trop tracé, d'acolytes ambigus et d'un loup. Autant de tableaux déclinant les songes de Pierre... Mais ce lointain aïeul, n'est pas un seul «?héros?» de cette bio-fiction historique; il est aussi une énigme à résoudre : aux interrogations de l'officier de police judiciaire devront se joindre les hypothèses du lecteur pour recomposer cette histoire vraie.
    Découvrez cette bio-fiction historique et plongez-vous dans les aventures passionnantes de Pierre François !

  • Un jeune Franco-roumain devient enquêteur amateur à la recherche de vérités familiales dans un Bucarest hostile.
    Mai 2016.
    À la suite du décès de son oncle, Arthur, trentenaire français né en Roumanie aux débuts des années quatre-vingts, se rend à Bucarest afin de régler la succession.
    Il ignore pourtant presque tout de cet homme qui vient de lui léguer l'intégralité de ses biens.
    À peine arrivé dans l'appartement de ce parent aussi généreux qu'énigmatique, Arthur tombe sur un violent comité d'accueil qui l'oblige très vite à se rendre à l'évidence : son oncle a mené une existence encore plus complexe et nébuleuse qu'il ne le pensait jusqu'à présent.
    De cuisantes déconvenues en époustouflantes découvertes, ce détective malgré lui, souvent dépassé par les événements mais toujours soutenu par de burlesques acolytes, mène alors une enquête historique toute voile dehors, afin de démêler les multiples énigmes entourant la mystérieuse existence de cet oncle.
    Arthur parviendra-t-il à éclaircir les zones d'ombres autour de son oncle décédé ? Que lui réserve Bucarest ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Sylvain Audet-Gainar est né en 1980 et a grandi dans le Haut-Beaujolais avant de faire des études de Lettres à Lyon, à Strasbourg et à Bucarest. Fasciné par la Roumanie, il y a vécu et enseigné le français pendant de longues années. Il a également été le traducteur de plusieurs polars roumains, avant de se lancer aujourd'hui dans l'écriture de ses propres romans.

  • Camille, marquée par l'affaire « Cochise », le tueur aux scalps, ressent le besoin de revenir dans le village de son enfance...
    Elle se rend seule à Templeuve, dans le Nord de la France, déterminée à se ressourcer et retrouver les liens forts qui l'unissaient à son cousin.
    Mais la quiétude de la région est troublée par une série de meurtres, dont l'étrange rituel va réveiller les instincts de policier de Camille.
    Retrouvez les héros de « Le reflet de la Salamandre », confrontés à une histoire mystérieuse mêlant passé et présent qui va ébranler leurs convictions.
    EXTRAIT
    Elle serra son cousin dans ses bras et se dirigea vers l'escalier.
    - Fais de beaux rêves Camille, les songes sont parfois un lieu de rencontres étonnant.
    À ces dernières paroles, elle se retourna brusquement, mais Philippe était déjà sorti fumer une cigarette sur la terrasse. Pourquoi lui avait il dit cela ? Demain, elle lui demanderait ce qu'il savait à propos d'une certaine Marie Navart, sans lui dire que c'était son rêve qui avait déclenché son retour à Templeuve : rien probablement. Une fois dans sa chambre, Camille réalisa qu'elle était détendue et heureuse et qu'elle se sentait en sécurité dans cette maison. Non pas qu'elle ne connaissait pas de moments de bonheur dans sa nouvelle vie partagée avec Alex, bien au contraire. Mais ce soir, elle retrouvait des sensations d'enfance, elle redevenait une petite fille, insouciante, profitant simplement et pleinement de l'instant présent. Dès qu'elle fut sous les couvertures, elle s'endormit instantanément, d'un sommeil paisible et profond, comme lors de ses années passées dans ce village.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    L'écriture est simple, agréable à lire. Les lieux sont très bien décrits, l'intrigue est présente à chaque chapitre et les personnages sont psychologiquement bien détaillés. Tous les ingrédients y sont pour découvrir en toute hâte Le marteau de la sorcière. - Delphlabibliovore, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Philippe Boizart est ingénieur principal à Lille Métropole Communauté urbaine. Il partage sa passion pour la littérature et la poésie avec l'affection pour le 7ème art qu'il cultive depuis l'enfance. Voici son troisième roman.

  • La première adjointe au maire est abattue en pleine rue à Strasbourg.
    Jour de canicule à Urheim, un petit village de la Communauté urbaine de Strasbourg. Alors que les villageois se terrent chez eux pour faire la sieste, la première adjointe au maire est abattue en pleine rue. Crime passionnel ou assassinat politique ? Aucun témoin ne se manifestant, Kroep, le gendarme chargé de l'enquête, soupçonne tout le monde ou presque. Le mari de la jolie adjointe ou un de ses amants ; ses collègues du conseil municipal avec qui elle avait des relations tendues ; ses administrés enfin qui s'insurgent contre la création d'une zone commerciale de grande envergure dans leur verger, une zone que l'adjointe appelait de tous ses voeux. Et les choses se compliquent encore avec le second meurtre...
    Suivez pas à pas les investigations du gendarme Kroep, confronté à deux meurtres...
    EXTRAIT
    - Les pompiers nous demandent de nous rendre d'urgence à Urheim. Une adjointe vient de se faire descendre en pleine rue.
    - J'arrive.
    - Une adjointe, non mais n'importe quoi, grogna Georges. Ce n'est pas parce qu'il fait une chaleur épouvantable qu'il faudrait qu'ils se croient à Marseille.
    Cette brève conversation avait suffi à Georges pour redevenir Kroep, le spécialiste en investigation criminelle de la brigade de recherche, un fin limier dont la réputation dépassait les frontières depuis qu'il avait contribué à déjouer un attentat visant le centre commercial des Halles à Strasbourg. Kroep posa résolument le pied sur l'accélérateur et fonça vers Urheim.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Marlène Husser a été interprète en RDA avant d'être cadre dans un groupe européen. Elle signe ici son premier roman en s'inspirant de son expérience de conseillère municipale.

  • Chaque crime en son temps

    Lilian Avram

    • Ex-æquo
    • 30 January 2017

    Les choses ne sont jamais ce qu'elles prétendent être : une invitation peut être un piège, un meurtre une illusion, et la mort un mirage.
    Quel est le point commun entre un modeste employé de bureau, une femme amoureuse d'un proxénète, l'animatrice d'une célèbre station de radio, un haut fonctionnaire, une petite voisine bien intentionnée, une épouse malchanceuse, et une veuve optimiste ? Tous ces personnages vont, chacun à leur tour, se trouver au coeur d'une petite histoire criminelle. Victime ou assassin ? Mais attention, les choses ne sont jamais ce qu'elles prétendent être : une invitation peut être un piège, un meurtre une illusion, et la mort un mirage.
    Découvrez les destins de plusieurs personnages, et découvrez comment leurs parcours tendent tous à les placer au centre d'une petite histoire criminelle.
    EXTRAIT DU CRIME DE L'ALLÉE DES CÈDRES
    Je vivais des minutes à la fois pénibles et exaltantes où je n'arrivais plus à distinguer le vrai du faux, la réalité de la fiction. D'ordinaire, je serais bien incapable de jouer la comédie ! Pourtant, à cet instant, n'étais-je pas un véritable acteur... de même que la personne qui gisait par terre près du buffet ? N'allait-elle pas, quand le rideau serait baissé, se relever pour saluer son public ?
    Hélas, nous n'étions pas au théâtre... Cette femme était bien morte, et moi j'étais dans un drôle de pétrin.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Liliane Avram vit à Poitiers. Un temps fonctionnaire, elle a démissionné, occupé divers emplois avant de se consacrer totalement, et avec passion, à l'écriture.
    Chaque crime en son temps est son premier recueil publié.

  • Après les horreurs de la guerre, la mort resurgit dans le petit village pourtant paisible de L'Hermitière...
    Vendée, 1921. Trois ans à peine que la Grande Guerre a cessé. Les rescapés ont repris place aux champs ou à l'atelier. Dans le village de L'Hermitière, la vie continue, de vendanges en battages, presque comme avant.
    Mais un soir de décembre, on retrouve, dans son chemin, le corps criblé de balles du jeune Albert Brillot. Bagarre mortelle, froid assassinat ?
    Les gendarmes vont devoir délier les langues, se méfier des bavards et faire parler les taiseux, trier vérités et ragots dans ce monde de paysans rugueux et retors.
    Pour compliquer leur tâche, voilà que lettres anonymes et histoires de « sorcelage » s'en mêlent...
    Un juge sablais, un enjomineur de La Roche, la brigade mobile d'Angers et jusqu'à la presse parisienne, tous veulent prendre leur part pour désigner un suspect idéal.
    Puis viendront le procès, et le verdict... celui de la cour, et celui de la population.
    Un roman policier inspiré de faits réels dans la Vendée de l'entre-deux-guerres.
    EXTRAIT
    - Albert Brillot, un jeune du village de l'Hermitière de Saint-Germain-de-Lalande, vient d'être tué à coups de fusil, à peu près à onze heures. On sait pas par qui. C'est le valet de la Mine qui l'a trouvé le premier au milieu de l'allée qui va de la grand' route à sa ferme. J'ai arrivé sur ces entrefaites, je sortais justement de chez les Brillot, autant le dire, je fréquente une des filles. Avec deux autres hommes du village, on l'a ramené chez lui. C'était pas beau à voir. Je suis venu vous prévenir, dès que j'ai pu, à la demande de la famille. J'en sais pas plus. Il ne faut pas que je tarde trop, je suis domestique chez Donatien Garreau à la Croisette, j'ai déjà bien du retard et c'est pas la porte à côté.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Dans Le crime de l'Hermitière, Henry-Pierre Troussicot s'inspire de faits réels, qu'il fait revivre au fil des pages tout en laissant libre cours à sa plume et à son imagination. Il ressuscite, pendant les quelques heures que durera notre lecture, une campagne vendéenne de l'entre-deux-guerres : la commune de Saint-Germain-de-Lalande (que vous chercherez en vain sur une carte !) et ses multiples hameaux, dont l'un des plus petits, « L'Hermitière », sera le lieu d'un crime presque inexplicable...[...] On ne peut que passer un bon moment en compagnie de ce roman - et ce même sans être soi-même vendéen ! - Les Opinantes, Ex-libris
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Henry-Pierre Troussicot est né en 1943 à St Georges de Pointindoux, à 20 kilomètres des Sables d'Olonne. Très attaché à sa généalogie vendéenne, que ce soit en peintre, en graveur ou en écrivain, il met en scène ses paysages et sa ruralité. Son regard est sans concession, avec humanité, parfois avec affection. C'est sa façon de ne pas oublier d'où il vient...

  • Un thriller haletant entre l'Europe et l'Australie !
    « Elle est seule, elle n'a aucune idée de l'heure. Le néon blafard accentue le silence poisseux autour d'elle, rythmé par le ronronnement exaspérant d'un extracteur d'humidité. »
    L'agent d'Interpol Melinda Fields a disparu. Va-t-on la retrouver, dans quelles circonstances ? Pourquoi cette disparition ?
    De Marseille à Lyon, de Melbourne à Rome, les événements vont se précipiter dans un double jeu trouble dont personne ne sortira indemne.
    EXTRAIT
    Après un trajet qui lui a paru interminable, la voiture stoppe brusquement sur les gravillons d'un vaste espace dégagé. La lampe qui s'allume à leur arrivée éclaire la masse sombre d'un haut cyprès et un morceau de façade ornée de vigne vierge. Sous l'éclat froid de la lune montante, l'agent d'Interpol Melinda Fields distingue sur sa gauche une serre plantée dans l'herbe. Elle frissonne malgré la douceur de cette nuit de novembre. Elle emboîte le pas de celle qui l'a prise en charge à Avignon et l'a conduite ici. Elles longent un muret de pierre et arrivent devant une porte arrondie que sa guide ouvre à l'aide d'une clé en fer :
    - Où nous sommes nous exactement ? À qui appartient cette maison ? Quand doit-il arriver ? demande Melinda inquiète.
    - J'peux rien vous dire, c'est lui qui répondra à vos questions.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un vrai polar avec du suspense jusqu'au bout. Une bonne lecture et une bonne surprise ! - Blog Les Chroniques de Bérengère
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Mary Play-Parlange nous livre avec ce dernier opus de sa trilogie sur l'enquête de Melinda Fields contre le Warrigal, un thriller psychologique qui tient le lecteur en haleine de bout en bout dans un suspens au final époustouflant.

  • Le coût de la haine

    Alain Marty

    • Ex-æquo
    • 2 November 2017

    Qui aurait pu imaginer qu'une personne puisse s'en prendre à la petite Fanny, avec son handicap mental, dans ce village si tranquille ?
    L'enquête va se montrer complexe, certaines coïncidences sont-elles vraiment le fruit du hasard ?
    Le capitaine de gendarmerie Rémy Noisier devra pourtant trouver celui qui a commis ce forfait.
    Pour cela il sera aidé de son adjoint Arnaud, et de Maud, dernière arrivée à la Brigade et qui a un tendre penchant pour lui. Mais il y a aussi Audrey, son premier amour qu'il va retrouver sur son chemin...
    Une intrigue passionnante qui prend pour décor la presqu'île d'Arvert !
    EXTRAIT
    - Une jeune fille vient d'être admise à l'hôpital Malakoff, il y a une suspicion de viol.
    - Une suspicion ?
    - Oui, la mère est paniquée et la jeune fille...
    - Oui ? La jeune fille ?
    - Elle est handicapée... déficiente mentale, à ce que l'on m'a dit.
    Le capitaine se lève, enfile sa veste et la boutonne calmement.
    - Où cela se serait-il passé ?
    - À Arvert, voici les coordonnées... mais pour l'instant elle est aux urgences.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alain Marty est informaticien à la retraite. Après avoir écrit de nombreuses nouvelles et ensuite un roman d'aventure exotique, il vous propose un roman policier qui se passe dans la région où il vit : la presqu'île d'Arvert.

  • La demeure de la vieille Hortensia semble la proie de forces occultes...
    Isolée au fin fond de la vallée de Munster, la demeure de la vieille Hortensia semble la proie de forces occultes. Une défunte se redresse sur son lit mortuaire, des objets s'autodétruisent, un insaisissable fantôme livre des bouquets en pleine nuit et, le jour, se téléporte d'un coin à l'autre du cimetière... Pire : à peine son forfait commis, un assassin se volatilise d'une chambre hermétiquement close. Si le petit-neveu d'Hortensia élucidera chacun de ces mystères, sa confrontation avec la maison ravivera des souvenirs refoulés. On peut expliquer l'impossible ; peut-on vaincre ses plus sombres démons ?
    Découvrez un polar haletant où se mêlent mystère, effroi et investigations.
    /> EXTRAIT
    Quand j'ai reçu l'info, j'ai d'abord pensé que l'interpellation était en lien avec le meurtre de Victor. Apparemment non. L'homicide n'a, d'après Dylan, même pas été évoqué. Je l'observe pour la première fois dans des circonstances normales, sans relever de grande différence avec la nuit du 13 juin. Ses dehors un peu sauvages peinent à compenser une personnalité somme toute faible, redoutant les aspérités de la vie. Lorsqu'il parle, ses yeux envoient du vague, sa voix rend un son étouffé, comme si un rideau de gaze en effaçait le timbre. L'affaire ne le préoccupe pas ; elle est déjà trop lointaine pour qu'il se sente encore concerné. Ce qui le travaille, c'est sa récente rupture avec Juliette. Il me dépeint rapidement son parcours. Un CAP serrurier métallier raté pour un dixième, un apprentissage en boulangerie vite abandonné, enfin un emploi de plongeur à temps partiel et, je le devine, quelques petits trafics pour hydrater le portefeuille. Pourtant cette morosité reculait, craintive, éblouie par le rayonnement de sa belle. Mais il ne faut pas se fier à ce visage d'ange, me prévient-il ; on falsifie aisément les certificats de bonne conduite. À l'entendre, Juliette entrepose plusieurs chevaliers servants dans sa penderie, parmi lesquels des hommes mariés.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Après des études de philosophie, Pierre-Yves Wurth a travaillé dans la formation et l'insertion. Vivant près de Mulhouse, il enseigne aujourd'hui le français et l'histoire-géographie à Colmar. Cent mètres avant la nuit est son deuxième roman.

  • Crocs

    Patrice Wolley

    Deux frères : l'un est serial-killer, l'autre est curé de village...
    Un serial-killer cannibale, Joël, trouve refuge dans l'église de son frère, curé de village. Depuis quelques temps, il a des hallucinations, il voit des pingouins un peu partout. Mais il a un problème plus grave, il est tombé amoureux de sa dernière victime...
    Plongez dans un thriller palpitant et suivez le parcours plein de rebondissements d'un seria-killer cannibale.
    EXTRAIT
    Il s'appelle Joël. Son nom n'est pas important. Tout le monde a oublié son nom, y compris et surtout lui. Il est le bedeau de l'église du village, là-haut, plus haut, sur les collines qui surplombent la plaine. De là, il voit tout, domine tout ; les bêtes, les hommes, l'humanité. Tout ce qu'il hait, tout ce qui l'excite, tout ce qui fait ce qu'il est...
    Même le printemps, il ne l'aime pas.
    Il pense que la terre fait semblant d'être heureuse, tout comme les hommes qui tels des moutons font semblant d'être heureux comme la terre, croyant que tout change, tout revit. Mais non, rien ne change et tout continue lentement, inlassablement, insidieusement, pour mieux mourir à nouveau, depuis des millénaires.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Patrice Woolley est né le 5 Février 1962 à Monaco. Graphiste et peintre de formation, il est dessinateur de BD avec deux albums parus : Ténèbres aux éditions ERKO en 2003 et Necronomicon chez Kyméra-comics en 2007. Il est également l'auteur du roman L'ange de Sable, paru en 2010 aux éditions Persée.

  • Ténèbres

    Damien Courdier

    Une descente aux enfers.
    Ténèbres, Trois histoires au coeur de la noirceur...
    Les univers sont inquiétants, les personnages maudits, sans rémission possible ; ici c'est une descente aux enfers qu'on vous propose... alors, âmes sensibles s'abstenir !
    Plongez au coeur de la noirceur grâce à 3 histoires noires et inquiétantes.
    EXTRAIT
    Dans un silence suffoquant, tous les néons et réverbères se mirent à hoqueter de leur lumière. Un grésillement chaotique se fit entendre, la ville et ses enseignes étaient brusquement devenues épileptiques. Un vent puissant s'engouffra dans le dédale des rues. Les unes après les autres, les lumières s'éteignirent, tout comme les feux des quelques voitures qui circulaient encore à cette heure tardive. C'était comme si l'air était chargé d'électricité, comme si celui-ci venait de se... court-circuiter. Des gouttelettes noires vinrent alors frapper les carreaux de ma fenêtre. La pluie, plus sombre que la nuit, venait de sa source de jais, inonder mon paysage urbain. Au-dehors on entendit des bruits de freinage et le fracas de tôles froissées. Il semblait que cette nuit poussait au carnage... Quelques cris de panique ponctuaient cet univers sonore de casses et débris. Je n'en croyais pas mes oreilles et par dénis, mis cela sur le compte de la fatigue et de l'affabulation. Dès demain, tout rentrera dans l'ordre. Afin de me rassurer je me disais : ces chauffards n'avaient pas à rouler sans leurs feux. Mais cette pluie noire... ce black-out soudain... ? Non ! Assurément demain il fera jour.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Trois excellentes nouvelles qui font de ce petit livre une expérience prenante, à la limite entre l'horreur et le thriller. Chaque histoire plonge efficacement dans une nouvelle ambiance oppressante. C'est plaisant la redécouverte d'un nouvel univers, et excitant d'en démêler les mystères. A la limite entre Black Mirror et Silent Hill, on doit se contenter de cette courte aventure car on en en redemanderait bien un peu plus. - Gargoula, Sens Critique.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jeune auteur de 34 ans, passionné par le fantastique, Damien Coudier a toujours pensé que les ténèbres dévoilent plus qu'elles ne dissimulent... Partisan de l'onirisme, pour lui tout bon cauchemar recèle sous son puzzle difforme une vérité, l'écriture est un moyen de la sonder. C'est pour cela qu'il aime écrire, pour donner du sens à la peur.

  • Les coulisses de la mort

    Anne Basc

    Meurtres à l'opéra de Strasbourg.
    À l'opéra de Strasbourg, on découvre des cadavres dans les placards des studios de danse ! Un grand chorégraphe, Jonel Rose, vieux lion décadent à la crinière blonde et blanche, séducteur, despotique et pervers à ses heures est le centre d'une coterie de danseurs hauts en couleurs. Son épouse, Lucie Delattre, une belle brune aux yeux d'un violet profond semble s'être fait une raison des frasques, infidélités et même de la bisexualité de son mari. Passions amoureuses, ambition débridée dévorent les étoiles qui gravitent autour de Jonel Rose et se déchirent pour avoir la vedette sur scène et dans le coeur de notre bel indifférent, aussi génial que dépourvu de sentiments véritables... En apparence ! Deux journalistes des Dernières Nouvelles d'Alsace parviennent à pénétrer la compagnie et à nouer avec certains de ses membres des liens de confiance et davantage...
    Tout cela se termine mal ! L'inspecteur Lantier, sorte de Colombo alsacien, totalement déplacé dans ce milieu se laisse abuser un peu par tout le monde. Il finira par s'orienter dans cet imbroglio de passions et ambitions malsaines, pour révéler - mais un peu tard - la Vérité. Ceux des danseurs qui parviendront à échapper à une mort violente sortiront éclopés de l'aventure. Le lecteur frissonnant de peur refermera le livre avec le sentiment d'avoir été lui aussi baladé mais ce fut une belle échappée dans les coulisses de l'Opéra du Rhin, pas si éloignées, peut-être, des coulisses de tous les théâtres, en tout lieu et en tout temps.
    Découvrez l'enquête de l'inspecteur Lantier, projeté dans les coulisses du monde du spectacle, où règnent passions amoureuses, ambitions débridées, et jalousies malsaines.
    EXTRAIT
    Trois petites explosions ouvrirent le spectacle, issues de trois pétards lumineux disposés sous le proscenium. Dans l'obscurité qui succéda aux flashes, des éclairs jaillirent un peu partout sur la scène, pareils à des feux follets s'agitant par une nuit noire. Puis un éclairage rasant découvrit la silhouette de sept danseurs vêtus de simples justaucorps.
    Soudain, tout s'éteignit. Un court instant plus tard, s'allumait un projecteur puissant, placé juste au-dessus du proscenium. Pivotant sur lui-même, l'énorme projecteur était dirigé vers la salle à intervalles irréguliers, plongeant alors la scène dans une nuit profonde.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Anne Basc est originaire de Nice, elle réside en Alsace. Elle a enseigné l'histoire de la danse au conservatoire de Strasbourg et les Lettres classiques au Lycée Kléber de la même ville. Elle est l'auteur de pièces de théâtre pour la jeunesse, des contes de la Cathédrale, de livrets de cantates et d'oratorios, pour les compositions de son mari, Bernard Lienhardt. Les coulisses de la mort est son quatrième roman policier dont l'intrigue est étroitement mêlée au monde artistique de la ville de Strasbourg.

  • Une célèbre skieuse autrichienne disparaît mystérieusement avec sa petite fille.
    « L'âme humaine nourrit d'obscures pensées qu'elle n'ose s'avouer. C'est ainsi qu'elle avait plongé dans les ténèbres. Quand tout fut accompli, elle s'accorda le temps de fumer une cigarette. Elle avait la nuit devant elle. Puis elle donna deux tours de clé et sortit sans se retourner. »
    Melbourne : un couple de sportifs adulés, lui surfeur australien, elle skieuse autrichienne. Mariage médiatique, divorce tout aussi médiatique. La jeune femme disparaît mystérieusement avec leur petite fille. Melinda Fields inspectrice principale à la Brigade Criminelle de Melbourne est chargée de les retrouver. Son enquête la mène au coeur de l'Europe ; elle s'y enfonce peu à peu dans les méandres d'assassinats en chaîne. A la poursuite de la vérité elle traque les coupables sans répit rendant coup pour coup : oeil pour oeil, dent pour dent...
    Tout comme dans son précédent polar Accents Graves Mary Play-Parlange nous entraîne sur des chemins de traverse jalonnés de crimes odieux dont l'horreur poursuit le lecteur bien après qu'il ait refermé le livre.
    Suivez pas à pas les investigations de Melina Fields, et engouffrez-vous avec l'inspectrice sur des chemins de traverse jalonnés de crimes odieux.
    EXTRAIT
    Lorsque Melinda raccroche le combiné, elle arbore ce sourire que Nathan connait bien : s'il était là, il saurait ce qu'elle éprouve à cet instant précis, cette légère excitation provoquée par le ton péremptoire de Karin et son insistance pour qu'elle soit à l'heure au rendez-vous ; cette petite secousse qui électrise son corps, la montée d'adrénaline, l'onde de choc qui la parcourt. Il y a longtemps qu'elle n'a pas été convoquée ainsi, de manière impérieuse dans le bureau du chef.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Deux amies d'enfance se retrouvent à l'aube de la soixantaine avec le désir de partager leur envie d'écriture. Mary Play-Parlange travaille à quatre mains en parfaite harmonie de fond et de forme.

  • Montevideo hotel

    Muriel Mourgue

    Un saxophoniste est assassiné dans le milieu de la bohème new-yorkaise des années 20.
    Ce roman noir est la première enquête du détective privé Thelma Vermont. L'action se déroule à New York à la fin des années cinquante au milieu d'une bohème en pleine effervescence créatrice. Un musicien, Martin Lassovski, saxophoniste dans une formation de jazz appelée Beaulieu's Band, est assassiné un soir d'automne. Son ami, John Ginger demande à Thelma Vermont de mener l'enquête car la police semble peu se soucier du meurtre de Martin. Commencera alors pour  Thelma la découverte d'un microcosme qu'elle se met peu à peu à apprécier.
    Dans ce roman noir « à l'ancienne », elle va côtoyer des patrons de club un peu louches, des écrivains, des musiciens ; le tout dans une société de consommation à son apogée, certes traumatisée par la guerre froide et guettant l'arrivée des premiers Martiens, mais qui croit en un avenir rose bonbon sur fond de cinoche hollywoodien. Thelma n'est pas dupe, les horreurs de la seconde guerre mondiale -à laquelle elle a participé en Angleterre- sont encore trop fraîches dans sa mémoire. Peut-on encore croire en quelque chose après tout cela ? Et surtout est-il possible d'oublier et de passer à autre chose ? Car on fait d'intéressantes rencontres à New York dans ces années-là ; de Kerouac aperçu à la White Horse Taverne à Billie Holiday, sans oublier Ava Gardner -entrevue à Central Park- ; même si, comme le chante Dana Raise tout se termine toujours par un rêve noir, un Black Dream blues...
    Plongez dans ce roman noir, et découvrez la première enquête de Thelma Vermont, propulsée dans un microcosme artistique qu'elle connait peu, mais qui parviendra à la séduire.
    EXTRAIT
    Alors que j'attaquai ma troisième cafetière de la journée, je l'aperçus soudain : une silhouette un rien hésitante en arrêt derrière la porte vitrée ; les clients qui ont recours aux services d'un détective privé sont souvent pris d'un accès de timidité au moment de franchir le seuil. La silhouette frappa deux coups secs contre la vitre. Je me levai pour l'accueillir. Un homme de haute taille sanglé dans un imperméable blanc cassé me faisait face. Il ne portait pas de chapeau et devait avoir une bonne trentaine d'années.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    J'ai passé un agréable moment et je recommande chaudement « Montevideo Hotel » aux amoureux de jazz et des atmosphères enfumés des années 50. - Blog Du bruit dans les oreilles, de la poussière dans les yeux
    Un roman bien sympathique et une jeune détective au caractère complexe qu'on a bien envie de retrouver dans de prochaines aventures ! - Blog Lectures et élucubrations de Liliba
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Muriel Mourgue est née le 9 juin 1957. Elle vit en Lorraine où elle enseigne l'allemand. Après la parution de L'esprit voyageur aux éditions Mon Petit Editeur, Montevideo Hotel est son second roman.

  • Inspectrice à Melbourne, Melinda a laissé en France un lourd passé qu'elle va devoir affronter plus tôt que prévu...
    Mois de décembre. Melinda, jeune inspectrice à la brigade criminelle de Melbourne, découvre par hasard chez son père Peter, flic alcoolique à la retraite, des messages énigmatiques adressés à Barbara sa mère française partie depuis vingt ans sans laisser d'adresse. Étrange coïncidence, son chef lui propose peu après un déplacement à Lyon, ville natale de Barbara, sous prétexte d'un congrès d'Interpol. Elle finit par accepter de s'y rendre à condition d'emmener son père avec elle : il s'agit pour tous les deux d'affronter un passé douloureux en tentant de dénouer les fils du mystère jamais résolu d'une disparition qui les a blessés à jamais.
    Un thriller sombre et haletant écrit à quatre mains !
    EXTRAIT
    Dix messages, juste dix, pas un de plus, pas un de moins, adressés à Barbara Fields entre le 23 décembre 1984 et le 05 mars 1985. Neuf enveloppes, une manquante. Adresses et textes, tous tapés à la machine, sans ponctuation et avec la même faute de frappe sur les accents.
    Un seul intitulé, une seule formule d'introduction, une seule signature en gros caractères.
    Melinda reste un instant figée sur place puis elle cherche où se poser dans ce capharnaüm qui sent le vieux, la poussière, mais pas vraiment le moisi : il fait au bas mot 40° sous le toit de tôle en ce dimanche 16 décembre. Elle finit par repérer un fauteuil bancal, à moitié défoncé, et s'assied prudemment juste au bord. Elle a entre les mains une série de messages adressés à sa mère, juste avant que celle-ci ne reparte en France au mois de mars 1985 et n'en revienne jamais.
    À PROPOS DES AUTEURES
    Deux amies d'enfance se retrouvent à l'aube de la soixantaine avec le désir de partager leur envie d'écriture. Mary Play-Parlange travaille à quatre mains en parfaite harmonie de fond et de forme.

empty