Littérature traduite

  • Près d'un milliard de personnes vivent avec moins de un dollar par jour. Les politiques destinées à lutter contre la pauvreté semblent souvent incapables d'améliorer leurs conditions de vie. Cet échec pourrait-il être dû aux failles des théories qui sous-tendent ces programmes plutôt qu'au caractère écrasant de la tâche ?
    C'est cette hypothèse que défend cet ouvrage. Les experts ont pris l'habitude de décider à la place des pauvres de ce qui est bon pour eux sans prendre la peine de les consulter. Abhijit V. Banerjee et Esther Duflo ont initié la démarche inverse. Plutôt que de s'interroger sur la cause ultime de la pauvreté, ils se sont intéressés aux choix qu'opèrent les pauvres en matière de consommation, de mode de vie et d'éducation afin de tester expérimentalement l'efficacité des méthodes préconisées pour améliorer leur sort. Faut-il subventionner les denrées de base ou privilégier les transferts sociaux ? Vaut-il mieux donner ou vendre les moustiquaires qui protègent du paludisme ? La microfinance est-elle le remède espéré pour sortir des " pièges de pauvreté " ?
    À distance des réflexes partisans, ce livre aborde ainsi le défi du combat contre la pauvreté comme une série de problèmes concrets qui, une fois correctement identifiés et compris, peuvent être résolus un à un.
    Abhijit V. Banerjee et Esther Duflo, tous deux professeurs d'économie au MIT, ont cofondé et codirigent J-PAL, laboratoire d'action contre la pauvreté, dont les bureaux sont à Boston, au Cap, à Santiago du Chili, à Chennai (Madras) et à Paris. Esther Duflo fut la première titulaire de la chaire " Savoirs contre pauvreté " au Collège de France.

  • L'espérance de vie aux États-Unis a récemment baissé : du jamais-vu en Occident depuis 1918. Durant les deux dernières décennies, les morts par suicide ou dues à la consommation de drogue ou l'alcoolisme n'ont cessé d'augmenter. Anne Case et Angus Deaton ont été les premiers a tiré la sonnette d'alarme face à ce phénomène qui affecte la classe ouvrière blanche. Ils expliquent comment le système économique et sociale ruine les espoirs de ces Américains, autrefois portés par l'« American Dream » qui leur promettait réussite et prospérité.
    Ce livre dresse le portrait d'une Amérique désormais exclusivement préoccupée de l'enrichissement toujours plus grand des riches, qui abandonne à leur sort les non-diplômés, condamnés à mourir de souffrance et de désespoir. La fin d'un rêve à laquelle ont conduit les excès du capitalisme. Des pistes aussi pour enrayer cette spirale mortifère.

    Publication originale : Princeton University Press, 2020
    Traduit de l'anglais par Laurent Bury.

  • " Contre le chômage, on a tout essayé ", disait François Mitterrand en 1993. L'économiste américaine Pavlina Tcherneva vient rappeler que rien n'est plus faux, à condition d'accepter de modifier notre façon de voir l'économie. Face à une vision où le chômage est un " mal nécessaire ", un ajustement utile, elle défend l'idée que la priorité doit être de donner un emploi à tous ceux qui désirent travailler. Une telle idée n'est pas utopique, elle correspond simplement à une volonté politique.
    En assurant un " emploi pour tous ", la garantie d'emploi assure aussi un " nouveau contrat social " où l'action publique est libérée du chantage des entreprises, tout en étant capable de répondre aux défis actuels de la société. Certes, il y aura toujours des crises, mais ceux qui en paieront le coût ne seront pas les travailleurs et les chômeurs. L'ajustement de l'économie se fera ailleurs et la cohésion sociale n'en sera que renforcée.
    Avec cette garantie, les besoins de la société seront satisfaits et la démocratie locale renforcée. C'est pourquoi la garantie d'emploi est une part indissociable du Green New Deal : une société débarrassée du risque du chômage et du chantage à l'emploi se donne pleinement les moyens d'une action déterminée sur le front de l'écologie, tant en termes de moyens disponibles que d'action. Et elle le fait en améliorant la vie quotidienne de millions de citoyens.

  • En 1929, une crise économique inédite ébranle le monde. Face à l'interventionnisme de l'État et au chomâge massif, des voix s'élèvent. Bernard Landon propose une "solution miracle" : soutenir l'industrie en renouvelant fréquemment les biens d'usage. Selon lui, la crise entraîne une baisse de consommation et donc de production, menant à la fermeture des entreprises et au maintien de la situation économique critique. Seule une sortie de ce cercle vicieux pourra sauver le pays. Et si les usagers ne consomment pas d'eux-mêmes, il faut les y pousser voire les y obliger. Mais en utilisant dans cet essai autodité de 1932 le terme d'"obsolescence programmée", il ne se doutait pas qu'il désignerait quelques décennies après l'introduction volontaire de défaillances techniques dans les produits.

    Juif originaire de Russie, Bernard Landon est un agent immobilier et un courtier arrivé à New-York au début du XXe siècle. Fervent défenseur du progrès et poussé par le succès de ses investissements, il s'intéresse de près à l'économie américaine et propose des solutions innovantes pour sortir son pays de la crise et relancer la croissance. La plus connue reste l'"obsolescence programmée", qui sera transformée après-guerre par les industries en "culte de la nouveauté".

  • Netflix a provoqué une véritable révolution dans l'univers de l'entertainment. Présente dans cent quatre-vingt-dix pays, rassemblant des centaines de millions de clients, dont sept millions en France, pesant plus de 200 milliards de dollars, elle est devenue un monstre qui fascine autant qu'elle effraie le monde de l'audiovisuel, producteurs et chaînes confondus. Reed Hastings a d'abord fondé en 1997 une entreprise qui a un service en ligne de location et d'achat de DVD livrés à domicile. Comprenant, en avance sur tous, les conséquences de la révolution numérique, il va s'adapter à toute vitesse, rejeter toutes les règles et élaborer sa propre doctrine du changement et du management basée sur la liberté et la responsabilité. Chez Netflix, la qualité des employés a plus d'importance que celles des procédures, l'innovation prime sur l'efficacité ; il n'y a pas de limites pour les congés et les notes de frais ; on attend la sincérité absolue plutôt que l'esquive ; on est payé bien au-dessus du marché tant que la créativité et les performances sont là. Tout en racontant l'histoire de cette société hors du commun, en donnant la parole à beaucoup de ceux qui y ont participé et vécu les erreurs et les fulgurances, c'est toute la vie quotidienne, la philosophie et l'expérience d'une entreprise unique qui a su créer son propre modèle révolutionnaire. Reed Hastings a choisi de développer ses idées d'une façon très originale : un dialogue souvent contradictoire entre lui et Erin Meyer.
    Reed Hastings est le cofondateur et le P.D-G. de Netflix. Erin Meyer est professeur à l'INSEAD. Elle a été sélectionnée parmi les cinquante penseurs les plus importants du monde dans le domaine du business et de l'économie. Elle vit à Paris et parle français.
    Erin Meyer est professeur à l'INSEAD. Elle a été sélectionnée parmi les cinquante penseurs les plus importants du monde dans le domaine du business et de l'économie. Elle vit à Paris et parle français.

  • Dans les vestiges des grands pins ponderosas d'Oregon pousse le matsutake, un champignon qui compte parmi les aliments les plus chers au monde. C'est le point de départ de cette enquête qui transforme un paradoxe en outil d'exploration : en suivant la piste de ce champignon rare, Anna Tsing décrypte la dynamique de notre monde au bord de la destruction au moyen d'outils conceptuels neufs. Bien plus qu'une métaphore, le matsutake est une leçon d'optimisme dans un monde désespérant.
    Ce n'est pas seulement dans les pays ravagés par la guerre qu'il faut apprendre à vivre dans les ruines. Car les ruines se rapprochent et nous enserrent de toute part, des sites industriels aux paysages naturels dévastés. Mais l'erreur serait de croire que l'on se contente d'y survivre.
    Dans les ruines prolifèrent en effet de nouveaux mondes qu'Anna Tsing a choisi d'explorer en suivant l'odyssée étonnante d'un mystérieux champignon qui ne pousse que dans les forêts détruites.
    Suivre les matsutakes, c'est s'intéresser aux cueilleurs de l'Oregon, ces travailleurs précaires, vétérans des guerres américaines, immigrés sans papiers, qui vendent chaque soir les champignons ramassés le jour et qui termineront comme des produits de luxe sur les étals des épiceries fines japonaises. Chemin faisant, on comprend pourquoi la " précarité " n'est pas seulement un terme décrivant la condition des cueilleurs sans emploi stable mais un concept pour penser le monde qui nous est imposé.
    Suivre les matsutakes, c'est apporter un éclairage nouveau sur la manière dont le capitalisme s'est inventé comme mode d'exploitation et dont il ravage aujourd'hui la planète.
    Suivre les matsutakes, c'est aussi une nouvelle manière de faire de la biologie : les champignons sont une espèce très particulière qui bouscule les fondements des sciences du vivant.
    Les matsutakes ne sont donc pas un prétexte ou une métaphore, ils sont le support surprenant d'une leçon d'optimisme dans un monde désespérant.

  • Lorsque la première édition de cette biographie parut en 1992, le public ignorait à quel point la princesse de Galles s'était impliquée dans sa rédaction.Elle y révélait les détails de son mariage, sa boulimie, ses tentatives de suicide, l'existence de Camilla, ses relations difficiles avec les membres de la famille royale, mais aussi ses bonheurs de mère et son souhait d'une nouvelle vie, loin des photographes.Dans l'impossibilité de dire publiquement sa détresse, Diana ne pouvait à l'époque reconnaître que des entretiens avaient été menés en grand secret au palais de Kensington.Deux décennies après sa mort à Paris, le 31 août 1997, cette réédition augmentée inclut les propos exacts prononcés par Diana lors des séances d'enregistrement, ainsi que des passages presque inaudibles que de nouvelles techniques ont permis de décrypter.Ce livre compose ainsi l'autobiographie de celle qu'on dénommait la " princesse du peuple ". Le testament de l'une des personnalités les plus charismatiques de notre temps.

  • Contre Amazon

    Jorge Carrion


    En remontant aux racines d'Amazon, en s'intéressant au point de vue du lecteur, de l'éditeur, du travailleur, sept bonnes raisons d'être contre Amazon.

    Romancier et critique espagnol, Jorge Carrión est un spécialiste mondial des librairies, auxquelles il a consacré une monographie, Librairies, Itinéraire d'une passion (Seuil, 2016). Directeur du master en création littéraire de Barcelone, et de la revue Quimera, il a vécu en Argentine et aux Etats-Unis. Ce texte a été diffusé en avant-première aux Rencontres nationales de la Librairie, en partenariat avec le SLF, le 1er juillet à Marseille.

  • Une mise en lumière incontournable pour découvrir la face la plus sombre du monde de Pablo Escobar, le plus grand narcotraficant du monde.
    In frangranti. En flagrant délit. En flag'. Voilà comment on pourrait traduire le titre original de
    ce second livre du fils de Pablo Escobar, Juan Pablo. Après avoir parcouru la moitié du pays et interviewé des personnages de la pègre qui s'étaient toujours refusé à lui répondre, le fils unique du chef du cartel de Medellin partage ici avec le lecteur sa perplexité devant les découvertes de cette enquête.
    Dans l'idée de redécouvrir son père, Juan Pablo Escobar nous propose des révélations autour de sixaxes majeurs :
    o La puissance des paramilitaires qui ont gagné la
    guerre,
    /> o L'informateur américain qui l'a photographié en pleine transaction mais qui ne vécut pas assez longtemps pour le raconter,
    o Ce qu'il faisait le soir où ses sicarios (tueurs à gages) ont exécuté le ministre de la Justice,
    o Les confessions de William Rodriguez, l'homme qui n'a pas choisi d'être l'héritier du cartel de Cali,
    o Ce qu'il s'est passé quand il a capturé les guerilleros du M-19, sur le point de le kidnapper,
    o L'autoroute par laquelle circulaient la drogue et l'argent de Pablo Escobar, entre Miami, New York et Los Angeles.

  • Après avoir expliqué la fameuse courbe de l'éléphant dans Inégalités mondiales, Branko Milanovic s'intéresse ici aux grandes tendances qui orientent le destin du monde. Il analyse la dynamique du capitalisme, système qui domine désormais sans partage. Confrontant deux modèles, le capitalisme libéral (américain) et le capitalisme politique (chinois), il en montre les dérives, l'un vers la ploutocratie, l'autre vers une corruption accrue.
    L'argumentation repose sur la mise en perspective de nombreuses données statistiques et sur une très bonne connaissance de l'histoire. Contrairement aux prédictions d'une ancienne vulgate marxiste, les régimes dits " communistes ", d'autant plus efficaces que les pays étaient à l'origine moins développés et dominés, ont rendu possible la transition entre féodalisme et capitalisme. L'une des contributions majeures de ce livre est la caractérisation du capitalisme politique, ou autoritaire (un secteur privé prédominant mais sous contrôle politique, une bureaucratie efficace au service de la croissance, l'absence d'État de droit), et de ses contradictions (une élite technocratique vs un pouvoir discrétionnaire ; une corruption endémique
    vs la légitimation du pouvoir).
    L'avenir s'annonce sombre si les tendances actuelles se prolongent (ploutocratie, marchandisation de tous les domaines de l'existence et corruption, démultipliée par la globalisation). La bifurcation vers un horizon plus radieux exigerait une politique radicale de réduction des inégalités...

  • Côté ghetto

    Jill Leovy

    • Sonatine
    • 19 October 2017

    Une histoire vraie du meurtre en Amérique. Dans la lignée de l'oeuvre de David Simon ( The Wire), une oeuvre magistrale de journalisme littéraire, élu meilleur document de l'année par le New York Times et le Washington Post.
    South Central, Los Angeles. Le Ghetto. À la fois un lieu et un destin. Un quartier où les jeunes, noirs pour la plupart, sont souvent plus en sécurité en prison que dans les rues, où les plus violents sont les héros, et les victimes laissées pour compte.
    Sauf peut-être par quelques hommes, qui considèrent encore ces victimes comme des fils, des frères, des êtres humains à part entière. Ces hommes, ce sont les policiers du district qui, dans le marasme ambiant, s'accrochent comme ils le peuvent pour donner un sens à leur métier, luttant tout autant contre le meurtre que contre une administration déconnectée de la réalité.
    Ainsi lorsqu'un jeune du quartier, Bryant Tennelle, est abattu sur un trottoir, non loin de son domicile, l'inspecteur John Skaggs, en dépit des moyens dérisoires dont il dispose et de la résignation ambiante, va tout faire pour éviter que ce jeune garçon ne soit qu'un nom de plus inscrit sur la liste annuelle des milliers d'assassinats non résolus de jeunes Afro-Américains.
    À partir de ce simple fait divers et de milliers d'heures de témoignage, Jill Leovy nous livre un document criant d'humanité. Pourquoi un jeune Noir a-t-il quinze fois plus de chance de se faire tuer qu'un Blanc aux États-Unis ? C'est toute la " peste américaine " qu'elle dissèque avec ce portrait intime et bouleversant, fait de morts absurdes et impunies, de proches dévastés et d'enquêteurs acharnés mais démunis.
    Une analyse forte et humaine, un livre coup de poing, aussi dévastateur que le plus réaliste des romans.

  • Où es-tu, maman ?

    Cathy Glass

    Élevée par une mère droguée et alcoolique, la petite Melody, 8 ans, vit dans un sous-sol froid et humide, ne mange pas à sa faim et ne va pas à l'école. Mais, derrière ce cas de maltraitance ordinaire, se cache une réalité plus complexe... et plus douloureuse. À Cathy Glass, mère d'accueil, de lui redonner le sourire. Ses récits ont déjà touché 3 millions de lecteurs.
    Élevée par une mère droguée et alcoolique, la petite Melody, 8 ans, vit dans un sous-sol froid et humide, ne mange que rarement à sa faim, ne se lave pas et ne va plus à l'école.
    Lorsqu'elle est confi ée à Cathy Glass, son histoire apparaît tristement banale à cette maman d'accueil habituée à recevoir chez elle des enfants en grande détresse.
    Mais, derrière ce cas de maltraitance, se cache une réalité plus complexe... et douloureuse. Avec douceur, Cathy va tenter de redonner confiance à la fillette.

  • Vendu à quelque 60 millions d'exemplaires dans le monde, Réfléchissez et devenez riche est un ouvrage de référence pour toute personne qui désire réussir et faire fortune.Initiez-vous à la pensée de son auteur, Napoleon Hill, au moyen des cinq principes fondamentaux sur lesquels repose son oeuvre. En vous inspirant du parcours de milliardaires célèbres, tels Andrew Carnegie et Henry Ford, et en utilisant certaines techniques simples et accessibles, vous pourrez vous aussi construire un succès retentissant et durable.Guidé par des pensées positives et un sens de l'organisation sans faille, vous prendrez à votre tour conscience du puissant pouvoir de l'esprit et de la persévérance pour atteindre vos objectifs. Ne misez plus sur la chance pour triompher; faites confiance aux conseils avisés d'un livre culte qui trône au sommet des best-sellers les plus vendus de l'histoire!

  • Managez vos équipes et vous-même efficacement !Le management est un domaine d'interactions continues, aléatoires et complexes. Quelle que soit votre expérience, finis les grands moments de solitude ! Des principes fondamentaux du management aux réflexes à adopter en cas de crise, en passant par la capacité à déléguer et à valoriser ses collaborateurs, découvrez toutes les bonnes pratiques du manager d'aujourd'hui !
    Découvrez comment Diriger, coacher et motiver les équipes
    o Définir des objectifs clairs pour de meilleurs résultats
    o Faire face aux coups durs
    o Manager le changement
    o Maîtriser les nouveaux outils et tendances du management

  • «  Ma carrière personnelle colle assez bien au modèle généraliste... Ma passion pour les ordinateurs a toujours été mélangée à beaucoup d'autres  centres d'intérêts.  »  Bill Gates - GatesNotes à propos de  Range
    De « la règle des 10 000 heures » au modèle des parents tigres qui poussent et pressent les enfants à la réussite scolaire, on vous a enseigné que le succès dans tous les domaines passe par une spécialisation précoce et une pratique intensive. Et pire, que si vous ne vous investissiez pas à temps, vous ne rattraperiez jamais votre retard sur ceux qui ont commencé tôt. 
    C'est totalement faux. 
    Dans ce livre, David Epstein démontre que la voie du succès est simple : obtenir un peu d'expérience, dans un domaine puis un autre, faire des détours, expérimenter sans cesse, jongler avec plusieurs centres d'intérêts, et développer ainsi votre généralité . 
    Epstein a étudié la carrière des plus grands athlètes comme Roger Federer, artistes, musiciens, inventeurs et scientifiques, il nous révèle pourquoi dans ces domaines complexes, les généralistes réussissent mieux que les spécialistes. 
    Peu importe ce que vous faites, où vous en êtes, que vous soyez étudiant, scientifique, businessman, parent, retraité, vous verrez le monde différemment après ce livre. Vous comprendrez plus facilement comment on résout les problèmes, comment on apprend et réussit. Vous verrez les échecs comme le meilleur test pour progresser et pourquoi la plupart des «  déserteurs  » finissent par faire une carrière brillante. 
    Range  montre que les personnes qui ont une grande ouverture d'esprit et s'investissent dans diverses expériences et perspectives s'épanouissent et pourquoi élargir vos connaissances à différents domaines est la clé de votre succès.  Élu livre de l'année 2020 par le cabinet de conseil Mc Kinsey  «  Le livre de business et de parenting le plus important de l'année.  »  Forbes

  • Le monde a basculé du jour au lendemain dans le télétravail à grande échelle en 2020.

    Si ce modèle d'organisation du travail n'est pas récent et était déjà adopté par un nombre croissant d'entreprises, il présente ses propres défis.
    Remote est le guide de référence pour une bascule réussie entre présentiel et télétravail. Cohésion d'équipe, espaces de travail virtuels, équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle, Jason Fried et David Heinemeier-Hansson partagent leur expérience et leurs conseils et s'attaquent à chacune des grandes problématiques du télétravail.

    Jason Fried et David Heinemeier-Hansson sont les jeunes fondateurs américains de 37signals, devenu Basecamp, un éditeur de logiciels dont la croissance a retenu l'attention de tous les medias américains. Ils sont les auteurs de Rework - Réussir autrement et Arrêtons de bosser comme des fous.

  • Alors que l'innovation et la créativité sont les enjeux stratégiques de demain, nos méthodes d'évaluations de la performance, héritées du taylorisme, semblent figées à l'ère industrielle. Aujourd'hui, la productivité reste le principe directeur de la pensée managériale  : une priorité au sein des organisations. 
    Dans Silicon Valley, la réputation des magnats en témoigne : Jeff Bezos travaillerait 12 heures par jour, 7 jours sur 7 ; Tim Cook commencerait sa journée à 4:30  ; pour Marc Zuckerberg, on parle de 14 heures de travail par jour.  Notre culture est obsédée par la productivité - travailler plus et plus vite - parfois jusqu'à l'épuisement et au burn out. 
    D'origine anglosaxonne, l'idéologie du «  hustle », se diffuse à grande vitesse en France et dans le monde, mettant en danger notre santé mentale et physique mais aussi, paradoxalement, la performance de nos entreprises. De la globalisation du rêve américain à la glorification de la culture start-up, l'auteure remonte aux sources des forces culturelles, sociétales et biologiques qui alimentent nos croyances professionnelles toxiques. 
    Ecrit avec clarté, humour et intelligence, cet essai offre un cadre de réflexion pour repenser profondément et durablement la façon dont nous travaillons et nous affranchir du culte que nous vouons à la productivité. 

  • Suggéré par le créateur d'Apple, qui fait face à une maladie redoutable, Steve Jobs,  à partir de plus de quarante entretiens menés sur plus de deux ans et d'interviews d'une centaine de membres de sa famille, amis, rivaux, concurrents et collègues, le livre retrace l'incroyable vie et l'extraordinaire personnalité d'un génie, perfectionniste et hyperactif, qui a révolutionné les ordinateurs, les films d'animation, la musique, les téléphones, les tablettes tactiles et l'édition numérique. Steve Jobs est désormais l'icône absolue de l'inventivité. Il a compris qu'associer la créativité à la technologie était devenu essentiel. Steve Jobs a bien sûr collaboré au livre mais n'a demandé aucun droit de regard sur ce qui est écrit, ni même de le lire avant la publication. Il n'a imposé aucune limite, au contraire, il a encouragé son entourage à parler librement. « Il y a beaucoup de choses dont je ne suis pas fier, dit-il, notamment la façon dont, à vingt-trois ans, j'ai géré la situation lorsque ma petite amie est tombée enceinte. Mais je n'ai pas de cadavres dans le placard que j'essaie de cacher. » C'est avec une extrême franchise que Steve Jobs parle des personnes avec qui il a travaillé ou été en concurrence. Il peut profondément exaspérer les gens autour de lui. Ses amis, ennemis et collègues évoquent sans langue de bois ses passions, ses démons, ses désirs, son intransigeance, et son obsession du contrôle qui ont forgé sa vision des affaires et les innovations qui en ont découlé. La personnalité de Steve Jobs et les produits qu'il crée sont étroitement liés, comme les différentes parties d'un système intégré - tous les produits Apple et ses logiciels participent de cette logique. Le parcours de Jobs est exemplaire, un modèle en terme d'innovation, de caractère, de direction d'entreprise et de valeurs.

  • Humanocratie : libérez les talents et dynamisez votre entreprise Nouv.

    La bureaucratie est finie, vive l'humanocratie Regardez autour de vous : la bureaucratie est partout. Elle perdure et étouffe les initiatives, malgré un intérêt croissant pour le management horizontal. Les entreprises restent arides, moroses, tétanisées par le changement et les employés préfèrent laisser leur créativité à la maison, faute de pouvoir lui donner libre cours au travail... Nous méritons mieux ! Il est grand temps de suivre le plan d'action développé par les experts en management Gary Hamel et Michele Zanini pour se libérer des entraves administratives. Insuffler un esprit entrepreneurial dans le quotidien des employés leur permettra de s'épanouir et de multiplier les projets. Cet ouvrage provocateur, fondé sur plus d'une décennie de recherche et de pratique, détaille les sept principes directeurs de cette transformation et les moyens de la piloter. L'idée d'Humanocratie est aussi simple que lumineuse : pour préparer son entreprise au futur, il faut d'abord l'adapter aux humains qui la composent !



  • "Nous sommes en train de changer le monde, de changer l'histoire, et vous en êtes ou pas." Elon Musk


    Elon Musk fait partie de ceux qui changent les règles du jeu. Largement considéré comme le plus grand industriel du moment, il porte l'i

  • SATORU IWATA : une figure emblématique du jeu vidéo !
    Développeur de génie, producteur visionnaire, chef d'entreprise modèle : c'est peu dire que Satoru Iwata a marqué de son empreinte l'industrie vidéoludique. Président de Nintendo entre 2002 et sa disparition en 2015, il a contribué à la création de franchises reconnues ainsi qu'au succès de consoles au concept novateur.
    Réunissant des entretiens menés par Shigesato Itoi (Mother), une interview exclusive de Shigeru Miyamoto (Super Mario, Zelda, Donkey Kong) ainsi que des extraits tirés de la série Iwata demande, ce livre est l'occasion de revenir sur la vie et la philosophie de cette figure emblématique du jeu vidéo.

  • Ce livre raconte l'avènement de l'" économie comportementale ", dont Richard Thaler est l'un des principaux pères fondateurs. En combinant la psychologie expérimentale et l'étude concrète des marchés, cette nouvelle discipline refonde l'analyse économique sur les comportements réels des êtres humains, et non plus sur la fiction de l'homo œconomicus. Autrement dit, elle sape les fondements de la science officielle (mainstream) qui ne croit qu'aux marchés efficients agis par des acteurs rationnels prenant toujours la meilleure décision possible. Quarante ans de recherches ont en effet définitivement établi que les consommateurs, les entrepreneurs, les traders, les investisseurs, les chauffeurs de taxi, etc., pensent et agissent bien souvent de travers par rapport à la fiction du choix rationnel. Plutôt que de rédiger un manuel, Thaler a choisi de rendre ces découvertes accessibles à un large public, en racontant sa vie de chercheur, ses quarante années de combat contre la doxa régissant les universités américaines. Cela donne un livre vivant et plein d'humour, grâce auquel chacun comprendra mieux ses propres comportements erronés (misbehaving), certes déviants de la rationalité économique, mais qui font de nous des humains, et non pas ces extraterrestres qui peuplent les manuels d'économie. Thaler nous dévoile aussi comment la compréhension de nos modes de raisonnement réels peut nous aider à prendre de meilleures décisions dans notre vie personnelle, dans la gestion des affaires économiques ou dans la conduite des politiques publiques.
    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Christophe Jaquet.
    Richard H. Thaler, 73 ans, professeur à l'université de Chicago, est considéré, avec Daniel Kahneman, comme le père fondateur de l'économie comportementale. Il a reçu le prix en l'honneur d'Alfred Nobel (2017) pour l'ensemble des découvertes dont il retrace l'histoire dans ce livre.

  • C'est la première fois qu'un ancien directeur de banque dit la vérité sur le système bancaire tel qu'il fonctionne aujourd'hui, en Italie et dans le monde. Vincenzo Imperatore a été pendant vingt ans à la tête de la cellule opérationnelle de l'un des plus prestigieux établissements de crédit italiens, la banque Unicredit. Avant et après la crise économique. Son témoignage, d'une sincérité remarquable, met au jour les secrets, les stratégies et les manèges que les banques mettent en oeuvre pour engranger des profits aux dépens des clients.

    Après des études d'économie et de commerce à Rome, Vincenzo Imperatore (Naples, 1963), est entré chez Unicredit, une des plus grandes banques italiennes, où il est devenu directeur de filiale, en charge des petites et moyennes entreprises, couvrant un secteur important de l'Italie méridionale. En 2012, il crée sa propre entreprise de conseil, dans laquelle il assiste ses clients dans la restructuration des dettes.

  • Ne dis rien

    Patrick Radden Keefe

    • Belfond
    • 24 September 2020

    Immense succès critique, lauréat du prestigieux prix Orwell, Ne dis rien est une enquête journalistique d'une puissance inédite, une plongée au coeur de la violence politique, le portrait bouleversant d'une génération sacrifiée.
    1972, Belfast, quartier catholique. Par une sombre nuit de décembre, une mère de famille est enlevée sous les yeux de ses dix enfants. Ils ne la reverront jamais...
    Pourquoi une femme apparemment sans histoires s'est-elle retrouvée la cible de l'IRA ? Était-elle réellement une moucharde ? Et pourquoi, alors que tout le monde connaissait l'identité des agresseurs, personne n'a rien dit ?
    En s'intéressant à l'" affaire Jean McConville ", Patrick Radden Keefe, journaliste au
    New Yorker, revisite toute l'histoire du conflit nord-irlandais. Des manifestations du début des années 1960 jusqu'à la vague d'attentats qui a terrorisé tout le Royaume-Uni, en passant par les grèves de la faim de Bobby Sands et des
    Blanket men, il en révèle les derniers secrets, les zones d'ombre et, surtout, le prix à payer pour les individus.

empty