Éditions Baudelaire

  • Garance est étudiante en philosophie à l'Université de la Réunion à Saint-Denis. Passionnée de philosophie, elle s'interroge sur sa vie, sur ce qui est important et essentiel à son existence. Elle cherche le bonheur mais ne sait où le trouver. Obnubilée par ses études et sa réussite professionnelle, elle met entre parenthèses sa quête de l'amour afin de ne pas perturber son but. Mais quand arrivent les vacances, elle réalise qu'il manque un élément essentiel à sa vie : aimer et être aimée. Cette idée finit par l'obséder.
    Sa rencontre avec Sarah va bouleverser sa vie et elle comprendra qu'il n'existe pas une seule forme d'amour. Toutes deux se lieront d'amitié. Elles auront besoin l'une de l'autre et cette amitié deviendra fusionnelle. Comment réagiront-elles lorsque le véritable amour fera son apparition ? Parviendront-elles à conserver leur amitié infinie ?
    L'auteure est née et a grandi sur l'île de la Réunion. Elle est mariée et a deux enfants. C'est lors de sa première année d'études à l'université qu'elle se lance dans l'écriture et termine son premier manuscrit, Une amitié infinie, en hommage à sa meilleure amie du lycée partie en métropole. Mais son livre reste pendant de nombreuses années au fond d'un tiroir. En 2020, pendant le confinement, elle dépoussière son premier roman, le retravaille avec l'aide de son mari, avant de se lancer dans sa publication.

  • Il n'y a pas que les enquêteurs qui peuvent résoudre des énigmes ! Vous aussi, mettez à contribution votre esprit de recherche et votre sens de la déduction pour déchiffrer ces trente énigmes poétiques, imprégnées d'une astucieuse combinaison entre rime, savoir et réflexion qui saura vous divertir et vous séduire.
    Déceler leurs contenus dissimulés nécessitera de faire appel à votre malice et aux talents de détective qui sommeillent en vous. Conçues avec un contenu enrichissant alimenté par une dimension pédagogique (au travers de références historiques, scientifiques, littéraires et naturelles), ces énigmes permettent également d'apprendre et de se cultiver tout en s'amusant.
    Bonnes recherches... et bonnes trouvailles !
    S'amuser et s'instruire n'est pas incompatible ! C'est l'union de ces deux termes qui a poussé l'auteur à se lancer dans l'élaboration d'un concept novateur à la fois divertissant et enrichissant : les énigmes poétiques.
    Porté par une passion à concevoir des textes invitant à la réflexion et animé par un esprit créatif et curieux, il s'est lancé dans la création d'un ouvrage qui vous permettra, au fil des rimes, d'endosser le rôle d'enquêteur en essayant de déchiffrer un condensé d'énigmes.

  • Ce que faisait Théophile devant la Seine, je l'ai oublié après l'avoir su. Ce qui est sûr, c'est que je l'ai vu. Je l'ai vu avant qu'il ne rencontre cette femme.
    C'est durant cette nuit interminable et pleine de doutes que se joue leur amitié. Celle-ci devient insupportable parce qu'elle rompt la solitude de Théophile, cette solitude qui semblait le caractériser. Théophile et Madame E., Théophile ou Madame E. : c'est l'équation que devra résoudre, avec fracas, l'histoire de leur amitié.
    Paul Fort-Blouin est étudiant en khâgne au Lycée Condorcet à Paris. La ville qu'il habite et les relations qu'il y noue le poussent à écrire sur ce quotidien inspirant, entre travail et vie nocturne. Les multiples références qui jalonnent son roman avec distance et souvent ironie, lui ont été transmises durant son étude des humanités.

  • Sept histoires, sept légendes... Ces tours ou leurs souvenirs
    hantent le pays d'Allevard et les mandements frontaliers, un
    joyau de verdure en Belledonne. Des légendes leur sont peu ou
    prou attachées, ici reprises, réécrites, largement romancées, voire
    partiellement réinventées. Le tout avec une poésie qui rend encore
    plus vivants les sentiments qui y sont exprimés.
    Car dans un monde imaginaire, tout est permis...
    Sauf ignorer le sept, le chiffre magique...

  • Née en 1936, Rose-Marie va connaître une enfance rude et difficile entre la maladie et une maman sévère. Mais c'était l'époque... Sa jeunesse a été perturbée par un viol, qui s'est ensuivi quelques jours plus tard d'une agression sexuelle par vengeance, exactions toutes deux passées sous silence.
    Prédestinée à être couturière, sa vie a changé lorsqu'elle a rencontré Georges Lefetey, alors jeune boulanger. Elle a consacré sa vie à la boulangerie et aux boulangères, pour lesquelles elle s'est battue afin d'obtenir une formation pour ce métier que la plupart découvraient avec le mariage et une juste reconnaissance de leur place dans l'entreprise. Ce dévouement a valu à Rose-Marie Lefetey d'être reconnue par ses pairs, d'être décorée de la Légion d'honneur et de recevoir de nombreuses autres nominations.
    Mais tout a basculé en 2001. Rose-Marie a vécu des moments difficiles en perdant tout ce qu'elle avait, se retrouvant à la rue à cause d'un mari flambeur et ludopathe. Sa force et sa détermination lui ont permis de se reconstruire et de devenir une femme heureuse et accomplie.
    Auteur de huit ouvrages et encore chef d'entreprise à 82 ans, Rose-Marie continue d'exercer sa passion : transmettre son savoir-faire. Comme elle le dit toujours : « Vive la vie ! ».

  • Rien ne prédestinait un jeune Réunionnais d'origine comorienne à arpenter les rues grouillantes de la ville de New York, au début des années 80. Pourtant, son destin était déjà tout tracé vers une route connue de lui seul...
    Ismaël est ballotté entre un père peu présent et une très jeune mère, observant des principes rigoureux hérités des ancêtres de son Île. Pour réaliser ce rêve d'entreprendre, il faut se battre contre des obstacles multiples, administratifs, financiers, appréhender les doutes, les craintes, se protéger de l'absurdité et de l'ignorance de certains individus tenant des propos racistes.
    Le milieu new-yorkais n'est pas si aisé à intégrer pour ce jeune Noir des îles de l'océan Indien. Entre tristesse, peurs, frustration, souffrances physiques, il ne peut compter que sur lui-même. Parviendra-t-il à prendre son envol et s'élancer à la poursuite de son rêve ? Pourra-t-il le faire loin des siens ? Saura-t-il faire face aux difficultés ?


    Ismaël Aboudou est né à l'île de La Réunion. Il est un danseur-chorégraphe à la carrière internationale. Il effectue ses débuts à Paris et côtoie Maurice Béjart, Mia Frye, puis rejoint rapidement New York où il se forme au Dance Theater of Harlem, au contact de grands danseurs comme les Nicholas Brothers ou Gregory Hines. En 1988, il fonde sa première école de danse à La Réunion, Re Dom Danse. Puis en 1995, il crée le Centre & Compagnie Ismaël Aboudou de l'Océan Indien (CIAOI), très réputé aujourd'hui, et milite pour la création de la formation au diplôme d'État, encore inexistante à La Réunion.

  • Avril 1992. Alex, un gendarme français, part pour sa première mission en Asie sous le mandat des Nations Unies. Il s'apprête à porter le béret bleu, symbole de la paix. À cette époque, nul ne sait ce que ces gendarmes partent faire au Cambodge...
    Le nom de cette mission : UNTAC (United Nation Transitional Authority Cambodia).
    Dans la jungle étouffante de la région de Kampong Cham, Thea Rith, un jeune Khmer rouge en lutte pour sa liberté, se bat contre le gouvernement, l'armée, la police, les animaux, les éléments, la faim, la soif. Son combat, mené avec ses frères d'armes, se déroule dans la clandestinité.
    Ce récit chronologique et authentique de longs mois passés au Cambodge raconte la vie de deux êtres que tout sépare. Leur rencontre permettra-t-elle d'unir leurs forces pour que la paix revienne ?


    Alexandre Zanieri est un ancien commandant de gendarmerie, sportif exigeant, marathonien et traileur. Pour lui, le sport est devenu comme une drogue. Mais courir derrière quoi ? Derrière qui ?
    Une première mission à l'étranger, au Cambodge, bouleverse sa vie, ébranle toutes ses certitudes, ses croyances. À partir de cet instant, il n'a plus qu'une envie : repartir toujours et encore. D'autres missions ont suivi, toutes enrichissantes, apportant çà et là dangers, aventures et découvertes. Ses missions, son sport, ses voyages à travers le monde, il peut tout concilier. Sa devise : « Toujours aller voir derrière la colline. »

  • ÉCRIRE...
    Écrire, se faire plaisir, partir sans réfléchir.
    M'évader de Charcot qui me colle à la peau et me tient prisonnière.
    Oublier, m'envoler en douceur, sans savoir où aller.
    Rendre possible l'impossible et se l'apprivoiser.
    Imaginer l'été en plein coeur de l'hiver, la chaleur du soleil qui fait fondre le givre.
    Me déraciner et tout recommencer les yeux fermés.
    Choisir les mots parce qu'on les aime et les aimer parce qu'ils sont beaux.
    Embrasser sur papier mes rêves les plus fous, réinventer l'enfant, cueillir le premier perce-neige...
    Prendre la plume tout simplement...
    Décembre 2017
    Jacqueline HODIAMONT, décédée le 24 janvier 2020 des suites de la maladie de la sclérose latérale amyotrophique, a pu s'en échapper grâce à la poésie au cours des quatre dernières années de son existence.
    Musicienne dans l'âme, pratiquant le piano durant sa jeunesse, elle nous invite dans son recueil Imagine à partager ses souvenirs et ses rêves par une poésie inspirée par la musicalité des mots.
    Multi linguiste, Jacqueline HODIAMONT étonne de par la pluralité de ses styles littéraires, tantôt proche de la poésie classique, jusqu'à une poésie plus féerique où les mots trouvent leur harmonie dans un ballet d'émotions et d'enchaînements sonores.
    Après des humanités gréco-latines à l'institut Saint André à Ixelles, elle s'inscrivit aux facultés universitaires Saint Louis à Bruxelles - en philosophie et lettres - dont elle est diplômée.
    Elle consacra sa carrière professionnelle à divers secrétariats juridiques.
    Mariée, mère de deux enfants, elle participa à l'issue de sa carrière professionnelle à divers ateliers d'écriture qui l'incitèrent à rédiger diverses poésies et écrire des nouvelles.
    Elle fut l'élève de Nicole Versailles à l'université des Aînés et participa à l'atelier virtuel d'écriture Kaleido Plumes, sous le pseudonyme littéraire de Chloé.

  • Lolita

    Benjamin Noisiez

    L'amour nous pousse au-delà de nos limites, il nous fait parfois agir de façon absurde. Entre fascination et admiration, chaque relation amoureuse est unique. Dans mon cas, l'amour absolu prend la forme du visage angélique de l'élue de mon coeur. Plus les jours passent, plus je prends conscience que la femme que j'aime m'a tout appris, sauf à vivre sans elle.
    Né en 1984 à Douai, Benjamin Noisiez est un très bon élève. Il commence à travailler dans la grande distribution dès l'âge de 18 ans. Passionné par le football, la course à pied et l'écriture, il est désormais père d'un petit garçon. Dans son processus d'écriture, l'auteur s'inspire de la chanson française et plus particulièrement de Francis Cabrel et Michel Berger lorsqu'il est question d'exprimer ses sentiments. Issu d'une famille ouvrière, il accorde beaucoup d'importance à ses racines. Ses amis sont également très chers à son coeur, il les considère comme sa véritable famille. Il rédige Lolita après sa dernière déception amoureuse qu'il ne parvient pas encore à surmonter.


  • Le cheminement terrifiant de deux êtres qui s'aiment à la folie, dans le labyrinthe ténébreux et insondable de la maladie mentale...

    Un roman psychologique, mais avant tout un roman d'amour car la psychose évolue dans un environnement cruellement hermétique, inaccessible à la communication et à la compréhension. Seule une présence fidèle, attentive et dépourvue de jugement peut essayer d'apprivoiser les tourments de l'être aimé.

    Ce livre représente un exutoire à la folie mais aussi un témoignage d'une grande authenticité qui nous plonge dans le monde de l'irrationnel et de l'exclusion.

    Une aventure de la conscience d'une intensité émotionnelle bouleversante.

  • Poète inventé par la nature,
    Miloud est un dealer de poèmes dont il est l'auteur.
    Il les interprète au gré des rencontres et invitations.
    Les phrases types, il s'en tape, il tapote dans l'atypique
    Son travail consiste à fabriquer des phrases durables.
    À mille lieues de taper dans le mille, il vise le juste, le juste milieu.

  • Vies

    Angeline Morand

    « Mon ambition ne fut pas de vivre une vie agréable et tranquille. Non, j'avais d'autres projets. Mon ambition ne fut autre que celle de débusquer l'ignorance et les mensonges dont nous sommes si souvent l'artisan. Je souhaitais simplement vivre ma vie en profondeur - jamais n'avais-je imaginé qu'elle pouvait en porter d'autres en son antre. »


    Née en 1991 à Saint-Nazaire, Angéline a vécu près de 9 ans à Londres. Passionnée de Musique elle chante et participe à plusieurs projets musicaux. De retour en France elle décide de mener à terme son projet de livre.
    Elle enseigne aujourd'hui le Yoga et publie son premier ouvrage.


  • Des peluches qui parlent, une phobie sociale, des vacances forcées, des lettres cachées... L'auteure présente dans ces courtes nouvelles autant de récits de vies de femmes de tous âges, que d'atmosphères différentes.


    Peu importent le contexte ou les obstacles de leur parcours, elles iront jusqu'au bout, chacune avec sa personnalité, touchante, drôle, courageuse ou piquante.








    Claire Girard est née en 1972. Depuis 2010, elle fait du théâtre amateur en tant que comédienne et metteuse en scène. Ce n'est que récemment qu'elle a commencé à écrire des nouvelles ; elle se passionne depuis pour ce style littéraire. Ainsi, elle invente ses histoires comme on crée une recette de cuisine.


    Après avoir été publiée dans la revue du Nouveau Monde (un blog de science-fiction), elle remporte le prix régional du concours de nouvelles de Mably (Loire) en 2017.


  • Pierre, Antoine, Paul ; trois histoires d'enfants placés, vraies, sidérantes, aberrantes.


    Avec le soutien des professionnels de l'enfance, les familles d'accueil sont chargées par la justice de protéger, soigner et accompagner les enfants.


    La réalité est loin des discours officiels et des images idylliques véhiculées par des séries télévisées.


    L'auteur vous invite à plonger dans le monde de l'Aide Sociale à l'Enfance et à découvrir les aberrations du système de la protection des enfants placés qu'il a été amené à vivre au quotidien pendant 7 ans.


    Au-delà des instants de bonheur partagés, de la richesse humaine de cette expérience et de la fierté d'avoir lutté pour accompagner au mieux ces enfants, l'auteur analyse la maltraitance sournoise du système institutionnel à laquelle il a, bien malgré lui, participé. Il nous invite à la réflexion suivante : comment mieux protéger un enfant confié à l'Aide Sociale à l'Enfance ?

  • Après une carrière de journaliste dans le milieu sportif, l'auteur a repris son bâton de pèlerin pour aller à la rencontre des gens, et faire découvrir au monde les coulisses d'une des villes les plus populaires de la planète : Versailles.
    Il a sélectionné vingt-cinq témoignages de femmes et d'hommes qui contribuent à la notoriété de ce lieu. Sans masque, ils se dévoilent et révèlent ses secrets.
    Ne souhaiteriez-vous pas vous laisser entraîner dans cet univers empli de mystères ?


    Après des études de commerce international, Didier Balez devient steward chez Air France. Lassé par les voyages à travers la planète, il fait ses débuts à la radio puis devient journaliste pour France Télévisions.
    Depuis trente-deux ans, il couvre l'actualité internationale dans les secteurs politiques et surtout sportifs.
    Journaliste reporter pour les Jeux olympiques, il participe à dix-sept Tours de France avec la même passion.
    Homme de communication, pupille de la nation, résolument pacifiste, il conserve secrètement de profondes blessures que la vie lui a imposées.
    Passionné d'art, de musique et de littérature, il est l'auteur de deux autres ouvrages : QJFDM - Qu'ai-je fait de mal ? aux Éditions Vérone en 2018, et CQJFDP - Ce que j'ai fait de pire aux Éditions Baudelaire en 2019.

  • Ce roman fiction fait suite à un premier essai philosophique intitulé Skopos - Notre futur : l'ordre ou le chaos. Ce nouvel ouvrage s'inscrit dans le contexte de la pandémie qui frappe l'espèce humaine. Les auteurs, armés de leur bagage scientifique, financier et philosophique, s'interrogent. Sommes-nous des bonobos masqués, ces proches cousins admirablement étudiés dans les réserves de Centreafrique ? Avons-nous une chance d'être enfin des hommes clairvoyants et lucides ? Que penser de ceux et celles qui nous gouvernent ?
    Ces questions parsèment ce roman, qui relate la rencontre entre deux personnages, Louis et Michel, et des entités venues d'un autre monde pacifique, doté d'un savoir incommensurable.
    Fort d'une solide expérience des investissements publics, Michel Delacollette s'interroge quant à la possible dissolution de l'éthique dans la gouvernance étatique. Il s'est tourné vers la philosophie pour y chercher d'éventuelles réponses.
    Imprégné par la recherche informatique des structures des langages et l'analyse des données, Louis Ledonne tente de décortiquer les nombreux paramètres inclus dans les sciences humaines et éléments constitutifs de la vie en société. Cette passion l'a incité à écrire plusieurs essais philosophiques.

  • « "Chut, je ne veux rien savoir !"
    Ensuite, notre père pose sa main sur sa joue, les doigts écartés, l'extrémité du pouce posée sur le conduit externe de l'oreille et l'auriculaire sur la commissure des lèvres et dit : "Souvenez-vous les enfants, de l'oreille à la bouche, il y a cinq doigts." »
    Une leçon de vie parmi d'autres...
    Je me remémore le joli village de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume où j'ai passé toute mon enfance. Le temps altère les souvenirs mais n'a aucune emprise sur les fondations solides.
    À travers ce récit drôle et émouvant, j'ai voulu témoigner des valeurs que m'ont transmises mes parents, faisant de moi l'adulte que je suis. Aujourd'hui, je souhaite leur rendre hommage.
    Née en 1967, Louisa Fergani partage sa vie entre Paris et sa Provence natale. Elle exerce la profession de cadre de santé.

  • L'auteur profite de ce moment de pause permis par la crise du coronavirus pour réfléchir à la création de modes de vie plus durables et plus épanouis.
    Au-delà de l'urgence sanitaire qu'elle provoque, cette pandémie dévoile en effet nos limites et donc nos marges de manoeuvre et de progrès vers un tout autre monde. Nous sommes intimement et profondément appelés à changer et à nous repenser, dans notre rapport aux autres, à la nature et à nous-même. C'est ce que nous invite à faire cet essai qui, loin d'être normatif, ouvre au contraire à tous les possibles.
    « Du chaos naissent les étoiles » disait Charlie Chaplin. Que cet ouvrage soit une petite étoile parmi tant d'autres pour former de nouvelles constellations ! À nous tous·tes de les développer ensemble, sans attendre que les décideurs le fassent (car ils ne le feront pas !).


    Thierry Long est enseignant-chercheur en sciences humaines et sociales à l'Université Côte d'Azur de Nice. Ses recherches et ses enseignements tournent autour de l'éthique et de la société. Il a déjà publié deux ouvrages sur ce sujet : L'éducation par le sport : imposture ou réalité ? (2008, 2015) et Un monde sans argent... « L'utopie », cinq siècles après Thomas More (2016).

    Thierry Long aime à dire que « son cheminement scientifique n'est autre qu'un cheminement vers lui-même ».

  • Vous découvrirez en lisant ces six nouvelles l'une d'entre elles est en anglais , six personnages différents. Différents certes, mais reliés entre eux sans parfois même qu'ils ne le sachent ; comme nous le sommes tous, tous liés les uns aux autres, dans une même société d'humains.
    Vous pourrez ainsi suivre, sur fond de Coronavirus, la vie d'Isabelle, professeure investie ; de Stéphane, globe-trotteur solitaire ; de Pierre, artiste passionné ; de Domitille, aide-soignante à l'écoute des personnes âgées dont elle s'occupe ; d'Emmanuelle, étudiante et citoyenne éclairée ; ou encore de Francis, policier fuyant la société de 2028 dominée par la surveillance collective.
    Des nouvelles qui vont vous faire voyager au Sénégal, au Guatemala, en Californie, à Cuba, mais pas seulement. En plus d'un voyage dans l'espace et dans le temps, ces personnages vont aussi vous aider à voguer vers l'aspiration au bonheur. C'est ce que nous recherchons tous, n'est-ce pas ? Ces personnages, c'est vous. C'est moi. C'est nous, humains.
    Maman de trois garçons devenus de jeunes adultes autonomes et professeure d'anglais en lycée à Villeneuve-sur-Lot, Laurence Joubert-Defoort a trois passions : la peinture, les voyages et l'écriture. Mais voilà ; pour écrire, il faut du temps. Or, du temps, jusqu'à l'aube de ses cinquante ans, elle n'en avait pas ou très peu. En tout cas, pas assez pour être inspirée. La période de confinement du printemps 2020 a été pour elle une superbe libération créatrice et lui a permis de coucher sur le papier une kyrielle d'émotions enfouies qui attendaient le bon moment pour s'exprimer enfin. Le résultat ? Cette première série de nouvelles faisant le portrait de personnages divers et variés, reliés les uns aux autres. Des personnages pleins d'humanité qui voyagent, qui travaillent, qui aiment, comme nous tous...

  • Sergio disait : « Vous respirez sans y penser, moi je ne pense qu'à respirer. »
    « L'avion prit son envol, quittant le brouillard épais et retrouvant déjà un magnifique soleil. Sergio craignait beaucoup de nouvelles difficultés respiratoires en altitude, mais l'avion militaire mis à sa disposition par le gouvernement volait au plus bas. »
    À la fin du XXe siècle, une greffe coeur poumons est possible, mais à Londres seulement. Comment obtenir la somme colossale pour payer le chirurgien égyptien ? Une quête d'argent tous azimuts s'engage alors, pour une course-poursuite à la santé.
    Radio, télévision, journaux, associations diverses, amis et connaissances créent un mouvement de solidarité extraordinaire, raconté dans ce livre. Sergio passe de l'obscurité à la lumière médiatique.
    Ce récit raconte la relation fusionnelle d'une maman et de son fils défavorisé par la vie, atteint de mucoviscidose.
    Sergio nous transmet ce message : « Vivez l'instant présent et vivez-le dans la joie et l'espoir, quoiqu'il arrive. »
    Monique Deberghes est née en 1945. Rien ne prédestinait cette secrétaire, commerciale et autodidacte à écrire. Mais un jour, son fils lui demanda de raconter sa vie.
    Alors, elle prit des notes, enregistra, filma, et avec du recul, comme s'il ne s'agissait pas d'elle, un roman prit forme. Aujourd'hui, elle conclut : « Je ne suis qu'une maman qui a tenu sa promesse. »

  • Margaux passe le cap de la trentaine en quittant la vie pantouflarde qu'elle menait avec son ex-compagnon depuis dix ans. Désireuse de vivre sa vie de jeune femme et de faire de nouvelles connaissances, elle saute le pas de l'inscription sur des sites de rencontre et raconte ses expériences durant une année. Prise dans un florilège d'histoires singulières et loufoques, intriguée par un homme mystérieux qui se démarque des autres, Margaux va s'enrichir des enseignements de cette nouvelle vie de célibataire, avec émotion et humour.
    Ce livre se veut léger, drôle et accessible à un large panel de lecteurs qui se reconnaîtront sans doute dans ces nouvelles typologies de rencontres virtuelles. Avec simplicité et humour, l'autrice décrit dans cet ouvrage une situation que vivent de nombreux lecteurs : des histoires de rencontres virtuelles au travers desquelles beaucoup peuvent s'identifier. Rédigé simplement, sans artifice, sans descriptions superflues, ce roman peut être lu par toutes et tous. Derrière cette légèreté apparente, c'est bien la cause des femmes que l'autrice met en exergue : leur émancipation, leur liberté tant sexuelle qu'affective, ainsi que leur positionnement dans le monde de la drague virtuelle.
    Esthélie Swan - de son nom de plume - a la trentaine lorsqu'elle décide d'écrire ce roman. L'auteure est professionnellement engagée dans le secteur du droit ; l'écriture est pour elle une passion de longue date. Imprégnée de la cause féminine et interpellée par les histoires relatées par son entourage en matière de rencontres, Esthélie écrit cet ouvrage avec l'envie de faire sourire les lecteurs qui se reconnaîtront à travers les expériences de son héroïne.

  • Les ailes arrachées

    Djohar

    Imaginez : toute votre vie est basée sur une vision biaisée et un jour, le voile se lève et vous ouvrez les yeux sur la réalité. La panique vous envahit. Mais il vous faut l'apprivoiser rapidement pour continuer à vivre - ou à survivre.
    Cet ouvrage écrit à l'encre du sang et des larmes relate malgré tout une belle histoire, tragique et obsédante. Les ailes arrachées est un récit autobiographique. Il aurait pu être un parcours du combattant, mais on en retient davantage son histoire d'amour. Des tréfonds de l'enfance aux illusions perdues de l'adulte, l'auteure vous livre la croisade d'une survivante qui s'accroche encore, et en dépit de tout, à la vie.
    Née en 1976, Djohar a fait des études de musicologie. Depuis toujours, elle se passionne pour la poésie et la littérature. Elle est à présent enseignante. Les ailes arrachées est son premier roman.

  • Au gré de ses humeurs, l'auteur dépeint par petites touches les hommes et les paysages dans un voyage en poésie autour de la Bretagne. De Saint-Nazaire à Belle-Île-en-Mer, de l'Île d'Arz aux Monts d'Arrée, ce voyage transporte le lecteur des chemins creux des Côtes-d'Armor à la Loire-Atlantique, de Pont Aven aux embruns océaniques.
    Les légendes sont malmenées, les amis aussi, la larme trempe parfois la plume et on repart en bamboche aux tablées du Rheu, pendu au sein apaisant des plaisirs de bouche.
    La forme est souvent classique, mais les pieds se prennent parfois dans le tapis et s'écrivent à l'envers sans trop savoir « à quoi ça rime ».
    Né en 1959 à Saint-Nazaire, Jean-Michel Talbourdel grandit en pays gallo. Durant ses études secondaires à Redon, il fait ses premiers pas de militant et de danseur de fest-noz. En 1982, il devient infirmier puis cadre de santé avant de se consacrer à la formation en fin de carrière. Durant dix-neuf ans, il est adjoint au maire de Saint-Nazaire.
    En tant qu'amateur d'art, il parcourt la France et l'Europe (Londres, Berlin, Rotterdam, Amsterdam, Madrid, Barcelone, Lisbonne, Prague, Florence...), à l'affût des musées d'art contemporain, des festivals de théâtre, du jazz... Il peint à ses heures « perdues ».

  • Iphaly

    Salomé Lefebvre

    Lorsque Céleste se réveille, il n'est pas chez lui. Il est piégé dans une salle obscure avec un vieil animalin et ignore ce qu'il s'est passé. Qui sont ces individus en blouse blanche qui les observent continuellement derrière une vitre ?
    Malaya a tout perdu lorsqu'elle arrive dans cette immense forêt. Elle ne connaissait pas les créatures qui, dans les montagnes, ont massacré son peuple avec des engins argentés. Seule rescapée de sa tribu, elle est livrée à une solitude et une douleur extrêmes.
    Soldat volontaire pour l'expédition sur Iphaly, Anna découvre que les plus grands dangers ne sont pas ceux auxquels elle s'attendait.
    Que retiendront-ils de leurs rencontres ?
    Passionnée de littérature et de fantasy depuis l'enfance, Salomé Lefebvre commence à écrire des fictions et des nouvelles au lycée. À travers le dessin, puis par les mots, elle décide de donner vie à ses personnages et commence à rédiger Iphaly qu'elle achève à 17 ans. Elle souhaite créer des univers capables de nourrir l'imaginaire des lecteurs et de les faire voyager dans un monde qu'ils ne connaissent pas encore. Aujourd'hui étudiante en hypokhâgne, elle continue d'écrire avec le désir de faire rêver ses lecteurs.

empty