Les Éditions du Net

  • Après une existence bien réglée et plutôt solitaire, Félix Raminet, professeur de Droit, tout juste retraité, vient d'obtenir brillamment son permis de conduire. Follement épris de liberté, il saute dans sa voiture neuve et quitte Paris pour Saint-Malo. Le Destin l'attend sur une aire d'autoroute : Jane, une jeune Américaine, généreuse, libre de corps et d'esprit, va changer irrémédiablement le cours de sa vie.

  • Les Histoires d'Adèle d'ici et d'ailleurs I est un recueil de quatorze nouvelles qui racontent les aventures et les rencontres d'une voyageuse. Elles entraînent le lecteur vers la réalité de mondes très différents, d'hommes et de femmes hanté-e-s par le désir de vivre, des Etats-Unis au Myanmar, en passant par le Mexique, l'Algérie, l'Inde, le Congo, la Syrie et ailleurs.

  • « L'autre côté du fleuve », c'est la rive guyanaise de l'Oyapock, c'est ce sentiment étrange qui fait qu'on croit toujours que l'herbe est plus verte dans le pré du voisin.
    C'est cette force qui pousse des hommes et des femmes à rechercher ailleurs une vie meilleure. Ils laissent une vie de misère pour un espoir qui s'avère souvent illusoire.
    L'action se passe au début des années 2000, dans un village clandestin situé sur un affluent de la Mana. Nous sommes à la veille d'une opération de gendarmerie. Vasco, petit patron orpailleur, vient au village chercher un mécanicien, car son chantier est arrêté. Ses moteurs l'ont lâché deux jours après que Chapado a tenté de les réparer. Les deux hommes se rencontrent et cela se passe très mal. Chapado promet de se venger.
    Vasco profite de son séjour pour tenter de séduire Angela dont il est amoureux depuis longtemps. Il est interrompu par Linda, prostituée, qui est amoureuse du jeune homme. Malgré les arguments convaincants de la jeune femme, il réussit à l'écarter en lui avouant qu'il est venu pour une autre. Linda lui promet qu'il finira par l'aimer.
    Début de l'acte IV, un coup de fusil claque dans la nuit. Chapado sort du carbet de Vasco, le fusil à la main...

  • After a somewhat cloistered, morally upright existence and a life devoted to legal matters, Félix Raminet, at the age of 66, achieves a lifelong ambition in passing his driving test, and immediately embarks upon the ultimate quest for liberty, a 300km drive from Paris to the seaside town of Saint-Malo. His meeting with Jane, a generous, free-spirited, young American at a gas station will irremediably change the course of his existence.

  • Je suis gynécologue-obstétricienne. Je viens de fêter mes quarante ans. Les vacances d'été touchent à leur fin. Un soir où je palpe machinalement mon sein gauche, je sens comme un petit grain de riz sous mes doigts. Insignifiant. Un kyste, certainement. Par acquit de conscience, je passe une échographie. Puis une biopsie, le 11 septembre. Le verdict tombe aussitôt, c'est un cancer ! Un cancer infiltrant. Alors, tout s'enchaîne : examens complémentaires, qui mettent au jour un deuxième foyer cancéreux ; exérèse des tumeurs et des ganglions ; ablation du sein ; chimiothérapie ; radiothérapie ; hormonothérapie ; reconstruction mammaire. Très vite, je retire ma blouse blanche. Découvrant l'envers du décor, je pose un regard de soignée sur le monde soignant que je croyais connaître. Je supporte la lourdeur des traitements. Courageusement ? non, je descends au fond du puits. Je suis morte. Le cancer relève de la bombe atomique. Quiconque ne l'a pas vécu dans sa chair ne peut jauger la violence de la déflagration qui se produit chez le sujet malade. Puis, un jour, la vie reprend... Lentement.

  • Jeune femme naïve et timide, Blanche commence sa vie d'adulte. Rapidement, elle sera tourmentée entre son rêve de trouver le prince charmant et la réalité de la société actuelle. Espoir, amour, désillusion et déception vont joncher le quotidien de l'héroïne jusqu'au moment où elle devra faire un choix entre la raison ou son coeur, une décision qui sera lourde de conséquences pour le reste de sa vie...
    Basé sur des faits réels, ce roman biographique est un hommage envers une femme qui décidera de bouleverser sa vie par amour en assumant tout ce qui va en découler...

  • À Milan Kundera,
    et en guise de mot de retard,

    Cette nuit, Milan, je me suis replongé dans ton livre, L'Art du roman, pour y puiser quelques idées sur la structure à apporter à ce présent texte, à travers lequel je me présente aux Français comme candidat à l'élection présidentielle. On réfléchit mieux en bonne compagnie. Dans ton Discours de Jérusalem, daté de 1985, et intitulé « Le Roman et l'Europe », tu cites ce proverbe juif que je ne connaissais pas : « L'Homme pense, Dieu rit. » Et quelques lignes plus loin, toi, l'écrivain tchèque qui écrit en français, tu regrettes qu'on ait oublié le mot « agélaste » créé par Rabelais, repris du grec et qui signifie « celui qui ne rit pas, qui n'a pas le sens de l'humour ». Sois rassuré, je l'ai rajouté dans mon dictionnaire personnel des insultes du capitaine Haddock, aux côtés de « doxosophe », « vouvouzela », « frère d'autruche », « chrysophile » et autres « Vishnuïste », « glébeux » et « pense-phrase ».
    Mais, Milanku, les mots ne suffisent plus pour exprimer la colère de ce pays. Les politiques, ils ne nous font plus rire. Ils ne savent plus penser. Plus personne ne sait quoi penser. Et voilà que je déboule à la dernière minute, comme en courant sur le quai de la gare : « Attendez ! Attendez ! J'ai des idées ! » Et une fois dans le train, de m'excuser auprès du contrôleur en lui tendant ce livre : « Je suis en retard, j'ai réfléchi trop longtemps. »
    « Dépêchez-vous, je crois qu'il me répondrait. Il ne vous reste plus que quelques semaines pour convaincre 500 maires et 44 millions d'électeurs ! »
    « L'homme pense, Dieu rit. » Mais il ne se moque pas. Et tant pis pour qui rirait.

  • À ce qu'on dit, la vie serait un long fleuve tranquille. Mais pas pour tout le monde. Elle l'était pour moi jusqu'au jour où tout a basculé. Le jour où mon destin a radicalement changé.
    Les gens ne se rendent pas compte à quel point la vie peut être si douce et si belle. Ils se plaignent à longueur de journée pour des futilités. Ils n'ont même pas conscience qu'ils ont sous leurs yeux la plus belle des richesses : la chance et le bonheur de vivre en bonne santé. J'étais riche avant. Maintenant je suis pauvre car mon enfant est atteint d'une maladie incurable. Il n'y a pour le moment aucun espoir de guérison. En tant que parent, comment peut-on accepter cela ? Comment continuer de vivre avec ce poids ? Comment surmonter ce sentiment d'impuissance face à la souffrance de ce qu'on a de plus cher au monde ?

  • Un hôpital quelque part dans le nord de la France. Un service de pédiatrie et des destins croisés de soignants et de patients qui se rencontrent autour de la maladie. Des liens se créent et se défont au rythme des admissions et des transmissions. Mais que connaît-on réellement du quotidien des personnels hospitaliers ? Que sait-on de leurs motivations, de leurs envies, de leurs joies, de leurs tristesses, de leurs découragements et de leurs peurs, pudiquement cachés derrière la blouse blanche ?
    Jours tranquilles à l'hôpital nous livre des épisodes de vie de ce service de pédiatrie imaginaire qui ne survivrait pas sans la solidarité des soignants et la passion qu'ils vouent à leur métier. Au travers de ces chroniques romancées, justes et touchantes qui révèlent l'envers du décor, Abderrahmane Hamriti raconte la difficulté de soigner des enfants tout en rassurant les parents. Et sans jamais tomber dans des travers de dénonciation ou de rancoeur, l'auteur réussit à montrer la (dure) réalité de l'hôpital public, avec sensibilité et humour.

  • Ce livre qui demeure une fiction, retrace les péripéties vécues par un ambassadeur en poste à St Domingue. Alexandre, partagé entre ses convictions profondes et son esprit intègre, se débat dans les arcanes de la politique politicienne.
    Dans le décor paradisiaque de cette île tropicale, les personnages vivent sentiments, passions et aventures extrêmes.
    L'auteur vous propose à l'intérieur de ce roman un mixte entre imaginaire et réalité propre à faire perdre au lecteur ses véritables repères.

  • Ce roman établi d'après des faits réels, retrace un épisode de la vie d'Alexandre Lacaze, qui après le décès de sa nouvelle compagne décide de partir sur les traces du premier âge de sa vie d'homme et d'officier autour du monde. Il sera entraîné malgré lui à côtoyer ce que Madagascar offre à ses visiteurs de plus magnifique comme de plus noir.
    Du trafic de pierres précieuses, à celui des êtres humains pour alimenter les banques clandestines de vente d'organes, nous sommes plongés dans une histoire rocambolesque qui s'est malheureusement produite avec plus de sauvagerie encore que n'ose vous la conter l'auteur.
    Les marins Français qui ont fait escale à Diego Suarez jadis, comme ceux qui plus récemment ont séjourné à Nosy-Be, retrouverons dans ce livre tous leurs repères, qu'il s'agisse des paysages, de leur plage favorite ou des gargotes où ils ont pris une T.H.B. en compagnie de Fripouille la lémurienne dans les Sakalaves.
    Tonga Soa à Dago l'île rouge !

  • Assaâd, après avoir pris la difficile décision de quitter Alep en Syrie, échoue sur une plage grecque. En Espagne, Isabel et Alexandra sauvent Hafed, le chasseur de nuages. Aïssa, la très jeune congolaise, va être mariée à un vieux de 30 ans. Janice a ses raisons de fuir l'Erythrée. Yuliya dirige les répétitions du Théâtre indépendant de Biélorussie par skype. Ils ont tous en commun une vie de réfugié sauf Arezu de Téhéran et Camille la parisienne.

  • Mélissa Prudent est née près de Régina en Guyane. C'est une jeune femme d'une quarantaine d'années. « Fanm dibout », Poteau mitan de sa famille, elle a derrière elle une vie difficile pleine de déboires et d'expériences fâcheuses.
    Daniel Lambert est né près de Grenoble. C'est un homme mûr d'une cinquantaine d'années. Il a déjà derrière lui une longue vie ordinaire. Le drame qui va frapper à sa porte va l'emporter dans un tourbillon inattendu.
    Ces deux existences n'étaient pas faites pour se rencontrer.
    Mais le hasard fit bien les choses...
    Malgré cela, le destin, le hasard, l'amour, la vie tout simplement, va se charger de beaucoup les bousculer. Leur histoire, c'est un peu comme la théorie des dominos à l'envers. Au lieu de se faire tomber, ils s'entraident pour se relever et pour reconstruire, ensemble, ailleurs, autre chose...

  • Avril 1997. Antoine Salve, pédopsychiatre spécialiste de l'autisme, disparaît mystérieusement en mer, au large des côtes landaises. Que s'est-il passé ? Qu'a-t-il découvert dans le fonctionnement de l'hôpital auquel il avait voué sa vie ? Ce drame va bouleverser l'existence de tous ceux qui sont liés de près ou de loin à cette affaire. En particulier celle de Lisa, la femme qui l'a aimé toute sa vie en secret.
    Avril 2017, Camille, la fille d'Antoine Salve est victime d'un terrible accident sur une petite route de Touraine qui mène au domicile de l'ancien patron de son père, l'éminent professeur Louis Ledulie.
    Coïncidence troublante ! qu'allait-elle faire là bas ?
    Cet accident va faire resurgir les démons qui hantent tous les témoins d'une affaire vieille de vingt ans. Troubles et passions vont éclater au grand jour.
    Inspiré d'un fait divers paru dans la presse tourangelle, le roman se situe entre Tours et les Landes. Certains noms de lieux et d'institutions ont été changés, excepté ceux des villes qui situent géographiquement le récit.

  • Bruxelles, début de l'année 2004 : un grand élargissement de l'UE va avoir lieu au printemps, l'adoption de la constitution européenne va être célébrée en automne, et la fameuse directive Bolkestein va être publiée en fin de journée. Le succès est à l'oeuvre, il est attendu. Sa clé ? La langue de travail : le novespéranto. Il électrise les réunions, il inspire les législations. Un nouveau commissaire s'apprête à le parler. Il vient d'être nommé. Il quitte la clémence du climat finistérien pour la pression barométrique bruxelloise, et il participe à sa première réunion de travail. Grâce à ses mémoires, nous assistons enfin à la construction européenne vue, expliquée et commentée depuis la salle de réunion de la Commission. Elles nous rendent témoin de confraternités, de brainstormings, d'une confrontation avec le Désamour Démocratique et même d'une révélation sur le sort de l'homme européen en ce début de siècle. Car faire l'Europe est tout sauf une « cosa mentale », comme on dit en Bretagne. Le corps est en jeu. Celui de l'auteur des mémoires comme celui de ses voisins de table. Une possession les anime, le novespéranto les vitalise. Aussi, tantôt à fleur de peau, tantôt didactiques, ces mémoires nous invitent à vivre à bien des égards une réunion initiatique.

  • Du Moyen-Age à nos jours, de belles rencontres avec des personnages historiques ou anonymes, se retrouvant parfois au hasard des époques, dans des aventures véridiques ou imaginaires.

  • La couleur des rêves d'Anne, c'est une palette arc-en-ciel d'émotions et d'espérances, et c'est aussi le chemin d'une femme vers la Guérison...

  • Recueil de poésies et de photographies, Le Fil d'Or fait partie d'un ensemble de cinq livrets, conçus comme des ponts entre tous, tellement les thèmes abordés peuvent parler à chacun et chacune et entrer en résonnance avec l'intime de nos vies...

  • Recueil de poésies, et de photographies, d'une série de cinq livrets, à feuilleter, lire, respirer, partager... à l'heure du thé...

  • Quand le quotidien est difficile, alors les textes d'Anne disent le bleu des âmes...
    Et quand les âmes pleurent trop fort, alors les photographies d'Anne, et de sa fille Clémentine tentent d'en adoucir la réalité...
    Bleus à l'âme est un recueil de poésies, issu d'un ensemble de cinq livrets.

  • « Je me suis mise à planter des arbres-poèmes, pour créer une promenade en forêt où t'emmener rêver, où chaque arbre devenait un souvenir, un soutien, une respiration à partager, un moment de complicité, une occasion de s'échapper...
    ... dans ton amour nous avons trouvé la force des arbres... »

  • Pour la France, la Seconde Guerre Mondiale aura fait 541 000 morts, pour l'Union Soviétique 21 000 000 de morts, pour les États-Unis 418 500 morts, pour l'Afrique 140 000 morts et pour le Reich allemand 9 128 000... Environ 60 millions de militaires et de civils périront dans cette guerre, soit 2,5 % de la population mondiale de l'époque !

    Je pense à toutes ces femmes et tous ces hommes, qui avaient une vingtaine d'années à cette époque ; ils rigolaient avec la vie alors que le danger était à leur pied. Quand je pense au nombre de jeunes qui ont disparu pour cette liberté collective, j'ai une admiration sans borne. Ils avaient un objectif commun, défendre la Liberté de pensée, d'écrire, de manifester, de conscience, de mouvement...

    Et pour conclure, je citerai Marcel Lefèvre, pilote de l'escadrille Normandie-Niemen mort au combat, dans le ciel de Prusse Orientale :

    « Je suis exilé et condamné à mort dans mon pays par un régime fasciste. Il serait de la plus absurde hérésie que je ne sois pas un combattant pour l'humanité. »

  • Évolution des pensées pendant le confinement, constats, bribes d'actualités, réflexions et propositions de solutions, éléments pour un processus de transition. Au coeur, il y a une réflexion sur les valeurs de l'espèce humaine, reliantes, individuelles. Des objectifs de sortie de la crise en découlent. Les projections utopiques sont des fenêtres ouvertes sur un futur potentiel. Des poésies et dessins, proposent un regard onirique à coups de bec.

  • Durant des années, j'ai cru qu'il n'existait qu'une définition de l'amour. Puis j'ai réalisé, au fil du temps, qu'il pouvait y en avoir plusieurs. Le présent recueil de nouvelles n'est donc que le premier d'une série d'oeuvres sur l'amour et dont l'écriture s'est - comment dire ? - imposée à moi. Ces textes ne sont pas forcément ceux que j'ai écrits en premier sur le thème. Mais leur sélection répond juste à une logique de catégorisation : parler de l'amour depuis ses débuts jusqu'à sa maturation et/ou à son extrapolation. Rassurez-vous donc, tout le monde sera servi, que ce soit dans ce recueil comme dans ceux à venir...

empty