Ex-Æquo

  • La rose oubliée

    Alexandre Geoffroy

    • Ex-æquo
    • 30 January 2017

    Quand on traque le Diable, jusqu'où faut-il aller ?
    Quand le Diable en personne vous a choisie, faisant de vous sa petite poupée, que feriez-vous si vous parveniez à vous échapper?? Mélanie, elle, a décidé de revenir en Enfer et de détruire ces hommes, ces démons qui ont volé et souillé son enfance. Mais quand on traque le Diable, jusqu'où faut-il aller?? Maintenant, imaginez un instant que celui-ci ait changé de visage...?
    Plongez dans thriller haletant et découvrez le parcours de Mélanie, qui retourne en Enfer pour détruire ceux qui ont souillé son enfance.
    EXTRAIT
    Après quelques pas fragiles dans les cailloux, elle s'écroula dans l'herbe, sur un petit talus, surplombant parfaitement la scène de crime. Renversée sur le dos, elle tâcha de reprendre son souffle, carbonisé par l'effort violent qu'elle avait dû accomplir, puis elle fixa le ciel, étoilé pour un soir.
    Elle y vit un signe, le signe de sa victoire. De sa revanche conquise au prix fort. Et pour se féliciter, elle s'alluma une cigarette, bien méritée. Elle pompa sur le petit cylindre de papier avec une profonde inspiration, s'étirant ainsi de tout son long sur le sol humide et glacé, sa tête plantée en arrière profitant de cette fraîcheur inespérée.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alexandre Geoffroy est diplômé de l'École Hôtelière de Bordeaux, ancien restaurateur dans le Lot-et-Garonne, il est aujourd'hui exilé au Pays basque, partageant son temps entre l'amour de la gastronomie, et l'écriture du Noir.
    Son premier roman, Les Roses Volées, paru en 2014 aux Éditions Ex Aequo, a remporté le Prix du « Balai de la Découverte 2015 », Meilleur Premier Roman - Concierge Masqué.
    La Rose oubliée est un thriller sombre et éprouvant, dont vous ne ressortirez pas indemne.

  • Désordres

    Jonathan Gillot

    • Ex-æquo
    • 30 January 2017

    Parachuté dans une ville de province pour couvrir un fait divers, Quentin Viessenthal, journaliste sans ambition, va vite regretter sa venue...
    La cité, peu à peu privée de ses autorités morales et politiques, va devenir la proie d'une puissante organisation qui n'a que la barbarie pour moyen et la domination pour fin.
    Faisant preuve de lâcheté ou de courage, de dédain ou de sacrifice, Quentin se trouvera au milieu d'un désastre comme l'Histoire sait parfois en produire : une République au bord de l'abîme, des monstres engendrés par la violence de la vie, des innocents enchaînés par centaines. En fin de compte, des lendemains qui déchantent, dans une ville qui déjante.
    Avec ses compagnons d'infortune, il devra rivaliser d'ingéniosité pour sauver une ville, qui pourrait un jour être la vôtre.
    Un thriller apocalyptique haletant et criant de réalisme. 
    EXTRAIT
    Romuald Fréquot sentait les gouttes de sueur perler sur son large front. L'ennui, avec l'électronique artisanale, était qu'un petit défaut pouvait facilement changer la donne. Bien sûr, les tests effectués avec des dispositifs similaires avaient toujours donné un résultat conforme aux attentes. Toutefois, il restait l'appréhension du jour J. En tant que technicien gazier, il était officiellement intervenu pour une visite de routine et, avec le conseil qui se déroulait en ce moment même, personne n'avait porté attention à ses allées et venues. Pour preuve, l'agent d'accueil avait même omis de lui demander l'habituel récépissé de visite d'entretien. Il songea que, plus tard, ce serait toujours un indice en moins.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Ce roman singulier fait d'éléments personnels et d'une plume engagée absorberont tout un chacun dans une lecture effrénée. - Rose Azaidj Bonafin, Culturebox
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jonathan Gillot, 29 ans, est né en Haute-Marne, à Chaumont. Il a toujours été passionné par l'astronomie et la physique, et a suivi un long cursus qui s'est terminé en 2013 avec l'obtention d'un doctorat de physique. Il a entamé la rédaction de cet ouvrage vers la fin de sa thèse. Le goût de l'écriture est venu pendant la composition de son manuscrit de doctorat et, à ce titre, il pense être l'un des très rares doctorants au monde qui ait trouvé agréable la rédaction de sa thèse ! Dorénavant, ayant terminé ses études, il a pour objectif de poursuivre ses recherches en physique tout en entamant une carrière d'écrivain.

  • Les roses volées

    Alexandre Geoffroy

    • Ex-æquo
    • 20 February 2017

    Un homme à la recherche du meurtrier de sa fille.
    Un soir de pluie glaciale à Biarritz, un homme recherche le meurtrier de sa petite fille. Cloîtré dans sa voiture, avec une bouteille de vodka pour seule compagnie, ce père se demande s'il sera capable d'ôter la vie à celui qui a détruit sa famille. Une chasse à l'homme désespérée, un face à face gluant, où chaque round plonge Paul toujours plus profond dans la folie. La sienne et celle des autres...
    Découvrez un thriller haletant et suivez le parcours de Paul, un homme désespéré qui sera plongé toujours plus profond dans la folie, la sienne et celle des autres.
    EXTRAIT
    Me suis éveillé, enfin, échoué dans cette maudite bagnole. Pas la peine de checker : mal de crâne, ébloui, assoiffé.
    La même gueule de bois depuis des mois. Peut-être même une année. Je coule toujours plus profond, ancré à un énorme rocher. Pas moyen de savoir quand sera la fin. Que je la rejoigne enfin.
    Ciel d'hiver, vent incessant et pluie glaciale, pas de doute le mois de février tient ses promesses. Et ici, à Biarritz, dans le magnifique quartier de l'hôtel du Palais, à minuit c'est le no man's land. Les restaurants saisonniers sont bouclés comme des tombeaux, leurs terrasses pleines l'été ressemblent ce soir à un cimetière de chaises. Pas même une vieille dame pour promener son cabot. À croire que les petits chiens, ici plus qu'ailleurs, ont une plus grosse vessie, de quoi tenir jusqu'au matin.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alexandre Geoffroy est issu d'une famille de restaurateurs, diplômé de l'École Hôtelière de Bordeaux, il a marché dans les pas de ses parents en ouvrant son propre restaurant à Agen. Une première vie courte, mais passionnante, qui sera le décor de son premier roman.
    Aujourd'hui, à 37 ans, il vit au Pays Basque. En grand fondu de Polars, l'idée originale a mûri dans son esprit pendant des années ; avant qu'il ne libère et prenne le temps de figer sur le papier cette histoire brute, éprouvante et viscérale.

  • Rouge Baiser

    Benoît Herbet

    • Ex-æquo
    • 30 January 2017

    Derrière le site « Rouge Baiser » se dissimulent Aurélie, Poppée, Cassiopée et Salomé. Ces quatre jeunes strasbourgeoises louent leurs charmes à des messieurs en manque de tendresse ou de passion.
    Un soir, l'une d'entre elles est assassinée par un meurtrier insaisissable que les médias ont baptisé Le Tueur aux dés. Les trois survivantes de « Rouge Baiser » se rendent alors à l'évidence. Le Tueur aux dés est un de leurs clients habituels !
    Tandis qu'elles s'engagent dans une course-poursuite hasardeuse, la liste des victimes s'allonge...
    EXTRAIT
    Il était une fois... Une jolie princesse. Princesse en son royaume, et reine dans les coeurs. Une princesse au corps idéal comme un printemps ensoleillé, doux comme un soleil d'été se couchant par-delà une mer chaude, et qui regardait son reflet dans le miroir.
    Miroir, joli miroir, dis-moi que j'ai l'air d'une pute...
    Et le miroir, complice, de lui renvoyer l'image qu'elle espérait.
    Miracle de l'union profane entre la viscose et l'élasthanne. Sa robe la serrait de partout. Sa robe était trop. Trop courte, couvrant à peine l'exquis rebond de ses fesses. Trop moulante, épousant sa silhouette jusqu'à se confondre avec son corps. Trop échancrée, comprimant et exhibant ses seins ronds.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après « L'ombre de la Chimère », « Rouge Baiser » est le deuxième roman de Benoit Herbet. Cette nouvelle intrigue, aux confins du thriller psychologique, du conte de fée moderne et du roman d'épouvante, vous emmènera bien plus loin qu'il vous est possible d'imaginer...

  • Le sang des uniformes

    Denis Leypold

    • Ex-æquo
    • 20 February 2018

    Entre l'armée allemande et l'armée française, les jeunes Alsaciens doivent choisir...
    Ils sont issus d'une même famille originaire d'Alsace que la guerre de 1870 sépare et que celle de 1914 oppose.
    Henri, 19 ans, est soldat dans l'infanterie allemande. Comme plusieurs de ses camarades, il est natif d'une vallée des Vosges alsacienne et il sera opposé aux forces anglaises. Charles, qui a passé son enfance dans le Gard, est capitaine dans l'armée française. Chacun d'eux connaîtra la douloureuse expérience des champs de bataille, des aubes de fer, des pluies d'obus, de la fureur des engagements et de la fragilité de la vie.
    L'histoire romancée de leur vie, du Tonkin au Nord de la France, avec leurs pensées, leurs désirs blessés de fraternité et de partage avec tous les hommes, librement interprétée sur la base de souvenirs familiaux et d'archives, porte le témoignage d'une tragédie humaine et familiale qui n'est pas moins la conséquence revancharde de la guerre de 1870.
    Le récit poignant d'une famille alsacienne déchirée par la guerre.
    EXTRAIT
    Neuve-Chapelle, 1915
    Sous le ciel bas de ce matin glacé de février, deux formes allongées dans le lit marneux de la terre se dissimulaient derrière le parapet de la tranchée ainsi que des statuettes de glaise figées dans la rétine du temps. Elles semblaient tenir le monde au bout de leur fusil. Ne venaient-elles pas de surprendre un mouvement suspect, en face ? Une sensation pénétrante et mortifère de vulnérabilité venait les asservir, les saisissant dans sa gueule, les portant à concentrer toute leur attention sur un pauvre petit bout de terre ravagé, questionnant son relief crevé d'entonnoirs, leur trouble bondissant comme des couteaux dans la poitrine. Ces moments d'extrême tension usaient les hommes, les attachaient à la sécheresse des solitudes que pouvaient abreuver des déluges de fer, les emprisonnant dans leur attente.
    Mais tout tardait à venir, rien ne se passait, là, en face, rien ne se décidait, rien ne se redressait pour venir les frapper d'un redoutable coup de faux. Était-ce une feinte ? Alors, lentement, à force de ne rien entendre d'autre de plus ordinaire que le chant continu des tirs qui marchait sur l'horizon, on se mettait à porter devant soi le rêve fou d'espérance que les choses pourraient bien rester ainsi jusqu'à la fin de la guerre.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Denis Leypold est docteur en histoire et responsable scientifique au Musée de minéralogie de l'Université de Strasbourg. Fils et petit-fils de forestier, il se passionne pour la nature, la poésie, la photographie, l'histoire et l'architecture médiévale, ainsi que pour l'écriture à laquelle il a consacré son premier roman Johann de Salm publié en 2013, et un ouvrage d'art Églises - Kirchen, voyage photographique - eine Fotoreise en 2014, puis Le manuscrit de Wittenberg ; L'écuyer noir en 2016 ; Le chant de Livia en 2017 chez Ex Aequo. Né en Alsace en 1953, il vit près de Strasbourg.

  • Une femme en quête de vengeance et un vieil homme coupé du monde, dont la liberté s'arrête aux murs de la structure qui l'accueille.
    Une jeune femme, Julia, veut se confronter à celui qui a tué son père alors qu'elle était fillette. Elle est prête à tout pour découvrir les circonstances exactes du drame et hurler sa rancoeur à « l'assassin ». Ses armes : le mensonge et la manipulation. La rencontre de Louis et de Julia entraine chacun des protagonistes du roman dans une intrigue émouvante et riche en rebondissements. Le dessein initial de Julia risque bien de se transformer en une aventure inattendue.
    Un vieillard, Louis, s'évertue à sauvegarder son identité et sa dignité dans l'EPHAD qui l'héberge. Avec obstination, il lutte pour rester celui qu'il a toujours été : un homme fier et libre. Inlassablement, il tente de faire face au naufrage de sa vieillesse et aux douloureux renoncements qu'elle engendre. Il résiste à sa manière aux contraintes de la collectivité et à ceux qui veulent penser pour lui. Les visites de son petit-fils, son amitié avec Fanette l'aident à garder le cap. Mais ce que tous ignorent, c'est qu'il tait un lourd secret de son passé et la culpabilité qui l'accompagne.
    Quand leurs destins se croiseront, sera venu pour Julia le moment de choisir : vengeance ou pardon ?
    EXTRAIT
    11 juillet 2015, 6 heures
    Réveil brutal. La clarté s'engouffre dans la chambre et sur mon corps déjà en sueur. J'aurais dû dormir la fenêtre ouverte, mais le sommeil m'a emporté très vite, hier soir. Coup d'oeil sur le réveil : six heures. C'est tôt, mais mes pieds m'entraînent déjà jusqu'à la fenêtre. Je l'ouvre afin de faire entrer la fraîcheur toute relative. Face à moi, le micocoulier semble m'inviter à venir farnienter sous son abri de verdure et me prédit des moments doucereux à l'ombre de ses grands bras. La promesse d'un cadre de vie tranquille et charmant annoncée par l'agence de location avec laquelle j'ai traité n'était pas un mensonge publicitaire.
    Je suis fébrile, l'heure de la rencontre approche. Dans deux heures, je serai face à Louis. Avant de m'endormir hier soir, je me suis répété mille fois la manière dont j'établirai ce premier contact. J'ai mon script bien en tête et les premières paroles que je prononcerai seront celles-ci : « Bonjour, Monsieur Héraut, je m'appelle Floriane Vivier. Je recherche une personne dans la maison de retraite qui accepterait que je lui rende visite de temps en temps. Cela lui permettrait peut-être de rompre sa solitude et puis moi, je viens de m'installer dans la région et je ne connais personne, alors, cela me ferait plaisir. »
    Je ne donnerai pas ma véritable identité, car il pourrait faire le lien avec le nom de mes parents. Qui me dit qu'il n'a pas été autrefois au courant de mon prénom ? Qui me dit qu'il ne m'a pas au moins rencontrée une seule fois ? J'ai aussi écrit ses réparties... le problème, c'est que lui, il ne les a pas apprises. Alors bien sûr, si dans mon imagination j'ai écrit le scénario idéal, je sais que tout peut foirer. Cela serait inconcevable pour moi qui me prépare depuis tant de temps, moi qui ai tout quitté pour venir ici. Mentir sur mon identité me dérange-t-il ? Oui, un peu... mais je n'ai pas le choix.
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Dominique Dejob vit dans un village forézien proche de Saint-Etienne. D'abord enseignante, elle exerce ensuite le métier d'éducatrice spécialisée. Au moyen de sa plume, elle veut lutter contre ses préjugés, l'intolérance et les discriminations. Les petits vieux dans l'arbre est son premier roman.

  • Nivôse ; an X

    Olivier Chartier

    Une quête ayant pour but de comprendre les raisons de la disparition de Pierre François, un soldat vétéran de la Révolution, dans la forêt de Moselle.
    «?Il gèle à pierre fendre. À mesure que la nuit approche, s'empare de la forêt, enveloppe arbres et bêtes, elle vient à lui. À l'aveugle, il poursuit, sans fil. La fine pellicule de gel craquelle sous ses talons, frappant pierre et terre.?» Nivôse - An X : quel est le secret de la disparition de Pierre François sur les sentes enneigées de cette forêt de Moselle ? À partir d'archives exhumées, le lecteur plongera dans un univers trouble : rumeurs et batailles des guerres révolutionnaires où s'exaltent la fureur des sabres et la folie humaine, errances dans des provinces inhospitalières. Pas de hauts faits, mais des pans de la grande Histoire, des fragments de vie d'un jeune homme luttant pour s'émanciper d'un destin trop tracé, d'acolytes ambigus et d'un loup. Autant de tableaux déclinant les songes de Pierre... Mais ce lointain aïeul, n'est pas un seul «?héros?» de cette bio-fiction historique; il est aussi une énigme à résoudre : aux interrogations de l'officier de police judiciaire devront se joindre les hypothèses du lecteur pour recomposer cette histoire vraie.
    Découvrez cette bio-fiction historique et plongez-vous dans les aventures passionnantes de Pierre François !

  • Peste sur la ville

    Mary Play-Parlange

    • Ex-æquo
    • 30 January 2017

    Un fléau des temps anciens s'invite au XXIe siècle...
    Un fléau surgi des temps anciens peut-il de nos jours faire trembler la population d'une grande cité ? Une prophétie de Nostradamus va bouleverser la vie de deux flics bien ancrés dans le XXIe siècle... « L'animal titube comme ivre, pousse de légers cris plaintifs, laisse derrière lui des gouttes de sang qui s'écoulent de son museau pointu. Il s'arrête soudain les moustaches frémissantes, se dresse sur ses pattes de derrière, se raidit. Il perd l'équilibre et d'un coup s'affale aux pieds de Diego. » L'agent d'Interpol Melinda Fields et le commissaire Diego Martelly sont embarqués dans le même bateau...
    Suivez pas à pas les investigations de l'agent d'Interpol Melinda Fields et du commissaire Diego Martelly, dont les existences se voient bouleversées par une prophétie de Nostradamus.
    EXTRAIT
    À quarante ans, Keith Baldelli n'appartient plus aujourd'hui à la communauté des vivants. Il se terre solitaire à l'écart du monde.
    Depuis dix longues années.
    Depuis qu'un corset de fer enserre son torse.
    Depuis qu'il se déplace en fauteuil roulant.
    Depuis qu'il est infirme.
    Difficile de pardonner au destin un coup du sort injuste et si cruel !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Une rencontre sur les bancs du collège, des retrouvailles bien des années plus tard... quand deux femmes font une auteure. Mary Play-Parlange distille dans son sixième polar l'angoisse et l'effroi qui transforment la vie de tous les jours en enfer.

  • Un corbeau sur la toile

    Anne Basc

    Un corbeau pollue l'enquête de Manos Xanthakis.
    Tournant le dos aux obsessions assassines des tueurs en série, le roman Un corbeau sur la toile privilégie le suspense psychologique et le mystère, avec une innovation : le lecteur est pris à partie et invité à s'exprimer sur l'enquête qu'il découvre sur la toile du web....
    Des années après le procès de Kopanas, le policier Manos Xanthakis crée un site internet destiné à recueillir sur la toile du web de quoi faire réviser un procès bâclé, d'après lui. Hélas, un corbeau qui signe « Hannibal le cannibale » va polluer l'enquête...
    Allers et retours entre Strasbourg, la Crète, Mycènes, Kopanas... Seule certitude : un crime se préparait. Mais qui en était le véritable auteur ? Le meurtrier va-t-il récidiver ? Les courriers se contredisent sur le web, les fils de la toile s'entremêlent... Comment sortir du labyrinthe ?.... 
    Plongez dans les investigations de Xanthakis, bien décidé à faire réviser le procès bâclé de Kopanas malgré les menaces de « Hannibal le cannibale »
    EXTRAIT
    Quand elle est entrée, ma première réaction a été de jurer tout bas. Pourtant, elle n'avait pas l'air d'une femme à embrouilles. Une toute jeune femme. Toute frêle. Elle tombait mal, c'est tout.
    Elle hésitait au seuil du bureau, je lui ai dit d'entrer d'un ton rogue. Elle a fait un pas, s'est arrêtée, je l'ai apostrophée assez grossièrement. Encore une fois, c'était un jour où je ne supportais rien. Peut-être aussi que j'ai senti que cette femme n'allait m'apporter que des ennuis. Une intuition, en somme, comme j'en ai parfois, assez rarement, il faut bien l'avouer...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Originaire de Nice, Anne Basc a enseigné le grec ancien et mêle à ses histoires des souvenirs vivaces de la mythologie revue à la sauce informatique... Elle signe là son 5ème roman policier, où elle se plaît à mêler le suspense et l'atmosphère sombre des romans noirs américains, transposée dans la métropole alsacienne, la Crète et la Grèce où naquit la tragédie antique. Tout un programme...

  • Plongée dans l'univers du rock des seventies.
    Décembre 2007, Paris : Jean-Louis Souhanse, ancien musicien d'un groupe de rock " Les crapauds de lune ", soupçonne un médicament fabriqué par Edoxyl Pharma - EP-0699 - d'avoir rendu amnésique son demi-frère, Pierre Poinsignon. Dans une soirée à laquelle participe un ministre actionnaire du laboratoire, il menace de transmettre à la presse un dossier sur le sujet. Poursuivi par les gardes du corps de l'homme politique, il disparaît. Quelques mois plus tard, Tonino Di Nalli, l'ancien batteur du groupe, se retrouve mêlé involontairement aux conséquences de l'amnésie de Pierre Poinsignon et de la disparition du demi-frère de ce dernier. Il va mener l'enquête, aidé par deux personnages aussi inattendus que sympathiques.
    Les amateurs de rock se régaleront de cette plongée dans l'univers des seventies où tous les ingrédients d'un excellent polar sont réunis : l'intrigue, la poursuite de la vérité, les dessous peu reluisants des cartes du jeu de l'argent, du pouvoir et de la mort... Pour son premier roman policier à quatre mains le duo Monique Debruxelles / Denis Soubieux s'impose comme une mauvaise habitude qu'on aura plaisir à entretenir...
    Suivez les investigations de Tonino Di Nalli, batteur de rock, bien décidé à comprendre la disparition de son ami Pierre et l'amnésie du demi-frère de celui-ci.
    EXTRAIT
    Il réfléchit à la façon dont il allait s'y prendre. Tout d'abord, il se rendrait au domicile de Pierre, dans l'espoir d'y trouver un indice qui le mettrait sur la voie. Sans les clés de la maison, ce ne serait guère facile d'entrer, mais il devait tout de même essayer. Et, à l'intérieur, il aviserait. Une seule fois dans sa vie, il avait pénétré chez quelqu'un sans permission. Il était encore adolescent. C'était une baraque délabrée, presque à l'abandon, à l'orée d'une forêt. Avec l'aide d'un ami, il n'avait eu aucun mal à défoncer la porte. Ils n'avaient pas de mauvaises intentions, ils voulaient simplement s'amuser et ne pensaient pas commettre un délit. Ils croyaient la maisonnette vide, mais un vieil homme était assis dans un fauteuil, près d'un vieux poêle éteint, une couverture sur les genoux. Les yeux fous de terreur, il les regardait, sans même oser crier. Ils avaient eu encore plus peur que lui et s'étaient enfuis, bafouillant des excuses bien insuffisantes. Tonino s'était senti pendant très longtemps écrasé de remords.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Monique Debruxelles travaille dans le secteur sanitaire et social. Elle est l'auteur de cinq livres, parmi lesquels un roman policier, Enquête sur un crapaud de lune, écrit à quatre mains avec Denis Soubieux.
    Né près de Pithiviers, Denis Soubieux habite à Tours. Il a publié des poèmes au siècle dernier en revues et en recueil (Le Silence entre les Dents, CEP Orléans 1981) puis des nouvelles fantastiques, policières ou SF en revues (L'Encrier Renversé, Florilège, nousvelles.com...), journaux (Le Nouveau Ligérien...) ou recueils collectifs (Editions L'Harmattan, Editions Cameras Animales...).
    Il est l'auteur, en collaboration avec Monique Debruxelles, d'un polar, Enquête sur un Crapaud de Lune, publié en 2011 aux Editions Ex Aequo (collection Rouge).

  • Aphrodite Pandora, psychologue clinicienne, ne craint pas de se mettre en danger pour ses patients.
    La fascinante Aphrodite Pandora ne craint pas le danger. Sinon cette psychologue clinicienne ne se serait jamais spécialisée dans le traitement des auteurs de violences conjugales. Quand ses patients disparaissent dans des circonstances suspectes, elle s'inquiète... Le commissaire Wolf, un ancien soldat au passé trouble, est bien de cet avis... Avec une subtile association de gravité et d'humour, l'auteur nous plonge dans une enquête haletante entre l'Europe et le Canada, à la recherche de réponses qui prennent des accents de guérison. En explorant la psyché de personnages torturés, il nous fait découvrir des thérapies qui n'empruntent pas toujours des chemins policés, ceux enseignés dans les universités. Mais... aurez-vous l'audace de vous engager sur ces chemins de traverse ?
    Plongez dans une enquête haletante entre l'Europe et le Canada, et découvez une psychologue à la recherche de réponses qui prennent des accents de guérison.
    EXTRAIT
    Quand elle fut seule, Aphrodite Pandora chercha aussitôt à joindre une des assistantes sociales de l'hôpital. C'était la règle. En dehors de sa hiérarchie, seuls les travailleurs sociaux étaient habilités à rompre le secret professionnel de l'entretien psychologique. Eux seuls pouvaient engager une enquête de maltraitance. Eux seuls déclenchaient les mesures concrètes de protection pour les victimes. Elle édita le fichier des numéros d'urgence sur son imprimante. Une chance ! Elle venait juste de mettre la liste à jour, la veille au soir. Elle avait passé la soirée seule, Paul était de service, et les enfants dormaient chez des amis. Entre se poser devant le feuilleton du vendredi soir, et s'avancer dans son travail, le choix avait été facile. Elle composa un numéro. Tapotements impatients sur le bureau. Ses appels sonnèrent dans le vide. Tous les intervenants étaient sur le terrain, et ils n'étaient pas équipés de portable. Restriction budgétaire oblige... Dans le secret de son bureau, elle pesta contre le carcan des procédures administratives, lourdes, inadaptées aux urgences. Cette attente forcée la contraignait au calme, à l'analyse du mot clé, urgence. En était-ce vraiment une ?
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Premier roman de cet auteur... On ne dirait pas tant il est maîtrisé. Un thriller. Une plongée dans le monde de la psychologie et de la psychiatrie criminelle. - Blackkat, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-François Thiery réside en France, dans le pays de Montbéliard. Il commence à écrire en 2009, et ses premières participations à des concours littéraires sont couronnées de succès. Après la publication de recueils de nouvelles, il plonge dans l'univers sombre des thrillers. Thérapie en sourdine est son premier roman.

  • Le cadavre mutilé d'une jeune femme est retrouvé dans un terrain vague.
    Paris, 5ème arrondissement. Une jeune femme est retrouvée atrocement mutilée dans un terrain vague le long de l'autoroute. Les sévices qui lui ont été infligés n'augurent rien de bon quant à la folie des meurtriers. Pour Camille, dont la vie privée va se retrouver intimement liée à cette affaire, et Mathias, enquêteurs au 36, Quai des Orfèvres, c'est le début d'une course effrénée contre la mort qui va éprouver toutes leurs convictions. Tour à tour chasseurs ou gibiers, les deux officiers accompagnés de Sophie, leur amie médecin légiste, vont vivre une traque infernale et bouleversante.
    Découvrez l'enquête de Camille, Mathias et Sophie, et vivez à leurs côtés cette traque infernale et bouleversante.
    EXTRAIT
    C'était un Zippo, de couleur argent, orné d'une gravure noire représentant une salamandre entourée à gauche et à droite du chiffre 1. Ce dessin était l'exacte réplique du tatouage sur son épaule droite. Après une fouille méticuleuse de l'habitacle, il dut se faire à l'idée qu'il n'était pas là et, persuadé de l'avoir utilisé dans la soirée, il savait qu'il ne serait pas chez lui. Une vieille pochette d'allumettes qui traînait lui permit néanmoins d'allumer sa cigarette. Il inspira profondément la première bouffée jusqu'à emplir ses poumons tout en s'adossant sur son siège, les yeux fermés. Il adorait la sensation provoquée par la première cigarette de la journée. S'il devait un jour, arrêter de fumer, ne pas allumer cette cigarette serait un grand défi.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Philippe Boizart est né en février 1973. Il est Ingénieur Territorial en voirie et espaces publics au sein de Lille Métropole Communauté Urbaine. Passionné de littérature et de poésie voici son premier thriller. Il partage son affection pour les livres avec celle qu'il cultive pour le 7ème Art depuis l'enfance.

  • L'ombre de la chimère

    Benoît Herbet

    • Ex-æquo
    • 20 February 2017

    Parfois, les chimères se cachent, tapies dans l'ombre, telles des mauvais rêves.
    Nathalie est une jolie quadragénaire strasbourgeoise, qui vit une existence insouciante et futile. Surtout futile : ses amitiés sont immatures, sa profession, superficielle, et ses amours, pour le moins éphémères. Lorsque le destin dépose un cadavre sur sa route, Nathalie se persuade qu'il s'agit d'un assassinat et y voit l'occasion de donner un peu de piment à son existence. Elle se lance alors à la poursuite d'une chimère. Mais parfois, les chimères se cachent, tapies dans l'ombre, telles des mauvais rêves. Elles n'en demeurent pas moins bien réelles...
    Découvrez le parcours de Nathalie, une jolie quadra à l'existent insouciante et futile, dont le destin va basculer lorsqu'elle croise la route d'un cadavre.
    EXTRAIT
    Elle rentra chez elle. Ferma. Et verrouilla la porte. Elle déchaussa ses escarpins, qu'elle jeta par terre. Elle se rendit compte à ce moment combien ses chevilles étaient douloureuses. Elle se rendit compte également qu'elle n'avait pas sommeil.
    Elle fit chauffer de l'eau dans sa bouilloire. Elle avait envie d'une tisane. Dans son salon, elle alluma son ordinateur. Elle voulait lire ses mails.
    Ses parents lui avaient écrit. Sa copine Sylvie également. Plus un dragueur insipide. Elle entendit l'eau siffler dans la bouilloire. Elle retourna à la cuisine.
    Le choc sur sa tête fut brutal. Imprévisible. Elle tenta de résister, mais ses jambes vacillèrent et l'entrainèrent corps et âme dans leur chute.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Benoit Herbet est installé à Strasbourg depuis 1998. Il a deux passions : la littérature policière et le cinéma horrifique italien des années 70 : le giallo ! Avec ce premier roman, il a voulu rendre hommage au genre, et à ses principaux artisans : Mario Bava et Dario Argento.

  • Enfermé dans son propre corps, il s'évade via l'esprit d'un pigeon.
    Cédric est totalement paralysé et muet à la suite d'un grave accident. Emprisonné avec ses souvenirs et ses regrets au fond de son lit, il n'a d'autre occupation que de regarder les pigeons par la fenêtre de sa chambre. Jusqu'au jour où il se retrouve propulsé dans la tête de l'un d'entre eux. Ivre de liberté, il vole avec lui ... et assiste à un meurtre dont il est le seul témoin. Comment faire pour dénoncer le meurtrier dans ce nouveau corps emplumé ? D'autant plus qu'il a désormais un oeuf à couver !
    Découvrez l'histoire de Cédric qui, muet et paralysé, est témoin d'un meurtre...
    EXTRAIT
    Il a presque oublié l'horreur du meurtre, le regard affolé juste avant de tomber dans le canal, la tête repoussée sous l'eau, accélérant l'asphyxie. Aucun regret ne le torture, à croire que les remords ne flottent pas et qu'ils ont, eux aussi, coulé à pic. Pire, il est fier et c'est la première fois qu'il ressent un tel orgueil. Gonflé par son arrogance, il a voulu que les promeneurs au bord de l'eau admirent son trophée et il a bricolé un leurre. Tous le voient, mais qui oserait imaginer qu'il cache un cadavre?? Il doit juste remédier à ces deux phalanges encore visibles qui dépassent du morceau de tuyau.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    J'ai adoré ce roman dans le plus pur style fantastique [...]. Bien écrit, je suis entrée tout de suite dans le récit, passant du point de vue d'un personnage à un autre. [...] Très bien documenté, ce roman sous l'apparence d'un polar sans prétention, aborde le thème de la dignité dans la fin de vie sans pathos mais avec humanité. Il soulève des questions auxquelles il est bien difficile de répondre même avec l'aide de la loi... - Vhebersuff, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Thierry Dufrenne est né dans les Ardennes, il a suivi un cursus paramédical à Reims où il vit. Il travaille dans la santé depuis plus de trente ans et connaît bien ce milieu.
    Mêlant l'étrange à de savantes intrigues policières, cet auteur ne délaisse jamais l'environnement médical, qui est toujours pour lui source d'inspiration.
    Dans ce cinquième roman, Thierry Dufrenne explore la psychologie de ses personnages avec notamment le droit de chacun à disposer de sa vie et de lui-même.

  • Le coût de la haine

    Alain Marty

    • Ex-æquo
    • 2 November 2017

    Qui aurait pu imaginer qu'une personne puisse s'en prendre à la petite Fanny, avec son handicap mental, dans ce village si tranquille ?
    L'enquête va se montrer complexe, certaines coïncidences sont-elles vraiment le fruit du hasard ?
    Le capitaine de gendarmerie Rémy Noisier devra pourtant trouver celui qui a commis ce forfait.
    Pour cela il sera aidé de son adjoint Arnaud, et de Maud, dernière arrivée à la Brigade et qui a un tendre penchant pour lui. Mais il y a aussi Audrey, son premier amour qu'il va retrouver sur son chemin...
    Une intrigue passionnante qui prend pour décor la presqu'île d'Arvert !
    EXTRAIT
    - Une jeune fille vient d'être admise à l'hôpital Malakoff, il y a une suspicion de viol.
    - Une suspicion ?
    - Oui, la mère est paniquée et la jeune fille...
    - Oui ? La jeune fille ?
    - Elle est handicapée... déficiente mentale, à ce que l'on m'a dit.
    Le capitaine se lève, enfile sa veste et la boutonne calmement.
    - Où cela se serait-il passé ?
    - À Arvert, voici les coordonnées... mais pour l'instant elle est aux urgences.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alain Marty est informaticien à la retraite. Après avoir écrit de nombreuses nouvelles et ensuite un roman d'aventure exotique, il vous propose un roman policier qui se passe dans la région où il vit : la presqu'île d'Arvert.

  • Les locataires

    Damien Coudier

    • Ex-æquo
    • 31 January 2018

    Dans la quête folle de sa femme disparue, Paul explore son immeuble et croise des locataires plus étranges les uns que les autres...
    Heather et Paul viennent d'emménager dans un vieil immeuble, alors qu'ils passent leur première nuit dans leur nouvel appartement, Paul se réveille et réalise que sa femme a disparu. Inexplicablement confiné dans cet édifice, il entreprend une quête folle afin de retrouver sa moitié, croisant dans un cauchemar résidentiel des locataires de plus en plus étranges et inquiétants !
    Cett oeuvre dépeint un univers anxiogène, étrange, aux accents lynchiens et dont les touches insolites sont autant de clins d'oeil à Lewis Carroll qu'à Edgar Allan Poe.
    Un huis-clos cauchemardesque et singulier.
    EXTRAIT
    Au sommet des marches s'élevait l'écrasante bâtisse, intemporelle, presque glaciale. Sa façade, construite en pierre de taille, s'habillait par étages, de frises complexes et inquiétantes. Les balcons bâillaient sous les encadrements des fenêtres dont les arches pointaient sur les passants des regards solennels. Un sourire vint ébranler cette ombre de granit.
    - Nous serons bien ici !
    Elle lâcha cette phrase en soufflant et posa une boîte en carton sur le sol. Sitôt après, elle referma la porte de l'appartement derrière elle. Avec la fatigue, son visage prenait une moue boudeuse, ce qui concédait une imperfection rassurante à sa beauté. Car en toute chose, la perfection est une vanité lourde à porter. Quelques gouttes de sueur vinrent rouler en bas de son cou, aiguisant à merveille sa sensualité ingénue. En bon nombre de circonstances, Heather semblait incapable de laideur.
    - C'était le dernier ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jeune auteur Lyonnais, passionné par le fantastique et ardent défenseur du genre. Damien Coudier considère avant tout le fantastique comme un exercice borderline et polysémique, refuge des doutes et révélateur de soi.

  • Enquête en milieu hospitalier
    Quelques mots de Cathy suffirent au lieutenant Loufti pour entrevoir une similitude entre ses enquêtes en cours et celle de son ancienne collègue.
    Si ce n'était pas le fruit du hasard, alors qui avait tissé ces liens entre un crime en Corse, deux morts suspectes et un banal vol dans une cave ?
    Plongez dans le dernier volet de cette saga de thrillers fantastiques, après Le labyrinthe de Darwin et La Némésis de Darwin !
    EXTRAIT
    Lisa fut coupée par une sonnerie. Sur le tableau derrière elle, un voyant clignotait. Christiane sursauta et gémit :
    - C'est encore lui qui appelle, moi je n'y vais plus, avec ce que Maryse vient d'insinuer !
    Lisa se leva spontanément en souriant.
    - Même pas peur ! Elle était bien vivante cette fille. Je pourrais la reconnaître.
    L'aide-soignante s'éloigna dans le couloir encombré de chariots et de pics à perfusions.
    Maryse grimaça, l'aide-soignante partit rassurer le patient.
    - Personne ne rentre en réa sans autorisation. Quelqu'un aurait accepté une visite hier de bonne heure chambre onze ? Non ? Pas besoin de lobotomie, il lui manque déjà un bout de matière grise à celle-là, jugea-t-elle méchamment.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Thierry Dufrenne est né dans les Ardennes, il vit à Reims et travaille dans la Santé. Le monde médical qui l'inspire est toujours très présent dans ces romans. Le pentacle de Némésis vient clore une trilogie commencée avec le labyrinthe de Darwin puis la Némésis de Darwin.

  • La demeure de la vieille Hortensia semble la proie de forces occultes...
    Isolée au fin fond de la vallée de Munster, la demeure de la vieille Hortensia semble la proie de forces occultes. Une défunte se redresse sur son lit mortuaire, des objets s'autodétruisent, un insaisissable fantôme livre des bouquets en pleine nuit et, le jour, se téléporte d'un coin à l'autre du cimetière... Pire : à peine son forfait commis, un assassin se volatilise d'une chambre hermétiquement close. Si le petit-neveu d'Hortensia élucidera chacun de ces mystères, sa confrontation avec la maison ravivera des souvenirs refoulés. On peut expliquer l'impossible ; peut-on vaincre ses plus sombres démons ?
    Découvrez un polar haletant où se mêlent mystère, effroi et investigations.
    /> EXTRAIT
    Quand j'ai reçu l'info, j'ai d'abord pensé que l'interpellation était en lien avec le meurtre de Victor. Apparemment non. L'homicide n'a, d'après Dylan, même pas été évoqué. Je l'observe pour la première fois dans des circonstances normales, sans relever de grande différence avec la nuit du 13 juin. Ses dehors un peu sauvages peinent à compenser une personnalité somme toute faible, redoutant les aspérités de la vie. Lorsqu'il parle, ses yeux envoient du vague, sa voix rend un son étouffé, comme si un rideau de gaze en effaçait le timbre. L'affaire ne le préoccupe pas ; elle est déjà trop lointaine pour qu'il se sente encore concerné. Ce qui le travaille, c'est sa récente rupture avec Juliette. Il me dépeint rapidement son parcours. Un CAP serrurier métallier raté pour un dixième, un apprentissage en boulangerie vite abandonné, enfin un emploi de plongeur à temps partiel et, je le devine, quelques petits trafics pour hydrater le portefeuille. Pourtant cette morosité reculait, craintive, éblouie par le rayonnement de sa belle. Mais il ne faut pas se fier à ce visage d'ange, me prévient-il ; on falsifie aisément les certificats de bonne conduite. À l'entendre, Juliette entrepose plusieurs chevaliers servants dans sa penderie, parmi lesquels des hommes mariés.
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Après des études de philosophie, Pierre-Yves Wurth a travaillé dans la formation et l'insertion. Vivant près de Mulhouse, il enseigne aujourd'hui le français et l'histoire-géographie à Colmar. Cent mètres avant la nuit est son deuxième roman.

  • Le client au noir

    Antoine Dynt

    • Ex-æquo
    • 21 December 2018

    Un étrange rendez-vous dans un parking sous-terrain, un jeune patron veuf depuis peu, une mort non naturelle... Il n'en faut pas davantage pour qu'Anne-So se lance dans une nouvelle enquête !
    Le client a fixé le rendez-vous en pleine nuit, au deuxième sous-sol d'un parking de banlieue bourgeoise, pistolet en poche et certain de ne pas être dérangé. Petit patron prospère, veuf depuis quelques jours, il avait fondé sa boîte avec sa femme comme associée. Mais quand elle a voulu divorcer, il ne l'a pas supporté.
    Anne-So n'a pas hésité à venir. Récemment reconvertie en détective, elle sait pourtant que la mort de l'épouse rebelle n'est pas un accident. Mais le rassurant profil BCBG de l'enquêtrice dissimule un parcours plus sinueux, et elle a accepté tous les risques : couvrir le client meurtrier, effacer les traces, travailler clandestinement. Et, forcément, être payée au noir.
    Pourquoi s'inquiéter ? Entre gens du même monde, tout devrait bien se passer ? De toute façon, elle n'a pas tellement le choix.
    C'est elle qui raconte le dangereux face-à-face, avec une surprenante tendance à divaguer de digression en digression...
    Plongez-vous sans plus attendre dans cette nouvelle palpitante aux côtez d'Anne-So sur les traces d'une curieuse mort. Immersion dans un monde BCBG où les apparences sont parfois trompeuses !
    EXTRAIT
    C'est à ce moment-là où j'ai compris que j'aurais beau être aussi polie que possible avec ce connard, m'échiner à être d'accord avec lui sur sa sale gouine d'épouse, être d'accord avec lui sur les sales gouines en général, être d'accord avec lui sur l'indissolubilité des liens du mariage, sur les règles d'éducation des enfants et être d'accord avec lui sur le respect de la vie privée des gens bien... quoi que je dise et quoi que je fasse, je me retrouverais quand même du mauvais côté.
    Du côté des femmes battues qui l'ont bien cherché. Du côté des gouines qui feraient mieux de ne pas trop la ramener. Du côté de la crémerie dont on peut changer au premier lait caillé. De la bonniche à qui on paie son avortement et un petit bonus pour qu'elle disparaisse. De la connasse de chef de pub prétentieuse qui croit qu'elle peut refuser de se faire piquer son taf par le nouveau boss. Des ouvriers anonymes qu'on optimise en les remplaçant par des Bangladais. Des soi-disant réfugiés politiques qu'on laisse crever en mer parce que ça serait vraiment trop chiant de les voir crever de faim chez nous... Et, pour en revenir à l'affaire, du côté des deux fuyardes qu'il a laissées griller vives, coincées dans leur bagnole. Et surtout, du côté des potentiels maîtres chanteurs, qu'il faut bien faire taire préventivement.
    J'étais sa variable d'ajustement. Quelqu'un qui ne compte pas.
    Tout ça, bien sûr, je savais que ça existait. On m'a appris que, hélas, c'est comme ça que le monde marche, que ça a toujours été comme ça et qu'on ne peut rien y faire. Mais que, bon, en fait, ce n'est pas si grave, dans la mesure où, heureusement, les gens comme moi ne sont pas concernés. Les gens bien. Les gens qui comptent.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Antoine Dynt adore les activités techniques pointues aux intitulés obscurs. Il a été ou est toujours secrétaire de rédaction, documentaliste militaire, étudiant attardé, formateur bureautique, chargé d'études, cofondateur d'un site web de théorie rôlistique, tuteur universitaire, et finalement consultant en informatique décisionnelle. Quand tout ça se bouscule un peu trop dans sa tête, il invente des personnages tordus aux histoires noires et burlesques.

  • L'archer du marais

    Alain Marty

    • Ex-æquo
    • 26 February 2019

    Une série de meurtres sur la presqu'Île d'Arvert lance le capitaine Rémy Noisier sur une nouvelle enquête, aidé par ses adjoints Maud et Arnaud.
    Un meurtre entre deux claires dans le marais ostréicole de la presqu'île d'Arvert, cela ne s'était jamais vu?! Le capitaine de gendarmerie Rémy Noisier de La Tremblade devra résoudre cette énigme avec l'aide de ses adjoints, la gentille Maud et Arnaud.
    Ce meurtre sera rapidement suivi d'un autre : un marin pêcheur se faisant épingler comme un papillon par une flèche contre la cabine de son bateau. La série est-elle vraiment terminée??
    Qui est cette romancière qui vient s'asseoir chez Paulo au bistrot du port ? Vient-elle seulement se documenter sur la vie locale pour écrire son roman d'amour ? Maud va essayer de le savoir pour aider son Capitaine à résoudre l'affaire.
    Et quelle est cette mystérieuse confrérie de chasseurs?? Chassent-ils seulement les animaux en voie de disparition ? Quel est le lien avec cette jeune fille assassinée près d'une tonne pour la chasse au canard l'an passé??
    Qui est cet archer qui tue les chasseurs un par un ? Un défenseur des animaux ? Maud ne risque-t-elle pas de s'engager trop loin... au péril de sa vie... devenant une proie à son tour !
    Laissez-vous surprendre par cette nouvelle enquête en Charente-Maritime aux côtés de la brigade de La Tremblade, qui ne recule devant rien pour faire éclater la vérité !
    EXTRAIT
    Que fait cet homme, sur un chemin qui ne mène nulle part, en habit de camouflage, la capuche relevée, un étrange objet à la main ?
    Les insectes nocturnes, un instant dérangés, reprennent leurs stridulations avec hésitation, avec des arrêts, pour s'assurer que nul prédateur ne s'approche d'eux.
    Et celui-là ? Qui fut debout il y a peu de temps et qui est maintenant allongé sur le sol, tête nue, en pantalon et chemise, comme s'il sortait d'un rendez-vous mondain... que fait-il ainsi ?
    Il n'est pas encore mort, sa main posée sur une petite fleur du marais est agitée de mouvements spasmodiques. Dans le ciel, leur luminosité éclipsée par l'éclat d'une lune rousse, les étoiles se voilent la face ; depuis que le monde existe, elles ont choisi de ne rien entendre et si, par inadvertance, elles parvenaient à voir quelque chose, elles préféreraient ne rien dire, ce ne serait pas leur affaire.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alain Marty récidive dans le roman policier. À la retraite depuis 2004, il troque les algorithmes de ses programmes informatiques contre les méandres bien plus complexes du cerveau des hommes. Pourquoi un homme est-il amené à tuer ? Pire ! À commettre des horreurs ? Certains sont-ils pardonnables ?

  • Au clair de la dune

    Rémy Lasource

    Les vieux démons d'Arnaud, un ex-flic désormais serveur à Biscarrosse, remontent soudainement à la surface lorsque celui-ci boit un punch contenant de la drogue à une soirée.
    Arnaud, ex-flic reconverti en serveur, vit à Biscarrosse avec Claire à qui il a promis d'abandonner ses habitudes de Shérif. Lors d'une fête il boit un punch qui contient de la Flakka, la drogue du Zombie. Celle-ci le confronte à ses vieux démons et provoque un AVC à l'une de ses amies. Hanté par des évènements jusque-là refoulés Arnaud se découvre fragilisé par son passé. Il fait appel à ses amis policiers pour retrouver le dealer dont la rumeur dit qu'il est intouchable, parce que protégé par un service de police.
    Arnaud aura à mener une enquête musclée, croisant sur sa route une violence qu'il espérait ne plus retrouver, au risque de se perdre.
    3e opus de la série des thrillers océaniques sur Biscarrosse, Au clair de la dune peut se lire indépendamment des autres.
    Suivez les péripéties d'Arnaud, fragilisé par son passé et englué dans une sombre enquête malgré lui, dans ce troisième tome de la saga de thrillers océaniques sur Biscarrosse !
    EXTRAIT
    Au bout d'un moment, je sens quelque chose dénouer chacun de mes nerfs, comme si les chaînes qui tenaient mon corps s'étaient rompues. Et je me découvre presque désarticulé. J'ai de plus en plus chaud, et puis je me sens devenir lent. Ça y est, je suis encore saoul. Claire va me reprocher mes habitudes d'ex-flic toujours alcoolo. Mais ce punch est une tuerie. Cannelle, noix de muscade, vanille, et je ne sais quoi d'inhabituel et de singulier. Ouah, j'ai de plus en plus chaud. Je deviens soudain amorphe. Je cherche du regard le couple d'apprenties sociologues, et je remarque qu'elles sont dans un état pire que le mien. Raides défoncées. Ouah là, le sol tangue, pourtant je n'ai pas la nausée comme d'habitude. Et puis j'ai anormalement chaud. Je me mets à suer abondamment, j'ai dû choper un virus, une saloperie, un coup de froid. Je touche mon front, merde, je crois bien avoir de la fièvre. Je m'assois sur le trottoir pour contrôler mes premiers vertiges et observer Lucie et Béatrice. Leur grande bouteille de punch est presque vide, elles ne m'ont pas attendu, j'ai quand même un petit goût de regret. Elles ont l'air encore plus ivres que moi. Au-dessus, les lampions brillent intensément puis reviennent à une luminosité normale. Cindy se marre avec Claire et je réalise que je ne comprends rien à ce qui se passe autour de moi. À côté, les touristes s'amusent et j'essaie de regarder Lucie et Béa entre les jambes des gens qui dansent, tournent, et rient sous les lampions de la nuit parfumée. Une grosse langue râpeuse vient me nettoyer le front de toute ma sueur. C'est le bouvier bernois de Cindy qui a vu que je n'allais pas fort, merci, mon vieux. Sa gueule pleine de poils me tient chaud quand même, surtout qu'il monte la garde près de moi, comme un infirmier canin. Une secousse glacée me traverse.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après avoir fait des études de droit, Rémy Lasource est devenu fonctionnaire. Il a travaillé quelques années en banlieue nord de Paris au contact des policiers et des magistrats, et vit aujourd'hui en limousin. Édité chez Ex Aequo pour ce douzième ouvrage, il est jury du prix Zadig de la nouvelle policière.

  • Babylove

    Mireille Maquoi

    • Ex-æquo
    • 30 October 2019

    Ailette et Jim ont l'envie grandissante d'avoir un enfant, mais suite aux échecs répétés, le couple envisage une dernière solution...
    Dix ans se sont écoulés depuis qu'Ailette a épousé Jim, le fils aîné d'une famille d'agriculteurs installée dans la région de Philippeville, en Belgique.Tous deux connaîtraient la sérénité d'un mariage heureux sans la menace de l'infertilité qui plane sur leur couple. Au fil du temps, ils ont appris à s'en accommoder jusqu'au jour où Alain, un ami médecin, leur parle avec enthousiasme et compétence d'une solution dont ils n'ont jamais voulu ; la gestation pour autrui. Malgré leurs craintes et leurs réticences, Ailette et Jim sont séduits : dans l'hôpital où travaille Alain, la GPA se pratique sous surveillance médicale, dans des conditions très strictes et, surtout, en dehors de toute optique commerciale. Mais pour tenter l'expérience, il faut trouver une gestatrice. C'est Valentine, l'épouse d'Alain et l'amie d'enfance du couple, qui se propose.
    Et l'étrange aventure commence, celle d'une grossesse atypique exposée aux jugements hâtifs et aux mesquineries, que chacun des quatre acteurs vit et raconte à sa manière, en se demandant comment elle va finir...
    Ce roman dépassionné explore les témoignages, les sentiments, les hauts et les bas vécus par des amis vivant une maternité partagée, amenant des nouvelles réflexions essentielles dans la société actuelle.
    EXTRAIT
    Quand je l'ai observé, le soir du réveillon, en train de cajoler le bébé de Lili, j'ai eu envie de le rendre heureux. Et sa femme aussi, par la même occasion. Dès qu'il a été question de la gestation pour autrui, l'idée de porter leur enfant s'est imposée à moi. Instantanée, brutale, choquante presque. Pourquoi moi, pourquoi pas Lili ou Laura ?
    J'ai pris cette idée pour une lubie, mais elle ne m'a pas lâchée. Le lendemain, j'en ai parlé à Alain. J'aurais souhaité qu'il se récrie : « Non, non, pas toi ! Tu ne vas pas, en plus de tes tâches ici, te mettre ça sur le dos ? » Après, j'aurais eu la conscience tranquille. Je voulais aider Jim et Ailette, mais on m'en empêchait, tant pis. Seulement, mon mari est incapable de réagir ainsi, il s'intéresse à la moindre de mes aspirations, l'évalue et la soupèse comme il le ferait d'une hypothèse de travail. Il a levé sur moi un regard ébahi, il est resté songeur un moment puis il m'a ouvert les bras avec cette phrase-choc : « Tu m'épates, tu sais ! »
    Aucune hésitation n'était plus permise. J'ai décidé de faire ma proposition tout de suite ou jamais. Je savais que les raisons d'y renoncer ne manqueraient pas et que ma résolution pourrait fléchir. Alain a suggéré qu'on se donne deux jours pour en débattre, nous devions être conscients tous les deux des risques liés à cette gestation. Nous les avons étudiés, médités, amplifiés à dessein, pour chacun je réfléchissais au comportement que je prévoyais d'adopter. Nous avons passé des heures à envisager les conséquences les plus graves de mon engagement. J'étais tiraillée entre mes peurs et ma fougue initiale.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Mireille Maquoi habite à Namur et réside souvent dans les Hautes Vosges. Elle a travaillé au Fonds National de la Recherche Scientifique puis enseigné dans une école de futurs officiers à Bruxelles et à l'Atelier de français qu'elle avait créé à Namur. Elle se consacre actuellement à l'écriture.

  • Halinéa se replonge dans ses cahiers d'enquêtes pour trouver l'identité de la personne qui essaie de la faire taire...
    Stéphanie, une étudiante a disparu. Un corps est trouvé dans la forêt urbaine avoisinante. Une instruction est ordonnée.
    En stage scolaire au commissariat, Halinéa, détective en herbe, décide de mener l'enquête en catimini. La considérant un peu trop investigatrice, le brigadier-chef Jacques la déplace dans un laboratoire scientifique et lui lance un défi. Elle le relève. Aidée par ses tuteurs João et Séverine, pour les connaissances, et, de ses amis Xavier et Caro pour les recherches, elle réussit l'épreuve avec brio... ce qui n'est pas du goût de certains qui réagissent parfois violemment.
    Malgré les interdictions et les dangers encourus, la protagoniste réussira-t-elle à confondre le ou la coupable??
    L'affaire Stéphanie, nouvelle enquête menée tambour battant par l'héroïne, traite aussi du problème de la phobie scolaire.
    Parviendra-t-elle à mener son enquête jusqu'au bout ?
    EXTRAIT
    Couchée, je n'arrive pas à dormir. Cette histoire m'obsède. Je tourne et retourne dans ma tête les paroles rauques de l'assaillant : « Je ne te laisserai pas tromper le monde. ».
    Trop énervée, je ne peux ni réfléchir ni dormir. J'essaie d'appliquer les conseils donnés par le sophrologue. Impossible. Je revois le cadavre de l'étudiante Stéphanie que j'avais découvert. Il gisait au milieu de la sente Romarin du bois St Eloi. Cette image ne me quitte plus.
    Je me lève, tire les rideaux de ma fenêtre. L'éraflure du cou me fait mal. En automate, j'ouvre mon armoire à pharmacie et applique un pansement. La peur me tord toujours le ventre. Dans la salle de bain éclairée, accrochée au porte-serviettes pour ne pas tomber, je me force à respirer profondément, plusieurs fois consécutives, jusqu'à voir des étoiles. Par réflexe, j'exécute ensuite quelques exercices de relaxation. Un peu étourdie, je me recouche, carnet d'enquêtes en main.
    - Xavier a raison, dis-je à haute voix. Il doit y avoir un bug. Voilà pourquoi les professionnels ne découvrent pas le coupable. Il faut tout reprendre à zéro.
    J'avale quelques carrés de chocolat... « Pourquoi m'a-t-on agressée ? Qui m'en veut autant ? ». La colère m'envahit. J'ai besoin de marcher, de réfléchir. Je tourne en rond au pied du lit ruminant des paroles de vengeance :
    - Il paraît que le diable se cache dans les détails. Je marque tout dans ce cahier, en le relisant je dois trouver. La brute, cagoulée, ne m'échappera pas... Elle me connaît puisqu'elle a cité certains faits me concernant... Je t'aurai bâtard !
    Lire en marchant n'est pas pratique, je me recouche et me cale entre traversins, coussins et couette. Puis, j'ouvre mon carnet d'enquêtes et murmure la date :
    - En septembre, tout a commencé il y a quatre mois... déjà !
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Après diverses productions spécialisées dans sa profession, (manuels scolaires, articles pédagogiques), Isabel Lavarec, qui fut professeure agrégée en sciences de la vie et de la terre, continue à transmettre son expérience de vie au travers de romans policiers, romans fantastiques, contes et nouvelles.

  • Histoire de dupe

    Laurent Moulin

    La disparition mystérieuse d'un homme poussera sa soeur à faire appel à Milton Ford, un détective privé qui ira jusqu'au bout pour résoudre cette enquête.
    Lorsque Victor French, homme à la vie, apparemment aussi calme qu'une mer sans vague, disparaît, sa soeur fait immédiatement appel à un détective privé pour le retrouver. Lorsque Milton Ford consent à s'occuper de l'affaire, il ne s'attend pas à ce que son enquête vire, rapidement, au cauchemar. Et pourtant, il ne va cesser d'aller de surprise en surprise.
    Si tous les témoins de cette affaire sont unanimes pour affirmer que le disparu est un homme bien, ce dernier s'est ingénié à leur cacher, en réalité, bien des éléments de sa vie. Entre faux-semblant et fausse piste, Milton Ford, en enquêteur avisé, va devoir compter sur son instinct pour dénouer les fils d'un mystère, qui va, au fur et à mesure, se transformer en véritable casse-tête.
    Toutefois, cette disparition va prendre une toute autre tournure, lorsqu'une mort survient. Sentant sa vie en danger, Milton Ford va devoir redoubler de prudence lors de ses investigations. Il doit aussi prendre garde à ce nouvel acteur fraîchement arrivé dans le dossier : un Commissaire de police aux méthodes expéditives.
    Découvrez cette enquête palpitante qui vous fera douter de tout le monde !

empty