Desclée de Brouwer

  • Pourquoi parler du Dieu inattendu " lorsqu'on évoque le Dieu de la Bible ? Ne connaissons-nous pas déjà suffisamment les textes de l'Ancien Testament, les grands moments de l'histoire biblique, qui ont tant marqué notre culture, notre histoire commune et nos traditions religieuses ? C'est que, comme l'explique Marie-Noëlle Thabut, " Dieu est toujours différent de ce que nous imaginons spontanément : nos ancêtres dans la foi biblique ont fait cette découverte peu à peu, dans une longue histoire spirituelle ". Il nous est difficile de connaître Dieu par nous-mêmes et il faut bien souvent nous débarrasser de l'image d'une divinité hiératique et vengeresse. Marie-Noëlle Thabut nous accompagne dans la découverte de cette révélation à travers une galerie de portraits des grands témoins de la foi : Noé, Abraham, Moïse, David, Elie, Jonas, Ruth, Osée... Loin des propos exégétiques ou techniques, ce livre propose une approche chaleureuse du message biblique, confronté toujours aux grandes questions de l'existence.".

  • Il s'agit bien pour le chercheur de Dieu de conjuguer l'ardeur du désir et la lenteur du pas, la ferveur et la longue patience ; de ne pas bruler les étapes et de toujours couver son feu. Voilà pourquoi l'escargot plus que le guépard offre une juste image du pèlerin spirituel."Avec clarté et sur un ton personnel, cet essai rappelle en quoi consiste une démarche spirituelle, en s'appuyant sur la philosophie antique, sur les évangiles, ainsi que sur les écrits de théologiens et de mystiques chrétiens. Une invitation joyeuse à bâtir la maison intérieure.Jacqueline Kelen est écrivain. Dans ses livres et au cours de ses séminaires, elle dévoile la connaissance spirituelle que transmettent les mythes et explore les richesses de la vie intérieure. Elle a publié, entre autres, L'esprit de solitude, Le livre des louanges, Les amitiés célestes (Albin Michel), La puissance du coeur (La Table Ronde), Les floraisons intérieures (La Table Ronde).".

  • « Partir, dit-on, c'est mourir un peu. Mais partir d'où, pour aller où, et qu'entend-on par mourir un peu ? Comment le verbe mourir peut-il s'accommoder d'un adverbe de quantité alors qu'il désigne un événement à chaque fois unique, définitif, absolument inquantifiable ? Il en est du verbe mourir comme du verbe aimer : leur adjoindre un adverbe de quantité, d'intensité ou de manière revient à en moduler le sens de façon radicale, l'air de rien. Il m'aime / Elle m'aime / Je t'aime un peu, beaucoup, passionnément, à la folie... pas du tout , scandent les amoureux sur un ton enjoué en effeuillant des marguerites. Mais la désinvolture n'est qu'un masque, le jeu s'avère bien plus sérieux qu'il n'y paraît car l'enjeu est extrême en vérité - il en va présentement, ardemment de l'amour. On risque son coeur, sa joie, son plus vif espoir. L'amour, la mort : on ne badine ni avec l'un ni avec l'autre. Effeuiller le verbe mourir ainsi qu'une fleur des champs c'est mettre à nu son propre coeur, ses pensées, son espérance. »Dans ce livre, Sylvie Germain traque la dynamique de la quête spirituelle à travers le thème des pas, de l'arrachement de la mort à nous-mêmes, avec l'écriture vive et inspirée qu'on lui connaît.
    Prix Femina en 1989, Prix des Libraires religieux 1997, Sylvie Germain est l'auteur de plus d'une trentaine d'ouvrages, parmi lesquels Le Livre des nuits, Les Échos du silence et À la table des hommes.

  • La personnalité si singulière de l'Auvergne fait d'elle un monde à part depuis des siècles. Avec des paysages parmi les plus beaux de France, elle est habitée par un peuple fier et riche de vie intérieure qui préserve un contact intime avec la terre et les animaux.À l'automne 2015, François Cassingena-Trévedy a arpenté en solitaire les chemins de randonnée du massif sauvage du Cézallier. Il nous livre ici le récit de sa marche.Le vent, la neige et le froid sont vaincus par l'enchantement au contact d'une nature devenue une compagne aimée. Lors des étapes en des gîtes, il cherche à rencontrer les rares habitants de la région. Accueilli dans leur vie familiale, il trace d'eux, paysans ou aventuriers, des portraits truculents d'où se dégage un humour généreux. De courtes citations liées aux événements vécus accompagnent son itinérance et, parfois, d'une langue lyrique, il s'élance en des éloges inspirés sur la marche, les pieds ou le sacré, qui prend alors une dimension inattendue.À travers la sensibilité de l'auteur, l'Auvergne apparaît sous un jour nouveau et le lecteur ne saurait résister à l'envie de découvrir volcans, forêts ou pâturages décrits avec un enthousiasme communicatif.Moine bénédictin en l'abbaye de Ligugé près de Poitiers, François Cassingena-Trévedy est également un écrivain exceptionnel et un vaillant marcheur.

  • De plus en plus de personnes sont aujourd'hui impliquées dans la préparation et la célébration des funérailles. Mais beaucoup manquent d'outils pour commenter la Parole de Dieu à cette occasion. Cet ouvrage est donc destiné aux officiants lors des célébrations et particulièrement aux officiants laïcs, pour aider à la prise de parole après l'Évangile. Sans fournir des textes tout faits, ni chercher à imiter les homélies des ministres ordonnés, il s'agit d'offrir, pour chaque texte du Lectionnaire des funérailles, des éléments permettant de préparer et de rédiger un commentaire personnel à destination de l'assemblée. Chacun pourra s'en inspirer et se l'approprier pour que sa prise de parole soit juste et naturelle. L'ensemble de ce travail a été préparé par le P. Bernard Le Gal et le Service Diocésain de Pastorale Liturgique et Sacramentelle du diocèse de Saint-Brieuc et Tréguier.

  • Théologien, prédicateur, historien, romancier, poète, guide et accompagnateur spirituel, John Henry Newman (1801-1890) est un des grands penseurs chrétiens des derniers siècles. Universitaire, clergyman, chef de file du Mouvement d'Oxford qui vise un renouveau profond de l'anglicanisme, il quitte l'Église anglicane pour l'Église catholique en 1845. Mais celle-ci ne sait guère que faire d'un homme ayant une pensée aussi originale et indépendante.
    Enfin, en 1879, le pape Léon XIII le crée cardinal. C'est surtout au XXe siècle qu'il marque profondément la pensée de l'Église au point que Jean Guitton
    pouvait l'appeler « le penseur invisible de Vatican II ». Benoît XVI le béatifie en 2010.
    Keith Beaumont, prêtre de l'Oratoire de France, est président de l'Association française des Amis de Newman.

  • L'intuition fondamentale d'Eloi Leclerc est celle-ci : l'humilité, la pauvreté et le service sont des choix de Dieu. Ces choix, si nous les faisons nôtres, ont le pouvoir de transformer le monde et conduisent celles et ceux qui les mettent en pratique au bonheur.« Il arrive un moment dans la vie spirituelle où Dieu nous demande de nous déposséder de ce qui nous tient à coeur, de cette mission qu'il nous avait confiée, de cette oeuvre que nous avons accomplie, à laquelle nous nous sommes totalement donnés. Il nous faut lâcher prise. Renoncer à notre oeuvre pour devenir l'oeuvre de Dieu » écrit le fils spirituel de saint François.
    Eloi Leclerc découvre saint François à douze ans et entre au noviciat à 18 ans. Déporté au camp de Buchenwald, il sera ordonné prêtre en 1948. Fragilisé par les épreuves, il se met à écrire pour partager le trésor fraternel de saint François. Ses livres, notamment Sagesse d'un pauvre, ont nourri la vie intérieure de dizaines de milliers de chrétiens de toutes générations. Il est décédé en 2016, à l'âge de 95 ans.Anne Ducrocq dirige la collection d'épanouissement personnel et de spiritualité Points Vivre.

  • Lorsque Fra Angelico (1395-1455) prend ses pinceaux pour représenter l'enfance de Jésus, son grand art, fait de douce lumière et de fraîcheur colorée, trouve son expression la plus profonde. Il en est ainsi avec l'Armadio degli argenti et ses neuf scènes consacrées aux jeunes années du Christ, un chef-d'oeuvre de la maturité de l'artiste. L'ensemble se lit comme une bande dessinée réaliste. Mais, à chaque épisode, le peintre transfigure le réel, donnant au récit à la fois solidité et transparence, dans une démarche de foi, celle d'un frère prêcheur accompli.En contrepoint de ces neuf scènes, le livre offre un florilège de Vierges à l'Enfant toujours renouvelées dans les attitudes et les sentiments, pleines d'humanité et habitées d'une spiritualité délicate.L'auteur, image après image, détail après détail, analyse les formes et les couleurs, décrypte les symboles et apporte toutes les clefs de lecture - historiques, artistiques et religieuses - pour comprendre pleinement l'enfance de Jésus à la lumière de Fra Angelico.Michel Feuillet est Professeur Émérite des Universités (Lyon III-Jean Moulin). Il est spécialiste d'iconographie chrétienne. Son « Que sais-je ? » Lexique des symboles chrétiens est devenu un manuel de référence. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages sur Fra Angelico.

  • Saint Jean de la Croix (1542-1591), contemporain de sainte Thérèse d'Avila et réformateur du Carmel comme elle, est l'auteur de grands poèmes mystiques. Son oeuvre est ici rassemblée dans une nouvelle traduction conforme au texte original.C'est un bonheur de redécouvrir Les Sentences, La Montée du Mont Carmel, la Nuit obscure, les Poèmes et les Lettres qu'écrivit le grand saint et de comprendre que sa spiritualité est intemporelle.La nouvelle traduction réalisée par André Bord d'après l'edición critíca espagnole, enrichie de notes et d'explications, permettra au lecteur de pénétrer au mieux le message exceptionnel de saint Jean de la Croix.
    André Bord, est docteur es Lettres et membre correspondant de l'Académie nationale des sciences, belles lettres et arts de Bordeaux. Il est également membre sociétaire des écrivains catholiques, membre des philosophes chrétiens et doyen de la société de philosophie de Bordeaux.

  • Découvrir les textes autrement« Au commencement, Dieu créa le ciel et la terre. » Ainsi s'ouvre la Genèse et, avec elle, le grand livre de la Bible, écrit inspiré qui, depuis des siècles, accompagne l'histoire des hommes. Cet ouvrage fondateur reste aujourd'hui l'un des plus lus et des plus traduits au monde. Mais le connaissons-nous vraiment ?Toute l'ambition de La Bible et sa culture est, justement, de nous guider pour visiter la « bibliothèque biblique » en la resituant dans sa culture propre et en l'éclairant par les documents de son temps. À travers deux parties qui couvrent l'ensemble de la Bible chrétienne et articulent l'Ancien Testament avec l'étude de Jésus et du Nouveau Testament, La Bible et sa culture propose une démarche originale qui montre combien le livre biblique obéit à une cohérence théologique forte. À un moment où beaucoup s'intéressent à la Bible et à son histoire au-delà des seuls cercles religieux, où bien des croyants la lisent ou la relisent, où la curiosité spirituelle s'exprime avantage, cet ouvrage constitue un véritable outil de référence pour découvrir les textes autrement.
    Sous la direction de : Michel Quesnel, bibliste, recteur honoraire de l'Université catholique de Lyon, et Philippe Gruson, bibliste, prêtre du diocèse de Beauvais.Avec la collaboration de plus de cinquante biblistes choisis parmi les meilleurs du monde francophone.

  • Cette édition en langue française des Évangiles extraits de la Peshittâ est une authentique nouveauté : en effet, elle présente pour la première fois et dans son intégralité la traduction directe des textes écrits dans la langue quotidienne de Jésus, l'araméen, qu'il a donc parlé, comme il lisait et parlait l'hébreu dans le Temple et dans les synagogues.Patrick Calame et son fils, Joachim Élie, sont juifs hébraïsants et aramaïsants, passionnés par la beauté des deux langues de leur tradition. Ils ont enrichi leur traduction de nombreuses notes inspirées de la Torah et nous offrent ici un document important pour retrouver et approfondir le sens sémitique du texte des Évangiles, ce trésor que les chrétiens d'Orient ont conservé dans leur propre langue.Patrick Calame a publié plusieurs ouvrages aux éditions Albin Michel, en particulier sur les Psaumes et le Cantique des cantiques.

  • Le célibat des prêtres est-il responsable de la pénurie des vocations qui frappe l'Église catholique ?L'ordination d'hommes mariés permettrait-elle de remédier à ce problème ?Jean Mercier répond à ces deux questions qui font l'objet d'un débat souvent passionnel. Reprenant le sujet en amont, avec la volonté de se dégager des idées reçues, il a le souci de dessiner des pistes d'avenir réalistes, hors de toute polémique stérile.Au fil des pages, l'auteur fait le bilan des difficultés et des atouts du célibat sacerdotal, et des défis qu'il a suscités au sein de l'Église depuis deux mille ans. Il présente la synthèse des fondements théologiques et spirituels du célibat et aborde la question essentielle de l'équilibre psychologique et affectif du prêtre.On trouvera surtout ici la première étude de la faisabilité del'ordination d'hommes mariés, établie en particulier à partir d'unaudit totalement inédit de la vie des prêtres mariés (anciens prêtresanglicans ou pasteurs protestants) que compte l'Église catholique,notamment en Angleterre.

  • La mort d'un proche, d'un être aimé, bouleverse et laisse l'entourage parfois désemparé. Lors de la cérémonie des obsèques, la volonté d'exprimer son chagrin, son émotion, ou sa révolte, se fait sentir, mais les mots nous manquent...
    Depuis près de vingt ans, le groupe L'Autre Rive regroupe une vingtaine de laïcs chrétiens qui assurent des cérémonies de funérailles dans les centres funéraires de l'agglomération lyonnaise. De plus en plus sollicités pour des cérémonies civiles, qu'ils appellent " d'accompagnement humain ", ils ont recueilli des textes, des poèmes, écrits par des familles au moment du décès d'un être aimé - mort-né, bébé, enfant, adolescent, père, mère, grands-parents, amis -, des textes empreints de valeurs humaines, des textes d'auteurs aussi, sans aucune connotation religieuse. Ce sont ces textes, ces paroles de vie réunies ici, qui pourront aider ou inspirer ceux qui choisissent un accompagnement humain lors des cérémonies de funérailles.

  • Quelque peu éclipsé par le pontificat de Jean-Paul II, Paul VI, réputé froid, triste et tourmenté, fut pourtant l'inventeur de la papauté moderne. Élu pape en juin 1963, il mena à son terme le concile Vatican II (1962-1965), inauguré par son prédécesseur Jean XXIII, et gouverna l'Église dans la période difficile de l'après-Voncile.À l'occasion de sa béatification, le 19 octobre 2014, Christophe Henning retrace le parcours d'un homme de Dieu, dont les appels et les gestes pour la paix dans le monde, l'unité des chrétiens, le dialogue avec les autres religions, l'évangélisation et la réforme de l'Église demeurent d'une grande actualité.

  • FrankLalou vient ici apporter un regard nouveau sur l'Alphabet Hébraïque. Si l'auteur aapprofondi l'aspect archéologiqueet traditionnel dans ses précédents ouvrages, danscelui-ci, il insiste sur l'aspect initiatique de l'ordre alphabétique. Il nous révèle que leslettres se succèdent dans un ordrecohérent, chaque lettre préparant la suivante dans un langage quiéclaire peu à peu le chemin de l'homme.L'alphabethébraïque, présent dans notre alphabet latin, devientgrâce aux démonstrations de Frank Lalou, un puissant outild'introspection et de connaissance de l'autre.La richessesymbolique des lettres hébraïques, s'enracinant dans plus de3 000 ans d'histoire, apporte des éléments nous aidant àmieux nous poser les grandes questions philosophiques : lescommencements, le principe de la séparation, la nécessité de l'éthique,la permanence et l'impermanence.Le chrétientrouvera aussi une source d'inspiration dans ces pages, carJésus, en bon maître juif, parsème son enseignement de jeux demots et de lettres à la valeur hautement spirituelle. Ne se dit-ilpas lui-même, Alpha et Oméga, c'est-à-dire l'Aleph et le Tav ?Écrivainet calligraphe, Frank Lalou, a écrit de nombreuxlivres, Les Lettres Sacrées (éditions Véga), La Calligraphie de l'Invisible et le Grand livre du Cantique des cantiques (éditions Albin Michel).Il donne en Francemais aussi dans plusieurspays, Israël, Suisse,Belgique, Italie, desséminaires sur les Lettreset la Kabbale.(www.lalou.net)

  • Qui donc est Dieu ? Où est ton Dieu ? Nombre de jeunes reprennent à l'envi cette interrogation plus actuelle que jamais.De quel Dieu les athées sont-ils athées ? C'est la question que pose ici Stan Rougier. Ce livre offre moins des réponses qu'un dialogue amical, une expérience spirituelle. Pour Stan Rougier, il importe de révéler Dieu et son amour prodigieux, illustrant la parole de Paul Valéry : " Le mot Dieu et le mot amour n'ont été associés que depuis Jésus-Christ. " Le chrétien n'est pas sans connivence avec le Dieu hindou, le Dieu de l'islam et, bien sur, le Dieu du judaïsme.Pour lui, Dieu est encore au-delà : c'est un Dieu amoureux qui nous aime à en mourir. Au fil des pages, ces appels se font de plus en plus pressants et finissent par faire tomber nos ultimes résistances. Ainsi donc, Stan Rougier relit avec une sincérité brulante le message chrétien dans son originalité et conduit son lecteur jusqu'à la découverte joyeuse et libératrice de cet amour fantastique qui travaille chaque jour au coeur de tout être humain en quête du vrai bonheur.

  • Jamais homme n'a rencontré autant de contemporains. L'extraordinaire longévité du pontificat de Jean Paul II lui a permis de multiplier dans d'incroyables proportions les occasions de rencontres, de voyages, d'assemblées. Mais c'est le charisme surprenant du premier pape slave de l'histoire qui a fait de ce quart de siècle une course de géant.Inconnu du grand public lors de son élection, Jean Paul II est vite devenu l'icône universelle d'une Église visible. Pape de plein vent, il avait la grande faculté d'une présence réelle à chacune de ses rencontres, avec les grands ou au milieu des foules, avec les pauvres du continent noir comme avec les jeunes d'une Europe inquiète. De cette vedette planétaire, reste l'image du pape au regard vif, au visage bon et à l'allure décidée. Sans oublier la présence émouvante du vieux pontife fragile, prisonnier de la maladie et toujours libre d'aimer, jusqu'aux derniers instants de son existence terrestre.Ce destin hors du commun s'est forgé au creuset des périodes les plus noires du XXe siècle. L'enfant polonais, témoin concret de deux totalitarismes - le nazisme et le communisme -, n'a pas cédé aux sirènes de l'abattement. Plus encore : fort de son expérience polonaise, l'athlète de Dieu fut véritablement le pape de tous, pasteur universel, premier prophète du troisième millénaire.Pape d'exception, Jean Paul II a rempli jusqu'au bout sa mission, convaincu que le monde d'aujourd'hui attend encore le Christ. Disciple au long cours, évêque du monde, Jean Paul II dit à tout homme : «N'aie pas peur !»

  • Je me sens, ma très chère Fille, une suavité extraordinaire de l'amour que je vous porte, car j'aime cet amour incomparablement, fort, impliable et sans mesure ni réserve, mais amour doux, facile, tout pur, tout tranquille ; bref, si je ne me trompe, tout en Dieu... (7 juillet 1607). Dix-huit années de correspondance témoignent de la plus extraordinaire amitié jamais venue du ciel, la plus pure en même temps que la plus puissante, sans autre limite que celle de Dieu lui-même, car si nous avions un seul filet d'affection en notre coeur qui ne fut pas à lui et de lui, ô Dieu, nous l'arracherions tout soudainement (juillet 1606).Acteurs essentiels du relèvement catholique dans l'Europe de la Contre-Réforme, mêlés à tous les débats politiques et religieux de l'époque, François de Sales et Jeanne de Chantal nous introduisent par cette porte du coeur dans un nouvel ordre de la conscience occidentale, celle de la France d'Henri IV et de Louis XIII.Avec les seuls ajustements nécessaires au lecteur contemporain, replacée dans son contexte historique, publiée pour la première fois de façon exhaustive par deux spécialistes de la tradition salésienne, la correspondance échangée entre Jeanne et François passionnera les amoureux des lettres françaises, autant que les connaisseurs de la spiritualité moderne.David Laurent et Max Huot de Longchamp sont membres de l'Association Saint-Jean-de-la-Croix, dont l'objectif est l'étude et la publication de la grande tradition spirituelle chrétienne.

  • On connaît les icônes, on aime les chants polyphoniques, on sait que c'est «orthodoxe» mais on ne connaît pas l'orthodoxie.Dans un texte à la fois profond et accessible, l'auteur nous fait découvrir cette «Église d'Orient». Il évoque, bien sur, les icônes et le chant sacré, mais s'attarde aussi sur la Prière de Jésus, si riche malgré son apparence répétitive, s'interroge sur la place des femmes dans l'Église et partage avec nous des réflexions essentielles, adressées tant aux orthodoxes eux-mêmes qu'à toute personne sensible à la spiritualité.S'appuyant sur des ouvrages de référence, Cinq leçons sur l'orthodoxie témoigne du souffle qui anime l'orthodoxie, ce souffle de l'Esprit qui, seul, peut régénérer un monde en mal de vivre.Instituteur de formation, journaliste de profession, prêtre par vocation, Guy Fontaine est recteur de la paroisse Saint-Alexandre-Nevsky à Liège (Belgique) et doyen pour la Belgique et le Nord de la France de l'archevêché des Églises russes en Europe occidentale (patriarcat de Constantinople).

  • Comment comprendre la Bible sans connaître la géographie précise des lieux qui l'ont portée ? Comment découvrir les civilisations qui en constituent le cadre et leur imbrication dans l'histoire ? C'est à cette demande que cet Atlas veut répondre. Une première partie présente les éléments essentiels de la Bible, quelques grandes traductions, manuscrits ou apports de l'archéologie. Elément central, la deuxième partie comporte soixante-douze cartes divisées en cinq sections : cartes générales, grands empires ou royaumes, autres pays, Terre sainte, voyages pauliniens. Chaque carte est accompagnée d'une courte présentation, de textes bibliques et de la littérature profane contemporaine de la Bible. Une troisième partie présente quarante plans des principales villes des pays bibliques, avec des commentaires. Des annexes proposent des tableaux comparatifs, un glossaire, des index et une chronologie.

  • (...) De Rouen à Mulhouse, de Bruxelles à Ouagadougou, les paroisses, les lycées et les communautés chrétiennes « Jean XXIII » abondent aujourd'hui. C'est dire combien le souvenir du « bon pape Jean », béatifié en l'an 2000, est resté vivace. Ce fils de paysans lombards, élu pape en 1958, a marqué l'histoire de l'Église en convoquant le concile Vatican II. Au-delà de cette « sainte imprudence », selon l'expression de François Mauriac, Angelo Roncalli a su conquérir les coeurs par sa bonté, sa simplicité et son esprit d'ouverture.Cette Petite vie relate le parcours d'un homme qui, abandonné à la volonté divine, a voulu « croître chaque jour en sagesse et en vertu » (L'Imitation de Jésus-Christ).

  • La traduction des Evangiles par Sr Jeanne d'Arc a d'abord été publiée dans une édition bilingue, grec et français face à face. Le texte français seul qui est repris ici reproduit la même disposition et offre ainsi de mettre à la portée du grand public le parallélisme qui caractérise le texte grec et qui est, comme le disait la bibliste dominicaine, équilibre des mots, soutien du sens et ami de la mémoire". Le texte est accompagné de notes pédagogiques, sans apparat technique. Si chacun des quatre évangélistes a un message propre, explicité dans l'introduction, on retrouvera, dans ce livre, des parallèles, indiqués en face de chaque paragraphe, pour confronter les témoins et offrir ainsi une lecture synoptique facilitée, qui donnera une familiarité avec la totalité du message et permettra d'accéder à ses richesses cachées.".

  • La traduction des Evangiles par Sr Jeanne d'Arc a d'abord été publiée dans une édition bilingue, grec et français face à face. Le texte français seul qui est repris ici reproduit la même disposition et offre ainsi de mettre à la portée du grand public le parallélisme qui caractérise le texte grec et qui est, comme le disait la bibliste dominicaine, équilibre des mots, soutien du sens et ami de la mémoire". Le texte est accompagné de notes pédagogiques, sans apparat technique. Si chacun des quatre évangélistes a un message propre, explicité dans l'introduction, on retrouvera, dans ce livre, des parallèles, indiqués en face de chaque paragraphe, pour confronter les témoins et offrir ainsi une lecture synoptique facilitée, qui donnera une familiarité avec la totalité du message et permettra d'accéder à ses richesses cachées.".

  • Le retour à l'Évangile, tel que l'a vécu François d'Assise, demeure, pour l'Église, une expérience exemplaire de renouveau et de rajeunissement.Le secret de cette réussite est à rechercher sans doute dans la sainteté de cet homme, toujours prêt à écouter la Parole de Dieu et à la mettre en pratique. Mais il réside aussi dans le fait que ce fils de marchand et des communes du Moyen Âge portait, dans sa riche nature, toutes les aspirations de son temps. En lui s'est réalisée une merveilleuse rencontre de l'Évangile et de l'histoire des hommes.L'expérience évangélique de François coïncide, en effet, avec un changement de société. Les communes, en s'affranchissant du pouvoir féodal, aspiraient à former une association de citoyens libres et égaux. Bien vite cependant, cet idéal se heurtait à la passion de l'argent, très forte en ce milieu de marchands et qui réintroduisait dans le nouvel ordre social les inégalités et les violences. C'est alors que François découvrit dans l'Évangile le chemin d'une authentique communauté humaine. Ainsi, il créa une fraternité immense où les sèves montantes de son époque purent s'épanouir en une véritable croissance humaine.L'ouvrage du père Éloi Leclerc met en lumière cet aspect dynamique de la démarche évangélique de François en montrant les racines économiques et sociales d'une expérience spirituelle.Cet ouvrage - illustré de douze planches couleurs - rend le Pauvre d'Assise encore plus proche et plus actuel ; il nous conduit à réfléchir sur ce que pourrait être aujourd'hui un retour à l'Évangile.

empty