Addictives ? Luv

  • Il est la glace, elle est le feu.

    Méfiant, solitaire et implacable, Vitale di Falcone est obsédé par une seule chose : rendre son prestige à son nom et retrouver les biens que son père a dilapidés en jouant.
    Quand il rachète l'ancien palais familial, il embauche toute une équipe de restaurateurs d'art et fait la rencontre de la pétillante Aeryn... qui est loin de le laisser indifférent.
    Irrévérencieuse et maladroite, la belle Irlandaise assume ses rondeurs et sa langue, qu'elle n'a pas dans sa poche.

    Ils s'affrontent sans pitié le jour, avec passion la nuit, mais au final... qui prendra le dessus sur l'autre ?

    ***

    Lorsque je relève les yeux, je croise les siens, empreints d'un sérieux qui me lèche l'épiderme et renforce mon excitation.

    Je déglutis pour me donner une contenance, comme si ce simple geste pouvait dissimuler la rougeur sur mes pommettes.

    - Nous sommes adultes, Aeryn, me lance-t-il en frôlant la courbe de ma joue. Quel mal y a-t-il à se désirer? ?

    - Vous êtes mon patron, évoqué-je avec un reproche muet dans la voix.

    - Techniquement, je suis le boss de votre boss, ironise-t-il avec cet air énervant qui me rappelle qu'il vit dans une sphère inaccessible au commun des mortels.

    Je recule d'un pas et le fusille du regard, irritée qu'il parvienne à m'émoustiller en dépit de tout ce qui m'exaspère chez lui.

    - Vous jouez sur les mots? ! Vous et moi, c'est tout sauf une bonne idée, d'autant que les aventures d'un soir, ce n'est pas mon truc. Je vais soigner votre cheville et rentrer à...
    Je sursaute lorsque Vitale se rapproche de moi trop vite pour que je m'éloigne et qu'il m'accule contre la rambarde, les deux mains plaquées de chaque côté de mes hanches.
    Je devrais me sentir coincée, mais c'est très loin de l'émotion qui danse dans mes veines. Excitation et volupté se mêlent avec une pointe de fièvre. Je n'ai jamais été aussi proche d'envoyer valser mes convictions pour céder au feu d'un désir interdit.

    - Ma cheville va se remettre toute seule, murmure-t-il, son souffle s'échouant sur mes lèvres.

    - Vitale...

    - J'ai envie de goûter votre bouche, Aeryn, me coupe-t-il, son regard d'obsidienne braqué sur le mien.

    ***

    Enfoiré de prince charmant !, de Laura Black, premiers chapitres du roman.

  • Hurt - Teaser

    Antinea Kane

    Elle est sa lumière. Il sera sa part d'ombre.


    Depuis un an, Heather vit chaque journée comme un défi. L'équilibre qu'elle a réussi à instaurer menace pourtant de basculer quand Shane refait irruption dans sa vie. Plein de rage et aveuglé par la douleur, il n'a plus rien de l'homme solaire qu'elle a connu auparavant.

    S'il a été le meilleur ami d'Heather pendant longtemps, aujourd'hui il sera son meilleur ennemi. Et il compte bien lui rappeler que tout choix implique des conséquences.
    Mais si dans l'ombre, quelqu'un décidait de bouleverser la donne ?

    ***

    J'ai envie d'elle au point que la regarder sans la toucher devient une véritable torture.

    Je ne me retiens que par miracle d'attraper ses cuisses pour la soulever sur ma taille alors que des images de son corps arqué entre mes mains me rendent fou.

    - Heather, qu'est-ce que tu... Pourquoi t'es... bafouillé-je avec difficulté en me penchant sur le côté pour tenter d'apercevoir Luis, qui a forcément dû la faire entrer dans l'appartement.

    Mais il n'y a personne dans le couloir. Et elle ne répond toujours pas. Sa poitrine se soulève au rythme soutenu de sa respiration tandis qu'elle me sonde de ses yeux clairs, intensément.

    La chaleur de son corps irradie jusqu'à moi malgré le froid qui la fait trembler.

    Le froid, ou peut-être autre chose.

    Ses cheveux gorgés d'eau tombent en désordre sur ses épaules, sauvages. Plaquent davantage son T-shirt sur ses seins enflés et tendus.

    Je passe nerveusement ma langue sur mes lèvres en sentant un désir animal palpiter de plus en plus violemment dans mes veines.

    J'ai toujours respecté notre amitié. J'ai fait semblant. J'ai menti. J'ai refusé de poser les mains sur elle, même quand l'envie était plus forte que tout et me retournait le bide.
    Mais là, je sens que je n'ai plus aucune volonté et que je suis sur le point de faire une connerie.

    - Heather, bordel... tenté-je une nouvelle fois en passant une main fébrile sur mes yeux.

    Je n'ai pas le temps de les rouvrir qu'une bouche humide et froide vient brutalement heurter la mienne. Ma conscience se prend un bloc de ciment dans la tronche avant même que je ne puisse réellement comprendre ce qui est en train de se passer.

    Dans son élan, Heather me pousse brusquement en arrière. Et si j'ai largement la force de rester sur mes pieds, l'effet de surprise me fait vaciller. Je me rattrape in extremis à l'encadrement de ma porte pour nous éviter de basculer.

    Les muscles de mon bras se bandent à l'extrême en même temps que nos dents s'entrechoquent et qu'un grondement rauque monte de ma poitrine. L'excitation me fouette le sang si fort que ça me fait tourner la tête.

    Mais dès que je retrouve l'équilibre, le souffle court et les idées claires, c'est moi qui reprends la main.

    ***

    Hurt, d'Antinea Kane, premiers chapitres du roman.

  • Ils ont été trahis, ils devront se faire confiance.


    À la suite d'une violente dispute avec son copain, Sam se retrouve sans mec, mais surtout sans appart !

    Déterminée à ne pas squatter le canapé de sa meilleure amie pendant des mois, la jeune femme n'a pourtant pas beaucoup d'autres solutions.
    Elle décide alors de prendre son courage à deux mains pour répondre à l'annonce d'un certain Alex qui lui propose de l'héberger en échange de quelques heures de baby-sitting avec son fils.

    La proposition est trop belle pour être vraie, et Sam comprend vite où est le piège : son nouveau coloc a un coeur de glace !

    Mais l'armure d'Alex n'est qu'une façade pour se protéger, car ce dernier tente à tout prix de résister au charme de cette nounou improvisée...

    ***

    Je me surprends à l'observer. Il est concentré. Son air tourmenté a laissé place à un beau sourire qui vient illuminer son visage et dessiner ses fossettes. Bizarre qu'il soit célibataire, car il ne doit pas laisser beaucoup de femmes indifférentes. J'ai un petit pincement au coeur en repensant à l'avocate bimbo qui m'a informée de ses performances sexuelles. Je reste un peu déçue qu'il s'intéresse à ce genre de nana, pour ensuite la traiter de « connasse ». Mais je suis assez d'accord avec cette définition : elle a l'air d'être une sacrée...

    - Tu penses à quoi ?

    - Euh... aux ingrédients de ma recette, pourquoi ?

    - Tu fronces les sourcils comme si quelque chose t'énervait.

    - Pas du tout !

    Non, pas du tout, sa robe rouge, son décolleté plongeant et son air pincé et supérieur ne m'énervent absolument pas.

    Je ne vais quand même pas lui avouer que je suis un peu... jalouse qu'il s'intéresse à cette femme alors que moi je le laisse de marbre. Je ne me l'avoue même pas à moi-même, alors ! Ça y est, je débloque. Dire que dans deux semaines je serai à Paris. Ce n'est pas le moment d'avoir le béguin pour mon coloc/avocat/beau gosse/musclé/attentionné.

    Silence, les hormones ! On reste tranquilles !

    ***

    Juste colocs !, de Laure Aleno, premiers chapitres du roman.

  • Ils se haïssent. Du moins, c'est ce qu'ils croient.

    Eliott est la toute nouvelle recrue de l'équipe de football américain des Majestic Moose de la fac de Bomont. Un seul mot d'ordre pour lui : ne pas faire de vagues !

    Plus facile à dire qu'à faire, surtout quand il s'accroche constamment avec le capitaine, Darek.

    Ils se détestent, ne peuvent pas passer plus de cinq minutes sans se sauter à la gorge...

    Pourtant, il suffirait d'un rien pour que le désir prenne le dessus et bouleverse tout.

    Mais ce serait prendre un risque énorme : celui de tout perdre. Auront-ils le courage de tenter ?

    ***

    - Je ne suis pas gay ! hurlé-je.

    Espérant faire taire autant mon coéquipier qui s'anime devant moi que les milliards de pensées qui envahissent mon esprit. Ma déclaration est sortie du coeur.

    Ma gorge brûle alors que les mots ont tout juste claqué dans l'air. Désorienté par tout ce qui m'assaille, je souffle lourdement.

    Ma poitrine est en train d'imploser, et je refoule tant bien que mal les sensations qui se propagent dans mes muscles quand des images très nettes de ces derniers mois continuent d'affluer.

    Holden sur mon canapé. Dans les vestiaires. Dans les douches. Les muscles saillants de son dos. Les veines qui palpitent parfois dans son cou. Son torse brut. L'odeur de sa peau. La douceur de sa bouche. La profondeur de ses yeux.

    Le mouvement de ses mains sur mon torse. Je ferme les paupières un instant pour tout chasser, en vain.

    - Alors tu es quoi ?

    Je reste silencieux. Accablé par la honte et le dégoût qui me compriment la poitrine à mesure que les excuses toutes plus foireuses les unes que les autres se meurent à la barrière de mes lèvres.

    Je n'en ai pas la moindre putain d'idée.

    - Tu es quoi ? répète-t-il en s'énervant davantage. Putain, mais regarde-toi ! T'es incapable de cacher ton érection et t'essaies de me faire croire que je te laisse indifférent ?

    Je déglutis difficilement face à sa remarque parce que la bosse entre mes jambes lui donne raison. Encore faudrait-il que je comprenne si ce n'est qu'une réaction mécanique ou réellement... lui.

    - Eliott, soufflé-je en espérant faire cesser son offensive. Tu ferais bien de partir. Je fais n'importe quoi quand tu es dans les parages et je n'arrive pas à gérer ça. OK ?

    Il se rapproche de moi, cherchant à capter mon regard. Je le détourne délibérément, de peur de lire dans le sien tout ce qui serait capable de me faire flancher à nouveau.

    - Darek. Ne fuis pas. Pas encore une fois, s'il te plaît.

    - J'ai besoin de... J'ai besoin que tu t'en ailles.

    Comme si j'étais un putain d'animal apeuré, il encercle avec précaution mon corps de ses bras musclés.

    Enveloppé à la fois par sa chaleur et son odeur boisée, je suis incapable de réfléchir correctement.
    Nous faisons quasiment la même taille, pourtant, positionné comme il est, il me surplombe, ce qui m'oblige à lever les yeux vers lui. Ancrant mon regard dans le vert du sien.

    Tout mon corps se raidit et un truc explose dans ma poitrine.

    ***

    Esprit d'équipe, d'Aimée Lou, premiers chapitres du roman.

  • Il est arrogant, elle est têtue, ils se détestent... Mais ils ont besoin l'un de l'autre !

    Eliza et Charlie se détestent depuis toujours. Entre eux, c'est viscéral, électrique, et ils ne peuvent pas passer deux minutes ensemble sans s'écharper !

    Mais quand Charlie se retrouve coincé dans un commissariat paumé aux Açores, sans argent ni papiers, Eliza est son seul espoir... aussi dur que cela soit à admettre.

    Forcés de cohabiter, les deux meilleurs ennemis vont de galères en déconvenues, avec un seul objectif : retourner à Paris et ne plus jamais se voir !

    Sauf que le désir, qui bouillonne sous la surface depuis des années, vient tout compliquer.

    Charlie et Eliza auront beau se voiler la face, tôt ou tard, il leur faudra affronter la vérité... que ça leur plaise ou non !

    ***


    Dès que nous sommes proches, je me prends une vague de son parfum vanillé de plein fouet, ce qui me ferait presque perdre mon aplomb.

    Ses iris deviennent incendiaires. Son souffle se perd sur mes lèvres, trop près, bien trop près...

    Sa poitrine se soulève à une vitesse effrénée entre nous, je pourrais presque percevoir les battements de son coeur sous ce petit tee-shirt blanc. Instinctivement, mon corps me supplie de me rapprocher de cette peau hâlée qui m'appelle, pourtant je me retiens avec force. Il est hors de question que cette petite folle m'atteigne aussi facilement. Alors que je me persuade de la maintenir loin de moi. Un sourire insolent s'installe sur ses lèvres lorsqu'elle approche son visage du mien. Je redoute plus que tout, ce qu'elle va faire. Sa bouche se perd près de mon oreille pour me murmurer tout bas.

    - Sinon quoi, Charlie ? On sait tous les deux que tu es incapable de me faire taire.

    Son hoquet de surprise se perd dans ma bouche lorsque je l'emprisonne de mes lèvres. Cependant, elle ne se fait pas prier pour me laisser entrer, bien en contraire. Sa langue entame une danse endiablée avec la mienne. Ses mains s'empressent d'empoigner ma nuque pour affermir notre baiser tandis que les miennes parcourent son corps élancé. L'une se glisse sous son tee-shirt et de l'autre j'empoigne sa cuisse pour la soulever légèrement, appuyant mon érection contre son entrejambe. Son petit short en toile ne la protège visiblement pas de mon sexe bandé, car elle émet un doux gémissement dans ma bouche.

    Putain, mais qu'est-ce qu'on est en train de faire et bordel, pourquoi c'est aussi bon ?

    ***

    Sex Enemy, de Delhia Bouvier, premiers chapitres du roman.

  • Au menu : des fous rires, des pulls moches, des révélations, de l'amour et beaucoup d'émotions !

    Elyssa Brown et Zane Andrews sont l'opposé l'un de l'autre, mais veulent la même chose : que leur famille leur foute la paix avec leur célibat !

    Alors pourquoi ne pas devenir des faux fiancés juste le temps des fêtes de fin d'année ?

    Mais plus facile à dire qu'à faire. Car entre la gaffeuse Elyssa et la famille coincée de Zane, le courant a du mal à passer !

    Sans parler des traditions de Noël honteuses des Brown qui ne sont pas du goût de tout le monde.

    Il ne manquerait plus qu'Elyssa et Zane aient envie de finir dans un lit, ensemble, pour de vrai cette fois...

    ***


    Nous nous installons autour de l'îlot, nos assiettes fumantes devant nous. La fourchette à la main, je déguste ma première bouchée, tout en observant Zane prendre la sienne. Et son expression... Mon Dieu, j'ai la culotte qui brûle... Son air gourmand me fait me lécher la lèvre.

    Je secoue la tête, je divague totalement.

    On a dit : pas touche ! C'est ton FAUX petit ami !

    Mais qu'est-ce que j'aimerais être à la place de ce morceau qu'il déguste d'un air ravi... Oh, pétard, maintenant il se lèche les lèvres !

    Alerte ! Alerte ! Je suis en feu !

    Oh, punaise, il faut que j'appelle le 911 !

    - Tu as un souci ? me demande Zane avec un air soudainement inquiet.

    - Euuuh, non, pourquoi ?

    - Bah, tu as dit que tu voulais appeler les secours ?

    - Ah ? J'ai dit ça tout haut ?

    - Bah, oui. Tu vas bien, Elyssa ?

    - Euh... oui, oui.

    - Tu n'aimes pas le plat ?

    - Oh, si, si, au contraire, ce que j'ai sous les yeux me plaît ! réponds-je en faisant de grands yeux ronds.

    Et je ne parle pas des lasagnes !

    ***

    Fiancés pour de faux, de Camilla Simon et Mélodie Chavin, premiers chapitres du roman.

  • La plus belle erreur de l'été !

    Brooke a un objectif : travailler tout l'été pour financer le voyage de ses rêves en Écosse.

    Elle est lumineuse, déterminée et refuse de se laisser impressionner par qui que ce soit.

    Même pas par Roméo ! Arrogant, désagréable, mystérieux, il l'agace dès le premier jour.

    Et pourtant, elle ne peut s'empêcher d'être attirée par lui...

    De secrets en révélations, de baisers en nuits torrides, ils vont devoir apprendre à se faire confiance... pour le meilleur ou pour le pire ?

    Découvrez Keep away from me, la nouvelle romance d'Emily Jurius aux éditions Addictives !


    ***


    - Connard, tu te prends pour...

    /> - T'as trois secondes pour dégager avant que ça ne soit moi qui perde le contrôle.
    Il me met en garde mais je suis déjà perdue, c'est trop tard. L'odeur qui se dégage de lui, le désir que je refoule... Il me fait face et approche encore.

    - Trois.

    Il plaque mon corps un peu plus contre le van.

    - Deux.

    Il caresse mon cou avec son nez et ses cheveux chatouillent la peau nue de mes épaules.

    - Un.

    Il détache mes cheveux en tirant sur le stylo autour duquel je les avais enroulés. Je frissonne en les sentant retomber sur mes épaules, mais encore plus car son souffle érafle ma peau. J'en tremble presque, enfin je crois.
    - Zéro.
    Il sourit contre mes lèvres avant de prendre possession de ma bouche.

    ***


    Keep away from me, d'Emily Jurius, premiers chapitres du roman.

  • Il n'a rien à lui offrir. Elle va tout lui donner.

    Ariel s'apprête à vivre le meilleur été de sa vie : deux mois de camp en pleine nature avec ses deux meilleures amies. Le rêve pour la jeune fille !

    Sauf qu'un imprévu vient tout chambouler dès le premier jour : Ambros.

    Il est sombre, arrogant, sûr de lui et collectionne les conquêtes : tout ce qu'Ariel déteste !

    Et il a décidé d'entamer avec elle un jeu délicieux : il est le chat, elle est la souris...

    Ce roman a déjà été publié sous le titre Summer Secret.

    Burning Obsession, de Mag Maury, premiers chapitres du roman.

  • Glacial patron le jour, sexy boyfriend la nuit...

    Aussi indépendante que déterminée, Cherry s'épanouit dans sa carrière d'influenceuse et blogueuse renommée au sein d'un magazine féminin.

    Tout bascule quand elle découvre que celui-ci a été racheté par l'homme qui l'a quittée sans une seule explication des années auparavant.

    L'ancien geek déjanté a laissé place à un boss froid et intraitable, peu enclin à revisiter le passé.

    Mais Cherry refuse de se rendre sans combattre : dommage pour lui, elle a décidé que leur histoire était loin d'être terminée !

    ***


    - À quoi tu joues ? gronde-t-il.

    - À celle qui te poussera le plus à bout, voyons, réponds-je en m'asseyant sur la table. Tu ne te souviens pas combien j'étais douée à ce petit jeu ?

    Un ricanement méprisant s'arrache de sa gorge et m'égratigne méchamment la peau au passage.

    - Qu'est-ce que tu crois, Cherry ? Que me rappeler que durant une courte période de ma vie j'ai eu envie de te baiser va t'attirer les faveurs du boss ? Qu'ainsi je ne toucherai pas à ta précieuse petite chronique pathétique de femme faussement libérée ?

    Une grimace foncièrement mauvaise sur le visage, Bart s'approche jusqu'à coincer mon menton entre ses doigts en une tentative vaine d'intimidation.

    Et, à mesure que ses yeux détaillent mes traits, je jurerais me noyer. Outre la colère, une peur que je n'identifie pas s'immisce soudain dans mes cellules. Et me plonge dans un brouillard de confusion.

    Parce que... putain, l'homme qui me dévisage et me surplombe, je ne le connais pas.

    - Qu'est-ce qui t'est arrivé ? murmuré-je plus pour moi-même qu'à son intention.

    Son regard s'assombrit davantage, si tant est que cela soit possible. Vif, il me relâche et recule.

    - Oublie le passé, Cherry, comme moi je l'ai oublié, et on pourra peut-être bosser ensemble.

    - Oublier ? Alors pourquoi tu as demandé que je sois présente à cette réunion ?

    Un silence polaire s'étire. Un long silence qui me cloue à ma place. Je vibre de trop de sensations pour réussir à exécuter le moindre mouvement.

    Fureur. Douleur. Peine, mais aussi... un soulagement sans nom qu'il soit là, à seulement quelques tout petits mètres.

    - Reste à ta place, siffle-t-il tout à coup avant de s'éclipser.

    ***

    Don't Mess with the Boss, d'Izia Soley, premiers chapitres du roman.

  • Elle ne savait rien du désir... Mais c'était avant de le rencontrer.

    En apparence, Annabelle mène une vie sans remous : la jeune femme est issue d'une bonne famille, destinée à de grandes études... Pourtant, elle lutte chaque jour contre les secrets qui l'emprisonnent.

    Et lorsque son chemin percute celui de Pappas, elle tombe instantanément sous son charme.

    Il est à l'opposé de son monde : bad boy, dangereux, solitaire, adepte de free fight illégal et d'excès en tout genre...

    Et pourtant, c'est avec lui qu'elle veut découvrir le désir, le plaisir et la passion... quoi qu'il lui en coûte !

    ***


    - Pourquoi tu me détestes ?

    Il appuie plus fort dans mon dos pour me rapprocher encore, de sorte que nos visages sont si proches que nos nez se touchent, mais je n'ose toujours pas bouger, à peine respirer.

    - Je ne te déteste pas. C'est juste que ce n'est pas ta place.

    - Ici ?

    Il hausse les épaules et soupire.

    - Au squat. Ici, avec moi. Là, tout de suite.

    - Pourquoi ?

    Une main quitte mon dos et se faufile sur mon flanc, effleure mon sein avant de s'enrouler dans mon cou et de se perdre dans mes cheveux. Il se penche pour que nos lèvres se touchent et mon coeur tressaute dans tous les sens, me faisant mal, me coupant le souffle. Il écrase mon pubis contre le sien, je sens son excitation dure à travers mon pantalon, et cette constatation me donne un coup de fouet. Soudain, mes mains se trouvent dans ses cheveux, je fourrage dedans comme si j'en avais rêvé toute ma vie, et je laisse échapper un faible gémissement, qu'il avale. Sa bouche s'ouvre légèrement, il goûte mes lèvres avec sa langue, en mordille une avant de m'embrasser à nouveau. Tout mon corps n'est qu'une boule enflammée, chaque terminaison nerveuse de ma peau est sollicitée, enchantée. Son odeur m'enivre, son goût de cigarette est si ténu que je ne le sens pas. C'est son odeur à lui et elle me fait décoller.

    ***


    Free Fighter, de Billie Morgan, premiers chapitres du roman.

  • L'embrasser ou l'insulter ?


    Adèle a toujours rêvé de visiter l'Écosse, mais pas dans ces conditions ! Elle est convoquée par un notaire pour l'héritage d'un grand-père qu'elle n'a jamais connu, sa voiture la lâche sous la pluie, et c'est trempée qu'elle se vautre en plein milieu d'un pub devant une dizaine de Highlanders hilares...

    Le pire dans tout ça ? L'un d'eux, Fyfe, aussi sexy qu'arrogant, lui offre un baiser brûlant et passionné en pleine nuit, au détour d'un couloir. Il réveille en elle un désir aussi puissant que nouveau, et la jeune femme doit lutter pour ne pas y céder.

    Le lendemain, Adèle reçoit en héritage le domaine de son grand-père, où vivent Fyfe et ses amis. Si elle vend, ils perdent tout. Si elle le garde, elle doit changer de vie !
    Le choix demande réflexion, mais impossible de se concentrer quand Fyfe la trouble, la taquine, l'exaspère, lui donne envie de plus, toujours plus...

    Est-elle prête à succomber au charme du Highlander ?

    ***

    - Haaa !

    Pourquoi ça crie ? Merde, je crois que je viens de heurter quelqu'un. Mais qui peut bien se balader dans les couloirs au beau milieu de la nuit ? J'ai ma réponse quand je baisse les yeux et que je la découvre par terre. Je réalise que c'est encore la petite Française qui vient de finir étalée sur le sol.

    Je ne peux pas m'en empêcher et j'éclate de rire alors qu'elle grogne et se relève avec beaucoup de difficultés.

    - Je croyais que les Écossais étaient gentils mais je dois me rendre à l'évidence, ça ne concerne que certains d'entre vous, grommelle-t-elle avec irritation et en se frottant le postérieur.

    - Qu'est-ce que j'y peux si tu ne tiens pas sur tes pieds, ma belle ? je la nargue. Je te signale que c'est la deuxième fois que tu t'étales devant moi.

    - Pauvre crétin, crache-t-elle en français.

    - Ce n'est pas la peine de m'insulter, objecté-je, agacé.

    - Vous pourriez au moins vous excuser, non ?

    - Pourquoi ? Parce que tu passes ton temps le cul par terre ? rétorqué-je avec une envie monumentale de la faire taire.

    - Oh... Espèce de...

    - De quoi ?

    - Et je ne suis pas votre belle. Gardez vos familiarités pour d'autres, s'indigne-t-elle.

    - T'appeler « ma belle » est une familiarité ?

    Je me marre. Je sais que je devrais gagner ma chambre. Je vais déraper, je le sens. Mais merde, la meuf que j'ai sous les yeux n'a plus rien à voir avec celle de tout à l'heure ! Ses cheveux blonds lui arrivent presque au bas du dos et le haut de son pyjama laisse entrevoir une paire de seins dont les bouts pointent à travers le tissu. Elle est carrément bandante et je crois que je disjoncte.

    - J'ai carrément envie de t'embrasser... ma belle, lui susurré-je.

    ***

    Arrogant Highlander, de Mina Zadig, premiers chapitres du roman.

  • Elle déteste dire oui. Il va lui faire adorer ça.

    Kate est surnommée la « Dragonne », et ce n'est pas pour rien ! Bourreau de travail, caractère bien trempé, elle impressionne autant qu'elle effraie.

    Contrainte à des vacances forcées, elle atterrit sur la petite île de Paradise Island, au coeur de la Polynésie française. Au programme : soleil, plage, farniente... tout ce qu'elle déteste !

    Et la cerise sur le gâteau ? Anton. Sexy et mystérieux, il lui tient tête et la rend dingue... au point de bouleverser tous ses repères.

    Elle refuse de céder même au désir, il est décidé à la faire succomber...

    Ça promet !

    ***

    Pendant l'heure qui suit, nous nageons côte à côte en alternant le tuba et l'apnée. Il n'y a qu'à se pencher et mettre la tête sous l'eau pour découvrir la faune incroyable du lagon.

    Une raie manta, immense et majestueuse, me frôle le bras. Je sursaute si fort que j'avale par mégarde une gorgée d'eau de mer. Je remonte à la surface en toussant et en riant en même temps.

    Anton me rejoint aussitôt et nous dirige près du bateau. Il se tient aux barreaux de l'échelle du voilier d'une main et me soutient de l'autre, car avec mon hilarité j'ai bien du mal à garder la tête hors de l'eau.

    - Alors, c'était comment??

    Un sourire craquant aux lèvres, il attend ma réponse. Incapable de mettre des mots assez forts sur ce que je ressens, ma bouche s'écrase sur la sienne. Parce que ce moment est magique.

    Et que j'en ai envie, tout simplement. Je ne réfléchis pas, laisse la passion me guider, pour une fois. Anton se raidit, sans pour autant me repousser. Ses lèvres sont aussi douces que je l'imaginais.

    Ma langue se faufile entre la barrière de ses dents pour approfondir notre échange. Anton grogne et resserre son étreinte autour de moi. Nos jambes s'enlacent sous l'eau, nos bassins se collent.

    Un désir impérieux me fait frissonner même si l'eau est à plus de vingt-cinq degrés. Je gémis quand sa main caresse le bas de mes reins. J'en veux plus. Tellement plus.

    Perdue dans une brume de désir, la réalité me rattrape, aussi brutale qu'un uppercut, lorsqu'il s'écarte d'un mouvement brusque.

    ***

    Cette nouvelle édition contient un bonus inédit.

    Fucking Paradise Island, de Mila Jensen, premiers chapitres du roman.

  • Soit elle craque, soit elle l'étrangle. Il préfère l'option 1.

    Journaliste pour un grand magazine londonien, Galiane vient de recevoir une super promotion : sa propre rubrique !

    Seul souci : elle doit rédiger des articles sur le sexe et le plaisir... sauf qu'elle est toujours vierge !

    Quand Sedge, le meilleur ami de son frère, l'apprend, il commence par éclater de rire... avant de lui proposer de l'initier. Au désir, à la frustration, aux différents types d'orgasmes, aux sextoys...

    Galiane est réticente au début, mais elle n'a pas le choix : c'est ça ou elle perd sa place si chèrement acquise au sein du journal.

    Elle le déteste depuis toujours et pourtant elle se rend compte que son corps lui envoie un tout autre message. Elle crève de désir pour lui !

    Et ça, ce n'était vraiment pas prévu...

    ***

    - Tu veux quoi ?! demandé-je, peu aimable.

    Son petit air diabolique a le don de me mettre hors de moi.

    - Je veux te rendre folle, Lia. Tu sais que j'aime te titiller.

    - Tu m'emmerdes, Sedge ! Tu ne peux pas te trouver un autre punching-ball ?

    - Et me priver de nos joutes verbales ? Me priver de tes yeux rageurs ? Jamais ! J'aime trop ça pour arrêter ! Ça m'avait tellement manqué !

    Je hais ce mec !!!

    - Tu en es où avec ta nouvelle chronique ?

    Je soupire lourdement.

    - Tu m'as dit que tu voulais parler du désir ? me demande-t-il, curieux.

    Je le regarde, surprise. J'ancre mon regard qui crache du feu dans le sien, rieur.

    - Ta langue se délie quand tu es pompette, petite fouine.

    Je ne boirai jamais plus... Pourquoi lui ai-je dit ça ?!

    - J'irai voir sur Internet. Je vais bien trouver, fais-je en me dirigeant vers ma chambre afin de mettre un terme à cette discussion dérangeante.

    Je n'entends ni ne vois le corps musclé de Sedge se déplacer. Je le sens au moment où il plaque son corps contre le mien, m'emmenant buter contre le mur du couloir.

    Surprise, confuse et en colère, je redresse la tête. Nous n'avons jamais été aussi proches, lui et moi. Je sens ses muscles fermes et cela provoque en moi un trouble jusqu'alors inconnu.

    Ma respiration devient chaotique, mais c'est certainement dû à la colère sourde qui est prête à exploser s'il ne me libère pas très vite.

    Sedge appuie son corps un peu plus contre le mien. Sa chaleur m'envahit et me submerge.

    J'ai envie de remonter mes lunettes sur le nez mais il a agrippé mes poignets et les maintient plaqués contre le mur à hauteur de ma tête.

    - Dégage ! Tu fais quoi ? demandé-je avec rage, mais ma voix ne me semble pas aussi assurée que ce qu'elle devrait être.

    - Je vais te donner un aperçu du désir, Lia, dit-il d'une voix rauque et sensuelle. Tu n'as qu'à dire « non », et j'arrêterai.

    ***

    Initiation with my Enemy, de Camilla Simon, premiers chapitres du roman.

  • Il ne veut qu'elle. Il ne peut pas l'avoir.


    Donovan est un connard avec les femmes, il le sait et l'assume, et ses conquêtes savent qu'il ne leur offrira jamais plus d'une nuit. Il aime le sexe, les partenaires variées, multiplier les plaisirs et les orgasmes, et surtout ne pas s'engager.

    Jamais il n'a été déstabilisé... avant Penny. À leur première rencontre, elle lui balance son cocktail à la figure. À leur deuxième, elle l'envoie bouler sans cérémonie.

    Surpris qu'elle lui résiste, sous le charme, Donovan est décidé à la séduire !

    Mais la pétillante jeune femme pourrait bien le surprendre et le piéger à son propre jeu !

    ***

    La brune se tourne vers moi et m'adresse un regard hautain qui en temps normal m'aurait fait fuir. Mais je sais que derrière la froideur qu'elle m'offre, il y a le feu, celui-là même qui l'animait quand elle m'a découvert dans les toilettes du bar.

    - Je crois que l'on se connaît, ajouté-je en me penchant vers elle pour qu'elle m'entende.

    Son parfum me surprend, elle sent le sucre. Habituellement, les femmes préfèrent les senteurs fleuries, mais elle, on dirait un bonbon.

    - Je ne pense pas, me répond-elle froidement.

    - Si, et tu le sais aussi bien que moi. Je t'ai vue tout à l'heure et je sais que tu as aimé.

    - Tu te donnes une importance que tu n'as pas.

    - Tu parles, dis-je en riant, j'ai vu ton regard. Je suis certain que tu étais toute mouillée et qu'il n'aurait pas fallu longtemps pour que tu me rejoignes et te mettes à genoux à ton tour.

    Le feu est de retour dans ses yeux noirs, mais ce n'est pas la même lueur. Celle-ci est plus brutale.

    - Espèce de connard, crie-t-elle en me vidant son cocktail sur la tête.

    ***

    Donovan, roi des connards, de Lena K. Summers, premiers chapitres du roman.

  • Elle a envie de lui. Il a envie d'elle. Pour le reste, rien ne sera aussi simple !


    Leia Taylor est une femme forte et sûre d'elle. Elle a surmonté tellement d'épreuves par le passé qu'aujourd'hui elle se sent prête à tout affronter. Tout sauf Jack !

    Jack est dangereusement beau et pas vraiment prévu au programme. Son arrivée menace de faire exploser la vie entière de Leia.

    Et pourtant... l'attraction entre eux se fait peu à peu insoutenable. Mais s'ils craquent, ils devront en assumer les conséquences. De graves conséquences...

    Sauront-ils faire le bon choix avant qu'il ne soit trop tard ?

    Découvrez ou redécouvrez Imprévisible - Un peu, beaucoup, dangereusement ! de Sophie S. Pierucci, anciennement publié sous le titre Deep & Dark.

    Premiers chapitres du roman.

  • Sensualité, volupté... désastre assuré ?

    Iris est lumineuse, pleine de vie et curieuse. À travers ses photos, elle aime découvrir les secrets de ses modèles.
    Chris est aussi sensuel qu'énigmatique, et déteste qu'on cherche à entrer dans son univers.
    Leur première rencontre tourne au clash : Iris doit faire un reportage sur les oeuvres de Chris, il ne répond à aucune de ses questions et cherche à la faire fuir !
    Lequel des deux rendra les armes le premier ?
    Sensual Secret est une réédition de Touche-moi, et comporte deux bonus inédits.
    ***

    Personne ne m'avait encore jamais regardée comme il le fait. Il caresse mon dos de ses doigts et en profite pour dégrafer mon soutien-gorge. Ses mains glissent sur ma poitrine. Ses pouces caressent mes hanches jusqu'à ma chute de reins. Je frissonne... Aucun homme ne m'avait fait cet effet-là auparavant. Je pourrais le tuer s'il retirait ses mains. Il dépose doucement ses lèvres sur les miennes et se baisse sans me quitter des yeux pour enlever ma petite culotte. Je suis face à lui, nue, telle une de ses sculptures. La situation devrait me rendre vulnérable, pourtant je me sens sûre de moi. Puissante. Chris a ce don de me rendre forte. Je ne sais pas comment il fait ça, mais seul compte le résultat. Je suis une reine entre ses mains. Non, une impératrice. En fait, je suis tout ce qu'il voudra bien que je sois. Chris ne va pas sortir indemne de cette expérience. Moi non plus.
    - Tu es parfaite.

    ***
    Sensual Secret, de Lily Tortay, premiers chapitres.

  • Ne pas craquer, ne pas craquer... et merde.

    Depuis que sa mère est partie, Maze lui en veut à mort. Alors quand celle-ci l'invite à rencontrer sa nouvelle famille, elle voit rouge !

    Sauf que rien ne se passe comme prévu : sa mère est adorable, son nouveau mari charmant, ses demi-frères accueillants... surtout Cassius.

    Sexy, sûr de lui, taquin, il s'amuse à la pousser dans ses retranchements et à la faire sortir de ses gonds !

    Rien n'est possible entre eux, au risque de mettre en péril le fragile équilibre de la famille.

    Et pourtant, le goût de l'interdit n'a jamais été aussi savoureux...

    ***

    - Tu ne vas pas m'arrêter ? dit-il à mi-voix.

    - J'en suis totalement incapable.

    - C'est presque décevant, grogne-t-il avec un soupçon de sarcasme.

    L'impact est proche et, enfin, le tonnerre gronde. Avec force et détermination, sa main encadre ma nuque et m'approche urgemment de ses lèvres. Immédiatement, mes bras s'enroulent autour de son cou. Je ne le laisse pas mener ce baiser, et ce malgré la rage qu'il y met. Je me bats moi aussi, sans arme, à la seule force des sentiments puissants qui m'assaillent. Chaque assaut de ma langue est une délivrance, chaque mouvement de la sienne est une revanche. Je ne réfléchis plus, je vis, j'accepte et m'enivre de sentir sa hargne quand il encadre mon dos de son bras libre pour pulvériser le peu d'espace libre qui subsistait entre nous.
    Je voudrais lui hurler combien il m'a manqué, combien j'ai détesté me perdre, combien je me suis sentie vide sans lui, mais plus aucun mot n'a de place à cet instant. Seule l'expression de nos corps compte.

    ***

    Stepbrother. Ne me tente pas, de Sonia Eska, premiers chapitres du roman.

  • Craquer pour le meilleur ami de son frère ? Mauvaise idée ! Emménager avec lui ? Encore pire !

    Quand elle emménage dans la coloc de son frère et de la bande de potes de ce dernier, Scarlett sent qu'elle est foutue.

    Elle n'arrivait déjà pas à se sortir Nolan Jones de la tête en habitant à des milliers de kilomètres de lui, alors comment pourrait-elle l'oublier maintenant qu'elle est de retour à Boston, et surtout... qu'elle occupe la chambre juste à côté de la sienne ?

    Pourtant, son crush de toujours ne lui donne aucune raison d'espérer : il la taquine comme si elle était sa petite soeur !

    Elle sait qu'elle doit accepter qu'il ne la verra jamais autrement.

    Mais entre les soirées passées à se défier, les rapprochements troublants sur le canapé et l'étincelle nouvelle qu'elle décèle dans le regard de Nolan, ce « jamais » pourrait bien devenir un peu flou...

    ***

    - Pas de série ? lui demandé-je.

    Il rigole et attrape le plaid comme à son habitude pour le placer sur ses cuisses. Il lève une main, massant sa nuque un moment, et je regarde son biceps contracté.

    - Je peux faire une exception pour un épisode.

    - Petit joueur, me moqué-je.

    J'allume Netflix, essayant de refouler la joie intense qui déferle dans mes veines en le sachant avec moi ce soir.

    « Je ne crois pas qu'il puisse un jour ressentir ce que tu ressens. »

    Je déglutis, lançant Crash landing on You tandis qu'un noeud énorme obstrue ma gorge.

    - J'espère qu'ils vont enfin baiser.

    - Ta gueule, dis-je dans un sourire.

    Je l'entends rigoler et ses doigts glissent sur mes côtes dans un mouvement brusque et mesuré. Je sursaute face à la sensation très désagréable que ça provoque sur ma peau.
    - Arrête ça, le menacé-je. Pas touche aux côtes.

    Il ricane, replaçant son bras contre sa poitrine.

    - T'es une enfant.

    Je tape son bras.

    - T'es un connard.

    Il claque ma main. Je le fusille du regard, il explose de rire.

    - Petite peste.

    Cette fois, je me jette sur lui, fourrant mes mains dans son cou. Il est extrêmement chatouilleux et il baisse instinctivement son menton. Bloquant mes poignets alors que je continue de forcer le passage pour l'agacer, il finit par me repousser violemment. Tout son corps s'écrase contre le mien et ses bras s'allongent, emprisonnant mes poignets au-dessus de ma tête pour empêcher toute autre tentative de ma part pour le faire chier. Mes jambes sont écartées et j'ai une sensation très - trop - précise de son sexe sous son jogging.

    Il ne porte pas de caleçon.

    Son visage est à seulement quelques centimètres du mien et il sourit, l'air fier du vainqueur.

    - Tu ne fais pas le poids, ma petite.

    L'une de ses mains se détache de sa prise et il se redresse doucement. Un bras tendu près de ma tête, le second reste occupé à me maintenir dans cette position. Tous mes sens sont en alerte. Mon clitoris brûle, mes muscles me démangent et ma respiration devient difficile.

    ***

    Foutu coloc !, de Lou Garance, premiers chapitres du roman.

  • Un été pour se détester... ou se séduire ?

    Enfin l'été ! Avery attendait ses vacances avec impatience. À elle la plage, les sorties, les copines et surtout : la liberté !
    Sauf qu'un grain de sable imprévu vient tout bouleverser : Julian.
    Ce coloc imposé est arrogant, sexy et insolent au possible. Insolemment sexy, même.
    Entre eux, c'est électrique dès le premier jour !
    De défis sensuels en affrontements torrides, l'été s'annonce mouvementé !
    ***

    - Julian, je suis tellement contente que tu sois là !
    - Moi aussi, Sienna, moi aussi.
    Elle s'écarte pour me laisser entrer et mon sourire disparaît aussitôt.
    C'est quoi, ce bordel ?
    - Ah, Avery, je te présente mon petit frère, Julian. Julian, voici Avery, ma belle-fille.
    Putain de merde, sur toutes les filles de cette ville, il fallait que ça tombe sur la belle-fille de ma soeur.
    Je vois le visage de la fille se décomposer, toutefois elle se reprend très vite et s'approche comme si de rien n'était. Pourtant, elle se souvient de moi. Je le vois dans ses yeux lorsqu'elle les pose sur moi, il y a la même colère qui l'a envahie, la veille. En tout cas, moi, je ne l'ai pas oubliée, ses yeux, son caractère et sa façon de m'envoyer balader.
    Une fille aussi explosive, impossible de l'effacer de sa mémoire.
    - Enchantée, Julian, je suis contente de te connaître enfin, me dit-elle, avec une voix douce et assurée.

    Son visage se fend d'un sourire qui pourrait sembler sincère. Elle me tend la main que je serre aussitôt. Sa peau est aussi douce que ses paroles sont piquantes, tout ce que j'aime chez une fille. Je lui rends son sourire de façade, tout en m'attardant sur sa poignée de main, je sais bien que ça va la mettre mal à l'aise, je peux lire en elle si facilement.
    - Moi aussi, je suis très content.
    Je garde le même ton détaché qu'elle et vois que cela la surprend.
    Avery retire rapidement sa main comme si le contact de ma peau la brûlait. Elle se recule et fait un grand sourire à Sienna qui reprend à notre attention :
    - Je suis vraiment heureuse que vous vous rencontriez enfin. On va passer un super été tous ensemble !
    Alors que Sienna passe son regard de sa belle-fille à moi, Avery fait un léger signe de tête tandis que je réponds :
    - Oui, je sens que je vais être bien ici !
    Je fais un clin d'oeil discret à Avery qui devient rouge pivoine. Mais je n'ai pas le temps de continuer mon petit jeu qu'elle s'est déjà enfuie à l'intérieur de la maison.

    ***

    So Bad !, de Rose Miller, initialement paru sous le titre Sexy Summer - Mon coloc et moi, premiers chapitres du roman.

  • Il n'a rien à lui offrir. Elle va tout lui donner.

    Ariel s'apprête à vivre le meilleur été de sa vie : deux mois de camp en pleine nature avec ses deux meilleures amies. Le rêve !
    Sauf qu'un imprévu vient tout chambouler dès le premier jour : Ambros.
    Il est sombre, arrogant, sûr de lui et collectionne les conquêtes : tout ce qu'Ariel déteste !
    Et il a décidé d'entamer avec elle un jeu délicieux : il est le chat, elle est la souris...
    ***
    Je ne l'entends pas bouger et pourtant je sens bien qu'il s'est déplacé. Un peu comme une intuition quand on sent le danger arriver. Soudain, son souffle chaud caresse l'arrière de ma nuque.
    - Je te rends nerveuse, Ariel ? chuchote-t-il tout près de mon oreille.
    Tout mon corps réagit. Un violent frisson se répand sur ma peau. Son regard me brûle le dos et son parfum envoûtant achève de court-circuiter mes pensées. Ma poitrine se soulève au rythme de ma respiration irrégulière, haletante, comme si l'air se raréfiait.
    - Tu as cette affreuse manie de me dénicher aux moments où je souhaiterais rester caché, susurre-t-il d'une voix basse et traînante, presque hypnotique.
    - Je ne t'ai pas cherché... Et c'est Riel.
    - Mais pourtant tu m'as trouvé, Ariel, dit-il en insistant lourdement sur l'entièreté de mon prénom.
    Son timbre grave, tout contre mon oreille, provoque au creux de mon bas-ventre un fourmillement. Une délicieuse sensation lancinante que je peine à faire refluer. Ce constat me déstabilise et, avant même que je parvienne à l'analyser, il se recule et reprend d'une voix plus détachée, comme si rien ne s'était passé.
    - Que fais-tu là ?
    - Je...
    Mes mots restent en suspens quand il vient se planter devant moi et plonge son regard troublant dans le mien. Je prends une grande inspiration et réponds avec une assurance toute feinte.
    - Ma corvée. Je dois ranger et rincer les gilets.
    - Où est ton binôme ?
    - Évaporé.
    Il m'observe encore une fraction de seconde, fronce les sourcils et réplique d'un ton agacé :
    - Mmmh... Je vois... Je vais t'aider.
    Quelque chose me dit que ce n'est pas par pure bonté de sa part.
    - Pourquoi ? Pourquoi tu veux m'aider alors que de toute évidence tu prends plus de plaisir à me provoquer ?
    Un sourire étire le coin de ses lèvres tandis qu'il s'adosse à l'un des piliers.
    - Parce que j'ai hâte de te voir te déshabiller.
    - Me... déshabiller ? explosé-je. Tu ne manques pas d'arrogance ! Si tu penses que je vais me désaper pour toi, tu te fais des idées.
    - Et pourtant, Ariel... C'est ce qui va arriver. Dans peu de temps ton tee-shirt sera à tes pieds, et moi... je pourrai contempler chaque parcelle de ce corps qui ne demande qu'à être dévoilé.
    ***
    Summer Secret, de Mag Maury, premiers chapitres du roman.

  • Ils se détestent. Ou presque.
    Amber est indépendante, libre, et refuse toute forme d'attachement. Elle aime le sexe et les relations sans lendemain et surtout sans prise de tête !
    Mais ses certitudes n'ont aucun poids face à Sam. Sombre, torturé, déterminé, il la rend dingue... et pas que de désir.
    Et le pire, c'est qu'elle va devoir cohabiter avec lui : un mystérieux ennemi la menace, et elle a besoin d'un garde du corps, que ça lui plaise ou non.
    Deux options : soit ils s'entretuent, soit ils se sautent dessus !

    ***

    - Dégage de chez moi, Sam?!
    - Tu me vires?? Vraiment??
    /> Sam se rapproche de moi et me toise avec ce petit air condescendant qui me hérisse le poil. Je suis médecin, audacieuse et téméraire. Pourquoi je perds mes moyens sous le regard ténébreux de ce connard??
    - Je suis chez moi, je te rappelle?! asséné-je dans un grondement hostile.
    - Sûr que je suis mort de trouille, se moque-t-il en retour.
    - Je pourrais rameuter les flics, me renfrogné-je illico.
    Sam éclate de rire et enroule une de mes tresses autour de son index par pure provocation. De près, l'odeur de sa peau est un délice de fraîcheur. Mon épiderme me tiraille un peu plus, ce qui fait monter ma mauvaise humeur en flèche.
    - T'es mignonne quand tu es en pétard, tu le sais?? On dirait un chaton qui sort ses griffes. Très sexy?!
    - À quoi tu joues?? feulé-je en reculant d'un pas.
    - Moi?? Mais je ne joue pas. Je remarque juste que tu portes une bien jolie parure de soie pour une fille qui traîne un samedi soir chez elle.
    Je résiste à l'envie de croiser les bras sur ma poitrine.

    ***

    Sulfurous bad Boy, de Laura Black, histoire intégrale.

  • Imposant, sexy, arrogant... il a tout pour lui plaire... mais c'est son demi-frère !

    À la demande de son père gravement malade, Alison part sur les traces de son demi-frère caché.

    Elle le retrouve en Écosse, vivant dans un manoir tout aussi imposant que lui, entouré de légendes terrifiantes.

    Archibald est imbuvable, dominateur, ultra sexy... et bien plus encore. Mais toute attirance est aussi impossible qu'interdite !

    Alors Alison calme ses ardeurs et essaie d'apprivoiser ce colosse pour sauver son père d'une mort certaine.

    Entre manipulations, obstacles impromptus, familles ennemies et passion débridée, seuls le temps et le destin décideront de leur sort.

    ***

    Un souffle chaud s'abat dans mon cou et je pivote dans un cri.

    Ses iris de glace harponnent les miens et je me ratatine sous leur assaut. Archibald me scrute de toute sa hauteur et je réalise que d'une simple main il pourrait me briser en deux. Il porte à merveille son surnom de Colosse.

    - Je suis l'opposé d'un romantique ou de quelqu'un de bien. Quant aux rumeurs à mon sujet, je les connais et les assume, miss Macdonald. Nom de famille captivant par ailleurs.

    J'émets une sorte de gargouillis incompréhensible. Il s'esclaffe.

    - Je ne compte pas vous manger.

    - Oh, euh, tant mieux.

    - Pas tout de suite en tout cas.

    - Pas tout de suite ?

    Un demi-sourire carnassier étire ses lèvres ourlées.

    - Pas tout de suite, répète-t-il, ténébreux. Aujourd'hui, je n'ai pas le temps pour vous. Soyez présente demain matin à 8 heures précisément et je m'occuperai de votre cas.


    ***

    Colosse. Le maître du jeu, d'Anna Wendell, premiers chapitres du roman.

  • Il est habitué à enchaîner les trophées, mais elle ne va pas se laisser faire?!

    Troy est pilote de course. Déterminé, arrogant, il est sûr de lui et les femmes défilent dans son lit?! Mais un soir, l'une d'entre elles lui résiste malgré le baiser torride qu'ils échangent.

    Quand quelques jours plus tard, il recroise l'inconnue, il tombe des nues. Hope n'est autre que sa nouvelle collègue, et la nièce de son patron d'écurie?! En plus de ça, leur contrat leur interdit toute relation amoureuse?!

    Mais c'est déjà trop tard, il l'a goûtée le temps d'un baiser, l'attirance est là. Comment oublier?? Comment lutter??

    Troy ne veut qu'elle et il n'est pas du genre à abandonner avant la victoire...

    ***

    - C'est comme ça que tu t'y prends pour charmer?? Tu complimentes sur le rire particulier et tu t'attardes du regard sur les cicatrices??

    - D'ordinaire, non.

    - Qu'est-ce que tu fais alors??

    - Eh bien après une super conversation sur les arbres à chats, je propose une danse et si la fille est intéressée, je lui montre à quel point je suis doué avec ma langue, avec mes doigts et avec tout le reste...

    Elle commence à vouloir rire, mais elle plaque une main sur sa bouche pour s'en empêcher. Elle est sûrement pleinement consciente que son rire est bizarre et évidemment, avec ma réflexion à deux balles, elle se retient d'être elle-même. Je n'aime pas ça.

    - Mon Dieu, ce que tu peux être arrogant?!

    - Je suis honnête et confiant, il y a une différence.

    - Un peu comme ces voitures qui affichent un compteur pouvant aller jusqu'à 230 mais qui se mettent à trembler à peine passée la barre des 100?? Que des promesses...
    Je ne peux m'empêcher de rire à cette comparaison. Elle est bien la première femme que j'entends faire de l'humour en utilisant les voitures. Alors forcément, elle m'intrigue.

    - Je te promets que je peux atteindre les 230 sans trembler et même plus encore.

    ***

    The Most Insolent Man, de Jeanne Pears, premiers chapitres du roman.

empty