JePublie

  • CAHIER 17:OISEAUX DE MEIS

    CAHIER N

    Qu'il est beau, qu'il est doux d'aimer... L'amour, l'amour, le grand Amour... Tout le monde le cherche plus ou moins, mais finalement, existe-il vraiment ? René Son nous propose un petit ebook original qui se lit facilement et qui pe

  • Procédure de secours

    François Gagol

    Dans le parachutisme, quand son parachute s'ouvre mal ou qu'il y a un problème sur la voile, il faut faire une PDS (une procédure de secours), c'est-à-dire libérer son parachute initial et déclencher le parachute de secours...

  • Tu iras sur la Terre

    François Gagol

    L'auteur nous propose un petit recueil intéressant montrant en fait toute la difficulté à vivre parmi ses semblables et à se méfier du loup déguisé en agneau...

  • En passant

    François Gagol

    Vous avez le blues, l'auteur vous propose un peu de "swing" avec quelques réflexions intéressantes sur la mélodie de votre humeur...

  • Overdose

    François Gagol

    Au fil du temps, on se rend compte qu'il semble toujours nous manquer quelque chose. Cela ne cacherait-il pas autre chose ? De quoi aurions-nous vraiment besoin pour ne plus être en « overdose de manques » ?...

  • Sans toi

    François Gagol

    Quand il y a un dérapage dans une relation amoureuse, une brisure voire une cassure, il n'est pas toujours facile de trouver les mots pour essayer de renouer.

    L'auteur, par le biais d'une cinquantaine de phrases, propose un petit ebook qui peut servir de modèle ou simplement donner quelques idées... éventuellement...

  • les religions ont parfois des allures de "Jacques a dit". Faut-il croire aveuglément à une religion ? Un petit recul semble nécessaire pour vivre harmonieusement sa foi avec autrui au XXIème siècle. Comment aller plus près de Dieu, d'

  • Oh mon bateau

    François Gagol

    Quand le temps des bonnes résolutions est venu, souvent cela ne dure pas très longtemps. On pourrait se demander pourquoi. Qu'est-ce qui n'a pas marché ? Quelle erreur avons-nous fait ? Aurions-nous sous estimé la difficulté ? Quelle

  • Jojo la star

    René Son

    Vas-y Jojo ! C'est toi le meilleur...



    René Son nous propose un petit texte humoristique qui ne manque pas de piquant pour souligner un comportement plutôt étrange...

    Si l'on y réfléchit un peu, les Jojo, il y en a un peu partout... Et qui dit Jojo, dit aussi José...



    Derrière ce petit ebook sympathique se pose une question fondamentale : Quel regard porter sur l'autre ?

  • Connaissez-vous Dieu ?

    René Son

    Quelques lignes qui se lisent facilement...



    Quelques lignes qui quelque part interpellent...

  • Ne dites pas mais dites !

    René Son

    Parfois il suffit de voir les choses légèrement différemment pour prendre un chemin différent...



    Sans vouloir du tout tomber dans la « leçon de moral », René Son nous propose un petit ebook convivial et agréable à lire.

    Sans vouloir nous faire prendre des vessies pour des lanternes, son regard nous invite à nous questionner, à relativiser et à positiver.

  • Notre ancêtre lointain vivait heureux depuis des millions d´années, caché dans les arbres de la jungle africaine. Puis un jour, trouvant ennuyeuse cette inactivité insouciante, il en est descendu pour voir ce qui se passait en bas. Le pauvre, il ne savait pas quelle aventure l´attendait !
    Il dut marcher à deux pattes pendant plus de trois millions d´années pour arriver enfin dans les régions accueillantes de l´Égypte et de la Mésopotamie, où ses croyances, ses ambitions et son désir de créer se réveillèrent et se développèrent. La grande aventure de l´humanité était lancée. Rien ne pouvait plus l´arrêter.
    En quelques milliers d´années, les descendants de l'Australopithèque se dispersèrent sur toute la surface de la Terre. Des peuples, des États et des empires naquirent et s´entretuèrent.
    Les peuples sédentaires développèrent des civilisations extraordinaires en Égypte, en Mésopotamie, en Inde et dans les îles méditerranéennes, alors que les aventuriers parcouraient le monde, cherchant ailleurs leur bonheur. Beaucoup plus tard, nombre d´entre eux revinrent vers leur point de départ par hordes d´invasions, puis s´y installèrent défi nitivement, ou disparurent.
    Toutes les grandes civilisations disparurent, mais on retrouve leurs traces, encore aujourd´hui, après plusieurs milliers d´années.
    Les guerres pour dominer les autres se poursuivirent sans fin. Les arts et les sciences connurent un développement continu incroyable. L'homme arriva dans l´espace, puis sur la Lune. Mais cela ne lui suffit plus, il veut aller encore plus loin ! Qu´est-ce-qui l´arrêtera un jour, lexplosion de la Terre ?
    Peut-être, notre ancêtre aurait-il mieux fait de rester sur son arbre.

  • De nos jours, tout semble être de plus en plus aléatoire et aller de plus en plus vite. On ne vit plus, on avance...
    La société peut se voir comme une "masse sombre " qui englobe la population et la dirige comme bon lui semble au gré de ses humeurs. Nous perdons de plus en plus la maîtrise de notre destin et devenons aigris face aux difficultés et à notre impuissance croissante.
    L'auteur nous propose un petit ebook, court mais assez pertinent, sur le responsable de beaucoup de nos problèmes et de nos tourments.

  • Double Space-time

    Claude Daviau

    Amongst novelties in this book:
    - A better wave equation for the electron, without negative energies, - the complete resolution for the hydrogen atom, - the invariant form of the wave equation, - the Lagrangian density as the scalar part of the invariant equation.
    - A greater group including the Lorentz restricted group.
    - Two space-time varieties, and the wave as a link between.
    - A simple explanation to the existence of three generations.
    - The invariance of all the electromagnetism.
    - The electromagnetic wave as the wave of the photon.
    - The wave of a system of electrons in the usual space-time.

  • Le vide

    Cyrille De L'Irréel Olou

    Le Vide étant un livre entièrement blanc, vous trouverez ci-dessous un texte rédigé par l´auteur et présentant sa démarche philosophique.


    Le Vide (Explication, commentaire et illustration) par Olou Cyrille De l´Irréel Le vidisme ne serait rien d´autre que cette théorie selon laquelle l´univers matériel, l´univers intelligible, l´univers réel, l´univers irréel, l´homme et toutes les autres choses seraient des vidéïtés. En fait, il n´y aurait que le Vidisme qui ne serait rien d´autre que l´absence d´être et de non-être, d´étant et de non-étant, d´existence et de non-existence, d´existant et de non-existant, du tout et du rien, de scepticisme et d´optimisme et même l´absence de l´absence de tout cela mais l´extrême ou la totale présence du Vide. Autrement dit, le Tout serait l´univers et l´univers serait le Tout. Le Vide ne serait donc pas le rien puisqu´il serait le Tout, et l´univers du Vide extrême ou total ne serait pas vide puisqu´il serait rempli de vides : le Vide ne serait pas vide. Cette thèse, dont l´aboutissement serait attestée par la loi philosophique de l´expulsion rationnelle et expérimentale, demeurerait tout de même méthodique car, l´objectif du vidisme comme théorie de la connaissance, en soutenant et en démontrant rationnellement l´Inexistence (objective et subjective) de l´univers (matériel ou spirituel, réel ou irréel, transcendant ou immanent) et de tout ce qu´il contiendrait, et par là l´Existence de l´univers du Vide extrême et total, serait de rationéliser ou de dédogmatiser totalement la connaissance mais aussi la morale en les fondant sur le Vide. En effet, la science et la morale, en tant que structures du rationnel et non du religieux, n´auraient pas de fondements, comme en auraient le religieux ou le dogmatique. Il faudrait ôter à la science et à la morale, qui seraient toutes deux du domaine du rationnel, tout fondement puisque fonder signifierait dogmatiser et dogmatiser signifierait imposer. Quand on fonderait, on figerait à jamais. Or, cela ne serait pas du rationnel. Mais que serait fonder la connaissance et la morale sur le Vide ?
    Fonder la connaissance sur le Vide serait sortir du vidisme pour lui attribuer un objet et un sujet possibles. Un objet et un sujet possibles, cela signifierait qu´il s´agirait d´un objet et d´un sujet d´une connaissance dont les existences seraient possibilisées, rationélisées. Possible serait ici synonyme de rationnel et en aucun cas de probable. Il serait simplement contraire de dogmatique et nullement de impossible ; il ne serait donc ni sceptique ni cartésien puisque le doute sceptique et le doute cartésien seraient d´un autre ordre qui serait celui du dogmatisme en général...
    Cet objet et ce sujet, en tant que possibles rationnellement, en tant que maçonneries de la nouvelle science (l´Anthrosophie, la Vidilogie ou la Vidisophie ; science de l´homme et de l´univers en tant que Vides et non celle de l´homme et de l´univers en tant que corps ou esprits, matières ou pensées, réalités ou irréalités, transcendances ou immanences, êtres ou non-êtres), seraient des semelles rationnelles de la connaissance car ils ne seraient pas figés, dogmatiques. L´esprit de la connaissance se percevrait et percevrait son objet comme quelque chose de possible rationnellement. D´où la nécessité, pour lui, de se penser et de le penser, de s´exprimer et de s´exprimer conditionnellement, rationnellement. D´où la nécessité du conditionnalisme ou du rationélisme comme nouveau langage scientifique. Employant ce langage, la science se libèrerait de son ancien langage dont l´exercice impliquerait l´usage dogmatique du présent, du passé et du futur. Ce serait le paradigme dogmatique et philosophique du « est », de l´« était », du « sera », de l´« ai », de l´« avait » et de l´« aura » qui aurait été suppléé au paradigme rationnel et anthrosophique du « serait » et de l´« aurait ». Ce conditionnalisme anthrosophique ne serait pas un doute sceptique ou un doute cartésien mais un doute vidiste sans objet et sans sujet. L´anthrosophe ne douterait de rien, mais il douterait tout de même.

  • à toi

    François Gagol

    Il n'est pas toujours facile de déclarer sa flamme à la personne qui fait battre son coeur un peu plus fort. Ci joint une cinquantaine de phrases bien tournées, qui pourraient vous surprendre et vous donner éventuellement des idées...


    Note particulière de l'auteur Bien que beaucoup de femmes soient très jolies, j'ai une tendresse particulière pour Laura Smet... Alors, sait-on jamais, on peut toujours rêver... Comme dirait un certain présentateur : Laura, si tu m'entends....

  • Et si ?!

    François Gagol

    Et si la vie sur la Terre n'était qu'une simple expérience, une expérience à vivre...
    Et si tous nos soucis, nos « souffrances » n'avaient pour but que de « rallumer nos vies »...
    Et s'il fallait voir plus grand, beaucoup plus grand...
    Et si la vie avait une musique, pourvu que l´on tende l´oreille...

    L'auteur, par le biais d'un petit questionnement d'une cinquantaine de phrases, sème le doute dans notre esprit cartésien et nous amènerait presque à reconsidérer notre regard sur la vie...

  • Autour de la sédation en fin de vie Réflexions éthiques d´un groupe pluridisciplinaire sur les représentations de la sédation L´introduction du midazolam dans les traitements de soulagement de la fin de vie pose autant de problème qu´à son époque l´introduction de la morphine. Prescription banalisée ou insuffisante ? Que met-on derrière les mots et derrière les pratiques ?
    Une enquête menée auprès de professionnels et de non-professionnels nous a permis de mettre en évidence la confusion entre les termes « sédation » et « euthanasie ». Dans les « représentations de la sédation » dont font état les enquêtés, l´euthanasie n´est pas entendue au sens « juridique » mais au sens étymologique de mort douce, paisible... ainsi toute mort apaisée médicalement relèverait de « l´euthanasie ».
    La question de l´intention disparait ainsi au profit de la représentation...

  • Chers lecteurs, Je suis heureux de partager avec vous mon histoire.
    J´ai longtemps souffert de nombreux problèmes de santé sur lesquels aucun diagnostic précis ne savait être posé. J´ai dépensé beaucoup d´énergie pour savoir, comprendre pourquoi mon corps, soudain, n´était plus celui que je connaissais. J´ai affronté les médecins, leur incompréhension, leur arrogance parfois, et j´ai plus souvent dégringolé des marches que je n´en ai montées. Depuis quelques temps, j´ai tout de même été diagnostiqué porteur de la maladie de Lyme, maladie bactérienne essentiellement transmise par les morsures de tiques.
    Malgré ce diagnostic, j´ai dû continuer à lutter. Les établissements de santé, le personnel médical ne comprennent toujours pas à quel point ma situation est difficile. Leur attitude est due au fait que cette maladie est très peu connue en France mais aussi que le corps médical ne cherche pas à la connaître. Ainsi je me suis senti rejeté, résolu à prendre des traitements qu´on me donnait en désespoir de cause. Aujourd´hui j´ai toujours espoir même si désormais je me déplace difficilement, parfois en fauteuil roulant.
    J´ai toujours espoir et j´ai toujours l´envie de dire, de raconter cette omerta qui règne autour de Lyme, cette maladie qu´on décrit comme la maladie infectieuse qui croît le plus rapidement à travers le monde. Ce livre est un moyen d´alerter et d´informer le grand public, d´interpeller les sphères politique et médicale, afin que soient proposées des solutions à ce problème grandissant. Certains chercheurs ont émis l´hypothèse que cette bactérie pourrait se transmettre de la même manière que le VIH. Il est clair que nous serions alors devant un nouveau fléau sanitaire. Mon but n´est pas de provoquer la psychose. Je pense simplement qu´il est temps d´en parler.
    Sincères salutations, Mathieu.

  • Une rivalité éternelle

    Zoe Sullivan

    Grégoire Degrenne a une réputation terrible dans les affaires, on le dit froid et sans coeur. Quand il s'approprie la fortune et le domaine familial de Camille Ducerf, cela ne surprend personne. Tous deux ne sont pas des inconnus l'un pour l'autre : leurs familles sont ennemies depuis des générations.

  • Seulement pour toi

    Zoe Sullivan

    Se préoccuper des garçons ? Perdre du temps avec eux plutôt que travailler ? Cela n'est pas intéressant pour Sybille, qui, à vingt-deux ans, dirige deux entreprises, décroche des prix prestigieux, tout en menant en parallèle ses études de commerce. Rien ne destinait la jolie blonde surdouée à croiser le chemin d'Alexandre, le capitaine de l'équipe de natation de l'université où elle étudie. Pourtant, ils vont se rencontrer.

  • Olivia n'aurait jamais cru vivre une telle aventure en acceptant un poste de gouvernante au manoir Risserand. Guillaume Risserand est un trentenaire riche et séduisant à la tête d'entreprises florissantes. Mais ce veuf convoité est aussi un homme tourmenté par de lourds secrets. Quant à la jeune femme, les raisons de sa venue dans cette région du Doubs restent assez mystérieuses.

empty