OXYMORON Éditions

  • Le Grand Maître, mystérieux chef d'une bande ayant des ramifications et une puissance jusque-là insoupçonnées, cherche à se procurer les plans d'un lance-torpilles.
    Pour ce faire, l'un de ses hommes parvient à embrigader un employé du ministère de la Marine.
    Or, très vite, ses agissements alertent le service de contre-espionnage et Daniel MARSANT est chargé de mener son enquête.
    Une lutte à distance va alors s'engager entre le Grand Maître et Daniel MARSANT, mais ce dernier est loin d'imaginer tous les moyens que son ennemi est prêt à mettre en oeuvre pour arriver à ses fins...

  • Le document 3136

    Jose Moselli

    Césaire RABASCASSE, un Gascon et son collègue Tom BROWNING, un Américain, viennent d'ouvrir, à Paris, leur cabinet de détectives : « Browning & C° ».
    Les clients se font rares et ils se trouvent rapidement incapables de régler le terme du loyer des bureaux.
    Un matin, Fordier, un ami d'enfance de RABASCASSE, travaillant au ministère de la Marine, le prévient que les plans d'un sous-marin secret ont été volés.
    RABASCASSE et BROWNING voient là une belle occasion d'aider la patrie, de toucher une forte prime et d'assurer leur publicité, s'ils parviennent à mettre la main sur les documents disparus.
    Mais la tâche ne va pas être aussi simple qu'ils l'espéraient...

  • Jack DESLY, cambrioleur de son état, durant ses moments de repos, s'adonne à une peu ordinaire gymnastique de l'esprit pour se détendre : lire la rubrique des « Petites Correspondances » du journal et imaginer qui et quel drame se cachent derrière les annonces.
    Ce jour-là, c'est un entrefilet qui retient son attention : « Prière d'indiquer si les tulipes sont vendues ».
    Étrange cette histoire de liliacées, d'autant que la fleur, il en est sûr, a déjà été évoquée dans les éditions précédentes.
    Aussi, quand l'auteur des missives répond et donne rendez-vous le soir même dans un hôtel, Jack DESLY, attisé par la curiosité, décide de s'y présenter...

  • La carrière du commissaire JÉRÔME est retracée à travers 26 enquêtes.

    Maurice RENARD (1875 - 1939), écrivain connu et reconnu pour ses oeuvres d'anticipation, n'hésita pas, toute sa vie, à se confronter à divers genres et formats littéraires.
    Comme de nombreux auteurs de son époque (Colette, H.-J. Magog, Tristan Bernard...), il alimenta la chronique « Les contes des mille et un matins » du journal Le Matin, pendant plus d'un quart de siècle.
    Durant les dernières années de cette participation, il développa le personnage du commissaire JÉRÔME dont ce recueil vous propose de découvrir les aventures...

  • Le corps d'un jeune homme est découvert sur une plage de Bandol.
    On ne trouve sur lui qu'une forte somme d'argent.
    Une tache de sang est repérée sur le pont d'un petit yacht appartenant à riche héritière très courtisée.
    Le commissaire BENOIT, chargé de l'enquête, parvient grâce à elle à identifier la victime, il s'agit de son fiancé.
    Dès lors, un mobile se dessine : l'envie d'un prétendant vénal de se débarrasser d'un rival.
    Mais le commissaire BENOIT, rapidement, constate que chacun des suspects se cache derrière des apparences trompeuses et que ce crime n'est que l'acte liminaire d'une longue lutte qu'il devra engager face à un ennemi très puissant...

  • Prosper Meunier est un pickpocket de talent qui peut toujours faire confiance à son sixième sens, au point que, lorsqu'une impression lui trotte dans la tête, il lui obéit sans réfléchir.
    C'est ainsi qu'après une bonne journée de travail, son instinct lui dit de mettre son portefeuille bien rempli dans la poche arrière de son pantalon plutôt que dans celle intérieure de sa veste, comme de coutume.
    Dans le métro, il en profite pour voler un portefeuille dans le sac d'une jeunette qui présente bien. À l'écart, Prosper constate que le portefeuille est bien garni, pour cause, c'est le sien que la dame venait de lui barboter.
    Son intuition lui aurait-elle fait défaut ? Non, il en est sûr, le destin a mis cette voleuse sur son chemin. Aussi, décide-t-il de la retrouver pour lui proposer de devenir sa partenaire. Mais ce genre de relation peut être très rentable, ou peut, tout aussi bien, coûter très cher...

  • Au journal « Le Phare de la Femme », la préposée aux petites annonces est intriguée par un personnage qui vient déposer le texte suivant : « Papillon Rose peut revenir. Gros rat noir n'a rien vu. » Quand l'étrange individu revient passer un message plus insistant, signé « Petite fleur bleue », la curiosité de la secrétaire redouble, s'imaginant une embrouille dans un couple. Mais le duo amoureux devient vite trio lorsqu'un jeune homme intervient à son tour avec un communiqué venant de « Papillon Rose ». La brouille aurait-elle tourné au drame ? Toujours est-il que le Papillon a été épinglé en plein coeur à la sortie des locaux du magazine. Mme Ophélia, la directrice, n'a d'autre choix que de prévenir la police de l'insolite échange épistolier dont son média a été le témoin. Le commissaire Serge Vorgan est alors chargé du dossier et son flair légendaire le pousse à penser que l'affaire dépasse de loin le cadre banal du simple crime passionnel...

  • L'Hôtel Drouot organise la vente des biens d'un défunt diplomate amateur de peintures dont quelques toiles de maîtres.
    Quand vient le tour d'une vulgaire croûte, un cercle chromatique né de la main même du collectionneur, plusieurs acheteurs rivalisent d'enchères pour tenter de l'obtenir.
    500 000 francs ! Pour un barbouillage sans valeur !
    Le commissaire Larbart, présent dans la salle, ne parvient pas à y croire. Pas plus que ce qu'il voit en sortant du bâtiment : le nouveau propriétaire du « cercle rouge » gisant au pied de l'escalier un poignard fiché dans le dos...

  • Les bijoux de lady Desmond ont été volés dans sa résidence londonienne.
    Le détective Ned BURKE, chargé de retrouver les joyaux et prévenu par un de ses indicateurs que le cambrioleur cherche à fourguer son butin à New York, se rend sur place.
    S'il déniche les pièces les moins précieuses chez un receleur, le ruffian, lui, a déjà mis les voiles.
    Ned BURKE s'embarque alors pour le Vieux Continent, supposant que sa proie va en faire autant.
    Sur le paquebot le ramenant en France, Ned BURKE rencontre un riche yankee de ses connaissances et un mystérieux marquis italien qui tente de séduire la fille du milliardaire...

  • Tancrède ARDANT, cambrioleur mondain, traverse, la nuit, le parc du château de Labrouhe afin de se rendre dans les murs pour mettre la main sur un coffret d'émeraudes.
    Un bruit attire soudainement son attention. Une femme pâle, effrayée, fuit les ruines d'une maison jadis brûlée.
    Curieux, Tancrède inspecte les décombres et ne tarde pas à trouver le corps jeune fille morte étranglée.
    Malgré cette découverte, il décide de mener son but à bien et se faufile dans la demeure seigneuriale pour s'approprier les bijoux.
    Alors qu'il vient d'accomplir sa mission, un flot de lumière envahit la pièce : celle qui, tout à l'heure, courait, apeurée, le braque avec un revolver...



  • LE PORTEFEUILLE DE CUIR DE RUSSIE


    Elsa van LAËGHELS est surveillante dans une pension de jeunes filles en Angleterre quand un vol est commis. L'armoire de la maîtresse de musique est fracturée et son portefeuille contenant toutes ses économies a disparu.
    Les soupçons se portent rapidement sur la rustre servante d'autant que tout la désigne comme la coupable.
    Elsa van LAËGHELS, persuadée de l'innocence de la femme de service, va trouver là l'occasion de résoudre la première d'une longue série d'enquêtes...



    UNE AFFAIRE BIEN PARISIENNE


    À la sortie de la pension où elle était surveillante, la jeune Elsa van LAËGHELS enchaîne les petits boulots qui ne lui rapportent pas grand-chose.
    Lasse de travailler pour une misère, la détective en herbe s'intéresse à un vol de bijoux qui a eu lieu à Paris. On soupçonne les malfaiteurs de s'être rendus en Angleterre pour écouler leur butin.
    Elsa van LAËGHELS voit là une occasion de mettre à l'épreuve ses talents d'enquêteur tout en touchant une prime fort intéressante...



    LE RUBIS DE BUCKINGHAM


    Sur le parvis du théâtre, Lady Farghwar se rend compte que sa somptueuse parure de bijoux n'orne plus son cou.
    Persuadée qu'elle l'avait encore durant la représentation, le vol n'a pu se dérouler qu'à la sortie des loges.
    Deux jours plus tard, Elsa van LAËGHELS, la célèbre détective, se présente chez Lady Farghwar, pour lui proposer ses services...

  • Casimir Prudent est tranquillement à la maison lorsque quelqu'un frappe à sa porte. Il ouvre. Un Chinois s'écroule dans ses bras tandis qu'un homme, plus loin, saute dans une auto en lui disant qu'il va chercher un docteur.
    Après quelques minutes, une jeune femme essoufflée et apeurée débarque chez Casimir Prudent en lui expliquant qu'elle est poursuivie par un individu d'origine asiatique...

  • J'ai été témoin d'un crime.
    L'affaire a fait beaucoup de bruit à l'époque où elle a été découverte. « Le mystère de la troisième blessure » a intrigué les foules. Il n'a d'ailleurs jamais été éclairci.
    Nous sommes deux à connaître le mot de l'énigme : moi et mon vieil ami Jules TROUFFLARD, commissaire de la Brigade Mobile... et bientôt, vous !

  • Marc Bigle, petit pion parisien sans le sou, vient de perdre son emploi. Sa dernière chance de subsister réside dans un piteux poste de 4ème clerc de notaire dans le cabinet de province de Maître Duvaillant.
    À peine débarqué par le train, il se précipite au cabinet dans l'espoir de se présenter avant la fermeture de l'office.
    Sur place, la chance semble lui sourire puisque la porte de l'étude n'est pas close, bien qu'il n'y ait personne à l'accueil. Dans le bureau attenant, Marc Bigle découvre le corps sans vie de Maître Duvaillant affalé sur son bureau, un trou dans la tempe, le visage écrasé sur sa lettre de suicide.
    La raison du geste funeste ? Le notaire a pioché dans les fonds de ses clients pour entretenir une jeune femme de Lyon.
    Le premier effroi passé, Marc Bigle constate que le coffre-fort du défunt est demeuré ouvert et qu'il contient une confortable somme d'argent.
    Que va-t-il faire ?

  • Le Bouddha vivant

    H.J. Magog

    Sylvette, Jacques et Fred, trois Français, se rencontrent lors d'un tour du monde en dirigeable.
    Alors que l'appareil est en vol stationnaire prolongé au-dessus des montagnes du Thibet, le temps de réparer une avarie, le trio entreprend de se dégourdir les jambes sur le plancher des yacks.
    En se promenant, au fond d'un ravin, ils découvrent un grand panier accroché à une corde, elle-même suspendue à une poulie fixée en altitude, devant une excavation.
    Curieuse, Sylvette décide de grimper dans la nacelle qui s'élève immédiatement. Là-haut, la demoiselle à la surprise de se retrouver devant un jeune moine qui, dans un français parfait, lui affirme être le bouddha vivant...

  • Le capitaine Delperaux, grand blessé de guerre, est devenu fondé de pouvoir de l'Association des Blessés Internationaux de Guerre.
    C'est à ce titre qu'il se rend, le lendemain du tirage, à dix heures du matin, au siège de la Loterie Nationale pour toucher les gains remportés pour le collectif.
    Il en sort rapidement avec sa sacoche contenant trois millions sous le bras.
    En début d'après-midi, Mme Delperaux s'inquiète du retard de son mari qui n'a jamais loupé le repas.
    Le temps passe et l'angoisse ne cessant de croître elle appelle le président de l'oeuvre caritative.
    Celui-ci, également sans nouvelle et tout aussi anxieux, décide de prévenir la police.
    L'inspecteur François PESSART, chargé de l'enquête, va alors devoir déterminer si le héros de guerre, connu pour sa probité, est une pauvre victime ou un odieux criminel...

  • M. Gobain, architecte, requiert les services du chef de la Sûreté parisienne à la suite d'une mésaventure qui vient de lui arriver. Ses souvenirs s'arrêtent la veille au soir alors qu'il monte dans le train pour rentrer chez lui et ne reprennent que le lendemain matin quand il se réveille couché au pied d'un arbre au milieu de la campagne. Depuis, il a découvert que le coffre de son domicile ne contient plus la grosse somme d'argent qu'il y cachait. C'est l'inspecteur Javert qui est chargé de l'enquête. L'affaire n'est pas sans lui rappeler d'autres cas imputés à la « bande mystérieuse » qui sévit depuis quelques semaines dans les environs...

  • Le Chanoine Rouge

    Luc Valmont

    Alain BARROIS, le Roi des Détectives, en vacances près de Sens, est sollicité par son ami le maire de Crécy-les-Saules pour enquêter sur la disparition d'un jeune homme.
    Tout le village semble penser que celui-ci a été enlevé et probablement tué par le Chanoine Rouge, le fantôme d'un ecclésiastique assassiné pendant la Révolution de 1793 qui hante le château fort voisin.
    Une vieille légende prétend que l'esprit rôde, la nuit, accompagné de feux follets, afin de protéger un trésor enfoui quelque part...
    Alain BARROIS, intrigué, va fureter autour de la fortification sans se douter une seconde des dangers qui l'attendent...

  • Le comte Pierre de Magny, épris de la comtesse Roberte de Plassans, riche et jolie veuve, passe la soirée avec elle, dans son appartement.
    Celle-ci, à son entrée dans les lieux, s'est débarrassée de ses bijoux, dont une magnifique bague en diamant d'une valeur inestimable, qu'elle dépose dans une coupe.
    Au moment de retourner chez elle, elle constate la disparition de sa bague.
    Le comte, redoutant qu'elle le soupçonne, appelle immédiatement la police et exige une fouille complète pour prouver son innocence.
    Paul BARRE, un riche homme du monde devenu inspecteur de la Sûreté par passion, est chargé de l'enquête.
    Ses investigations démontrent rapidement que le joyau n'a pu s'envoler et, pourtant, il demeure introuvable...
    Le lendemain soir, alors qu'il assure la sécurité du Roi et de la Reine d'Illyrie, en visite officielle en France, il est surpris de voir le diamant à la main de la souveraine...

  • Le richissime banquier Mr Brandt a organisé une somptueuse fête dans son domaine pour fêter les 20 ans de sa fille cadette.
    La soirée commence. Mr Brandt, arrivé en retard, s'enferme au salon pour converser avec son épouse avant de rejoindre ses invités.
    Soudain, un cri perçant, celui de la femme de chambre qui vient de découvrir le corps sans vie de Mrs Brandt...

  • L'article 637

    Jules Lermina

    Le célèbre détective Maurice PARENT et son fidèle partenaire sont invités au repas de Noël chez Madame Liévin et ses deux filles, en compagnie de Monsieur Marion, un proche ami de la famille.
    La date de cette réception est curieusement choisie puisqu'elle coïncide avec le dixième anniversaire de l'assassinat de Monsieur Liévin.

  • Une riche péruvienne est assassinée, frappée par un objet contondant, durant la nuit, dans sa chambre d'un hôtel parisien.
    L'inspecteur GASPIN, chargé de l'enquête, constate que les bijoux de la défunte se sont volatilisés.
    Les soupçons se portent rapidement sur deux personnes : un danseur mondain, louant une mansarde dans l'établissement, probable amant de la victime, qui a mystérieusement disparu ; un plombier-zingueur parti cuver une bouteille de vin dans la cave du Palace et qui, au réveil, se plaint du vol de son marteau...

  • La famille Mauvin vit dans le château de Sauré acheté il y a une quinzaine d'années par le père, riche industriel. La fille du propriétaire, Judith Mauvin - récemment rentrée de pension -, se voit obligée de dormir dans « la chambre noire », car la bâtisse est en rénovation. Ainsi baptisée, cette pièce serait le lieu où le seigneur de Sauré, surnommé « le chasseur rouge », aurait, jadis, tué trois de ses femmes et où, trois ans auparavant, la soeur de Judith a été assassinée de trois coups de couteau. La justice n'a jamais mis la main sur le meurtrier.
    Les jours précédant ce drame, les gardes forestiers avaient vu le « chasseur rouge » et entendu des hululements lugubres dans l'obscurité du parc.
    Dans la nuit, après qu'aient retenti les mêmes cris, des bruits de pas ont résonné dans le couloir, et Judith a aperçu quelqu'un par sa fenêtre. Le matin, elle est retrouvée baignant dans son sang, mais encore vivante.
    Devant cette tragédie en huis clos, la police n'a pas de réponse. Raymond Dauriac, l'amoureux de Judith Mauvin, décide alors de faire appel à son ami, le détective Gaston LAUTREC, pour découvrir qui a voulu attenter à la vie de sa fiancée et, surtout, empêcher toute nouvelle autre tentative...

  • Mon crime

    Rodolphe Bringer

    Je suis un assassin ! J'ai tué un homme ! Nul n'en a jamais rien su ! Personne ne le saura jamais ! Il y a bien longtemps de cela...
    Je n'ai aucun remords de mon crime ! Seulement une sorte d'angoisse quand je pense à toutes les émotions par lesquelles j'ai passé !...
    Et c'est pour cela que je veux écrire cette effroyable histoire afin de m'en décharger sur le papier. Il me semble que lorsque je l'aurai ainsi contée, mon esprit en sera débarrassé et que je n'y penserai plus !...
    Car c'est comme une hantise qui trop souvent m'accable...

empty